Sie sind auf Seite 1von 58

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA

Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana
-----------------

MINISTERE DE LA SANTE, MINISTERE DE L'EDUCATION


DU PLANNING FAMILIAL NATIONALE ET DE LA
ET DE LA PROTECTION RECHERCHE SCIENTIFIQUE
SOCIALE

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

Année 2007

N°……….

L’ETAT NUTRITIONNEL DES FEMMES EN ÂGE DE PROCREER


DANS LA COMMUNE D’ILAKA CENTRE ET SES FACTEURS
DETERMINANTS

Présenté le 29 septembre 2007


par RABENJARISOA HASINJANAHARY Ravonalina

Président : Professeur ANDRIANASOLO Roger


Juges : Professeur RAMAMBAZAFY RALAINONY Jacques
Docteur RASOARIVAO Vololomiarana
Encadreur : Docteur RAKOTONIRINA Simon Christophe
RABENJARISOA HASINJANAHARY Ravonalina

L’ETAT NUTRITIONNEL DES FEMMES EN ÂGE DE PROCREER


DANS LA COMMUNE D’ILAKA CENTRE ET SES FACTEURS
DETERMINANTS

Mémoire
pour l'obtention de Diplôme en licence en Nutrition
REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

MINISTERE DE LA SANTE
ET DU PLANNING FAMILIAL
SECRETARIAT GENERAL
INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

LISTE DES PRINCIPAUX RESPONSABLES

I – DIRECTION GENERALE
Directeur Général :
Pr RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin

II – DIRECTION DE LA FORMATION ET DE LA RECHERCHE


Directeur :
Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie
Chef du Service Pédagogique et Scientifique :
Docteur RATSIMBAZAFY Marie Rolland
Chef du Service et Expertise :
Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio
Responsable du Secrétariat Permanent de l’Enseignement à Distance :
Docteur RARIVOARILALA Esther

III – DIRECTION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES


Directeur :
Monsieur RASOANAIVO ANDRIANASOLO Simon
Chef du Service Administratif :
Madame RABODOHARY Ranorohelimiadana Eléonore
PROGRAMME DE FORMATION LICENCE EN NUTRITION :
LICENCE EN NUTRTION Crédits
UE1 NUTRITION ET ALIMENTATION HUMAINES 10
Module 1 : Méthodologie
Module 2 : Initiation à la science de nutrition 1

Module 3 : Principes fondamentaux de la nutrition /alimentation 1


Module 4 : Aspects socioculturels et écologiques de la nutrition 2
Module 5 : Biochimie de la nutrition 2
Module 6 : Métabolisme et Physiologie de la nutrition 2
Module 7 : Besoins nutritionnels à travers le cycle de la vie 2
UE2 MALADIES DE CARENCE ET URGENCES NUTRITIONNELLES 4
EN CAS DE CATASTROPHE
Module 1 : Principaux troubles nutritionnels dans le pays en développement 2
Module 2 : Prévention et prise en charge des maladies carentielles 1
Module 3 : Urgences nutritionnelles en cas de catastrophe 1
UE3 ACTIVITES DE LABORATOIRE EN NUTRITION ET DE 4
TERRAIN
Module 1 : Analyse biologique pour le dépistage de carences en micronutriments au 1
niveau d’une population
Module 2 : Analyse physico-chimique des aliments 1
Module 3 : Hygiène alimentaire et salubrité environnementale 1
Module 4 : Législation des denrées alimentaires 1
UE4 APPROCHE COMMUNAUTAIRE 12
Module 1 : Diagnostic communautaire sur le plan alimentaire et nutritionnel 1
Module 2 : Planification des programmes communautaires de nutrition 1
Module 3 : Suivi et évaluation des programmes de nutrition 1
Module 4 : IEC en matière de nutrition 2
Module 5 : Notions de sécurité alimentaire des ménages (SAM) 1
Module 6 : Politiques nationales en matière de nutrition 1
Module 7 : Anthropologie 1
Module 8 : Recherche opérationnelle sur la situation nutritionnelle d’une localité 4
UE 5 ETUDES NUTRITIONNELLES QUANTITATIVES 4
Module 1 : Statistiques sanitaires et démographiques 1
Module 2 : Epidémiologie de la nutrition et statistiques 2
Module 3 : Informatique appliquée 1
UE6 PREPARATION SOUTENANCE DE MEMOIRE 16
Préparation de mémoire
Encadrement et Soutenance de mémoire
LISTE DES ENSEIGNANTS

Professeur RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin


Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie
Professeur RANDRIANARIMANANA VAHINIARISON Dieudonné
Professeur ANDRIANASOLO Roger
Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe
Professeur RAMAMBAZAFY RALAINONY Jacques
Professeur RANAIVOHARISOA Lala
Docteur RAKOTONIRINA Simon
Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio
Docteur RALAIARISON Raharizelina
Docteur RAVELOSON Hantaniaina
Docteur RASOARIVAO Vololomiarana
Docteur RAVAOARISOA Lantonirina
Docteur RAVOAJA Pauline
Monsieur RAKOTOZANAKA Julien
Madame RAMINO Vololona
REMERCIEMENTS

 A notre maître et directeur général de l’INSPC


Professeur RANJALAHY RASOLOMANANA Justin
 A nos maîtres et juges
Professeur RAMAMBAZAFY Ralainony
Et
Docteur RASOARIVAO Vololomiarana
« Vous nous faites l’honneur d’avoir accepté de siéger parmi les membres de jury »
 Nos sincères et vifs remerciements
 A notre Directeur de mémoire
Professeur ANDRINASOLO Roger
 A notre encadreur de mémoire
Docteur RAKOTONIRINA Simon Christophe

Qui nous m’aidé à la réalisation de cette mémoire et nous ont fait montrer de
gentillesse et de beaucoup de compréhension qu’ils acceptent nos sincères remerciements.
DEDICACES

A Dieu tout puissant qui me donne la force, la santé et le courage.


A mes parents
A mon époux qui m’aide beaucoup, soutenir moralement, financement et
encourager au cours de mes études qu’il soit heureux dans mon cœur
A ma fille « Harenanatiora » : « Dans l’amertume se trouve la douceur » Je
souhaite qu’elle aille plus loin et mieux que leur parents
A mes frères et sœurs
A toute ma famille
A toute la Promotion 2007
« En souvenir de ce que nous passons ensemble »
SOMMAIRE

INTRODUCTION.................................................................................................................... 1
1. GENERALITES ............................................................................................................... 3
1.1. Définition.................................................................................................................... 3
1.2.1. La malnutrition..................................................................................................... 3
1.2.2. Etat nutritionnel.................................................................................................... 3
1.2. Classification de l’état nutritionnel de la FAP........................................................ 3
1.2.1. Types de malnutrition........................................................................................... 4
1.2.2. Causes de la malnutrition ..................................................................................... 4
1.2.3. Les lois nutritionnelles ......................................................................................... 5
2. METHODES..................................................................................................................... 6
2.1. Cadre de l’étude ........................................................................................................ 6
2.2. Type d’étude .............................................................................................................. 6
2.2.1. Période d’étude..................................................................................................... 6
2.2.2. Durée d’étude ....................................................................................................... 6
2.2.3. Population cible de l’étude................................................................................... 6
2.2.4. Critères d’inclusion .............................................................................................. 6
2.2.5. Critères d’exclusion.............................................................................................. 7
2.2.6. Mode d’échantillonnage....................................................................................... 7
2.2.7. Mode de collecte des données .............................................................................. 7
2.2.8. Taille de l’échantillon........................................................................................... 7
2.2.9. Les variables étudiées........................................................................................... 8
a) Variables quantitatives ........................................................................................... 8
b) Variables qualitatives............................................................................................. 8
2.2.10. Mode d’analyse .................................................................................................. 8
2.2.11. Considération éthique......................................................................................... 8
3. RESULTATS .................................................................................................................... 9
3.1. Généralités sur la Commune rurale de Ilaka centre............................................. 9
3.1.1. Données géographiques........................................................................................ 9
3.1.2. Données démographiques .................................................................................... 9
3.1.3. Données socio-économiques ................................................................................ 9
a) Sociales .................................................................................................................. 9
b) Economie ............................................................................................................. 12
3.2. Caractéristiques des femmes étudiées ................................................................... 13
3.1.1. Répartition des femmes selon le Fokontany ...................................................... 13
3.1.2. Répartition des FAP selon leur âge .................................................................... 13
3.1.3. Répartition des FAP selon leur niveau d’instruction ......................................... 14
3.1.4. Répartition des FAP selon la situation matrimoniale......................................... 15
3.1.5. Répartition des FAP selon le nombre d’enfants................................................. 15
3.1.6. Répartition des FAP selon la taille du ménage .................................................. 15
3.1.7. Répartition des FAP selon la profession ............................................................ 16
3.1.8. Répartition des FAP selon l’utilisation du planning- familial............................ 19
3.3. Caractéristiques des ménages étudiés ................................................................... 21
3.3.1. Répartition des ménages selon l’accès aux média ............................................. 21
3.3.2. Répartition des ménages étudiés selon le revenu mensuel................................. 21
3.3.3. Répartition des ménages selon l’accès à l’eau ................................................... 22
3.3.4. Répartition des ménages selon le mode d’évacuation des excrétas ................... 22
3.4. Consommation alimentaire .................................................................................... 22
3.4.1. Répartition des FAP selon la fréquence des repas dans la journée .................... 22
3.4.2. Aliment de base.................................................................................................. 23
3.4.3. Petit déjeuner...................................................................................................... 23
3.4.4. Déjeuner ............................................................................................................. 23
3.4.5. Dîner................................................................................................................... 24
3.4.7. Goûter................................................................................................................. 24
3.5. Etat nutritionnel de la FAP .................................................................................... 25
3.5.1. Répartition des FAP selon l’IMC....................................................................... 25
3.6. Facteurs déterminants ............................................................................................ 26
3.6.1. Facteurs significatifs .......................................................................................... 26
3.6.1.1. Taille du ménage ......................................................................................... 26
3.6.1.2. Profession .................................................................................................... 26
3.6.1.3. Revenu mensuel .......................................................................................... 27
3.6.2. Facteurs non significatifs ................................................................................... 27
3.6.2.1. L’âge............................................................................................................ 27
3.6.2.2. Niveau d’instruction.................................................................................... 28
3.6.2.3. Statut matrimonial ....................................................................................... 28
3.6.2.4. Nombre d’enfants........................................................................................ 28
3.6.2.5. Planning familial ......................................................................................... 29
DISCUSSIONS ET COMMENTAIRES.............................................................................. 30
1. L’état nutritionnel de la FAP ........................................................................................ 30
2. Facteurs influençant l’état nutritionnel des FAP ........................................................ 30
2.1. L’âge de la FAP ....................................................................................................... 30
2.2. Statut matrimonial .................................................................................................. 31
2.3. Niveau d’instruction................................................................................................ 31
2.4. Taille du ménage...................................................................................................... 31
2.5. Profession et revenu du ménage............................................................................. 32
3. Consommation alimentaire ........................................................................................... 32
SUGGESTION ....................................................................................................................... 34
CONCLUSION....................................................................................................................... 36
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

CEG : Collège d’Enseignement Général


CSB : Centre de Santé de Base
EDS : Enquête Démographique et Sanitaire
FAP : Femme en Âge de Procréer
FAR : Femme en Âge de Reproduction
IMC : Indice de masse corporel
MAP : Madagascar Action Plan
PDC : Plan du Développement Communal
PF : Planning Familial
RN : Route Nationale
LISTE DES TABLEAUX

Tableau n°1 : Agriculture ................................................................................................... 12


Tableau n°2 : Elevâge ................................................................ Erreur ! Signet non défini.
Tableau n°3 : Répartition de l’échantillon .......................................................................... 13
Tableau n°4 : Répartition des F.A.P selon leur âge ............................................................ 13
Tableau n°5 : Répartition des F.A.P selon leur niveau d’instruction ................................. 14
Tableau n°6 : Répartition des F.AP selon leur statut matrimoniale.................................... 15
Tableau n°7 : Répartition des F.A.P selon leur nombre d’enfants ..................................... 15
Tableau n°8 : Répartition des F.A.P selon la taille du ménage .......................................... 15
Tableau n°9 : Répartition des F.A.P selon la profession .................................................... 16
Tableau n°10 : Répartition des F.A.P selon l’utilisation de P.F ........................................... 19
Tableau n°11 : Répartition des ménages selon l’accès aux média........................................ 21
Tableau n°12 : Répartition des ménages selon le revenu mensuel ....................................... 21
Tableau n°13 : Répartition des ménages selon l’accès à l’eau ............................................. 22
Tableau n°14 : Répartition des ménages selon leur mode d’évacuation des excrétas .......... 22
Tableau n°15 : Fréquence des repas dans la journée ............................................................ 22
Tableau n°16 : L’aliment de base ......................................................................................... 23
Tableau n°17 : Type des petits déjeuners ............................................................................. 23
Tableau n°18 : Type des déjeuners ....................................................................................... 23
Tableau n°19 : Type des dîners............................................................................................. 24
Tableau n°20 : Type d’aliments lors des trois repas de la journée ....................................... 24
Tableau n°21 : Type des goûters........................................................................................... 24
Tableau n°22 : Répartition des F.A.P selon l’IMC............................................................... 25
Tableau n°23 : Relation entre la taille du ménage et l’état nutritionnel de la F.A.P ............ 26
Tableau n°24 : Relation entre la profession et l’état nutritionnel de la F.A.P ...................... 26
Tableau n°25 : Relation entre le revenu mensuel du ménage et l’état nutritionnel
de la F.A.P .................................................................................................... 27
Tableau n°26 : Relation entre l’état nutritionnel de la F.A.P et son âge .............................. 27
Tableau n°27 : Relation entre le niveau d’instruction de la F.A.P et son état nutritionnel... 28
Tableau n°28 : Relation entre le statut matrimonial de la F.A.P et son état nutritionnel ..... 28
Tableau n°29 : Relation entre le nombre d’enfant et l’état nutritionnel de la F.A.P ............ 28
Tableau n°30 : Relation entre le planning familial et l’état nutritionnel de la F.A.P ........... 29
LISTE DES PHOTOS

Photo n°1 : Carte sanitaire Ilaka Centre .............................................................................. 10


Photo n°2 : Commune rurale d’Ilaka centre........................................................................ 11
Photo n°3 : Vendeuse .......................................................................................................... 18
Photo n°4 : Agricultrice....................................................................................................... 18
Photo n°5 : Enfants d’une femme utilisant une méthode contraceptive ............................. 20
LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique n°1 : Répartition des F.A.P selon l’âge............................................................. 14


Graphique n°2 : Répartition des F.A.P selon la taille du ménage ...................................... 16
Graphique n°3 : Professions des femmes étudiées ............................................................. 17
Graphique n°4 : Répartition des F.A.P selon l’utilisation des méthodes contraceptives.... 19
Graphique n°5 : Revenu des ménages ................................................................................ 21
Graphique n°6 : Distribution d’IMC................................................................................... 25
LISTE DES ANNEXES

ANNEXE I : Liste des Fokontany de la Commune Rurale d’Ilaka-Centre


ANNEXE II : Rappel de 24 heures
ANNEXE III : METHODE DE PESEE ET DE MESURE DE LA FEMME
ANNEXE IV : FICHE D’ENQUETE
INTRODUCTION

Les femmes se nourrissent différemment à travers le monde. Un bon état de santé


correspond à un bon équilibre alimentaire. La façon de s’alimenter varie beaucoup en fonction
du statut social. Notre culture, nos croyances et nos goûts conditionnent les choix de nos
aliments. Dans des nombreuses régions du monde, il existe des interdits alimentaires d’ordre
social, religieux, sanitaire,… Leur ingestion, croit-on, entraînera des conséquences néfastes.
La sous-alimentation constitue un grand problème de santé publique (14). Elle est
surtout fréquent dans les pays en voie de développement comme Madagascar. Il existe dans le
monde 800millions de personnes qui ne disposent pas des nourritures nécessaires pour
satisfaire leurs besoins nutritionnels (11). Les conséquences sont graves (mort,
infirmité,…) .Le manque d’éducation et la pauvreté en sont les principales causes.
L’état nutritionnel de la mère a une influence sur la morbidité et la mortalité. Il joue un
rôle important dans l’évolution et l’issue de la grossesse. C’est un déterminant de la mortalité
maternelle. Cette dynamique de l’état nutritionnel chez la femme peut aussi avoir des
conséquences négatives sur la génération future (11).
En Afrique subsaharienne, le taux de mortalité maternelle est très élevé. Chaque jour,
1400 femmes meurent lors de la grossesse ou de l’accouchement. Ce nombre aurait pu
diminuer si la mère était bien nourrie et en bonne santé avant la fécondation et au cours de la
grossesse. (4)
A Madagascar, dans la majorité des ménages, la ration alimentaire reste déséquilibrée,
monotone et peu diversifiée (16). Le respect des us et coutumes traditionnels est encore
intense dans certaines régions .Ainsi, les aliments très nutritifs disponibles peuvent être
interdits. Ce problème touche surtout les foyers les plus pauvres. Pourtant, 74% des foyers
malgaches vivent en dessous du seuil de pauvreté et deviennent de plus en plus mal nourris.
Les femmes en âge de procréer (FAP) appartiennent au groupe d’âge entre 15 à 49
ans.
A Madagascar elles représentent 23,4% de la population totale. Elles sont des actrices
clés du développement surtout en milieu rural (1). Cependant, 21 pour cent des femmes
souffrent d’une déficience énergétique (3). Cette situation a des impacts sur le développement
socio-économique du pays. C’est ainsi que nous avons axé notre étude principalement sur «les
habitudes alimentaires de la femme en âge de procréer dans la Commune d’Ilaka Centre », en
relation avec son état nutritionnel sans pour autant négliger les facteurs non alimentaires.

1
L’objectif général de notre étude est d’analyser les facteurs déterminants (surtout
alimentaires) de l’état nutritionnel des femmes en âge de procréer dans la Commune rurale de

Ilaka centre.

Nos objectifs de recherche sont :

− Décrire les habitudes alimentaires de la F.A.P dans la Commune de Ilaka


centre ;

− Déterminer l’état nutritionnel de la F.A.P dans la Commune de Ilaka centre ;

− Identifier les comportements alimentaires et les facteurs socio-économiques


qui influent sur l’état nutritionnel de la F.A.P de la Commune de Ilaka centre;

− Suggérer des propositions d’action suite aux résultats de la recherche.


Notre travail va comporter quatre parties :

• La première partie concerne la généralité sur la nutrition.

• La deuxième partie présente les méthodes et matériels de recherche.

• La troisième partie décrit les résultats de l’enquête.

• La quatrième partie comprend les discussions et les suggestions.

2
1. GENERALITES

1.1. Définition

1.2.1. La malnutrition

C’est l’état clinique d’un être humain qui souffre d’une carence nutritionnelle ou d’un
excès en nutriments. La malnutrition est un phénomène courant. Elle exprime une
inadéquation de l’alimentation en quantité et ou en qualité par rapport aux besoins nutritifs
d’un individu.

1.2.2. Etat nutritionnel

C’est l’état de santé de l’organisme résultant de l’ingestion, l’absorption et l’utilisation


des aliments (9).

1.2. Classification de l’état nutritionnel de la FAP


L’évaluation de l’état nutritionnel des FAP est particulièrement utile car elle permet
d’identifier les groupes à haut risque. James et Al en 1988, ont déterminé des seuils d’IMC
(Indice de Masse Corporelle) ou indice de Quételet pour estimer le déficit énergétique
chronique ou pour évaluer l’état nutritionnel de la femme. (10)
L’IMC est obtenu en pesant la femme et en mesurant sa taille selon la formule

suivante : IMC=Poids (kg)/ (taille) 2(m)

Selon la valeur de cet indice, une femme peut être classée comme malnutrie ou
normale ou obèse (voir tableau IMC).
Les valeurs limites de l’IMC sont :
Inférieur à 10 .............. dénutrition grade V
10 à 12,9 ..................... dénutrition grade IV
13 à 15,9 ..................... dénutrition grade III
16 à 16,9 ..................... dénutrition grade II
17 à 18,4 ..................... dénutrition grade I
18,5 à 24,9 .................. normales
25 à 29,9 ..................... surpoids
30 à 34,9 ..................... Obésité grade I
35 à 39,9 ..................... Obésité grade II
Supérieur à 40............. Obésité grade III

3
1.2.1. Types de malnutrition

Il existe deux types de carence nutritionnelle: les carences en macronutriments


(kwashiorkor ou marasme) et les carences en micronutriments.
1- les carences en macronutriments ou malnutrition protéino - énergétique
- le kwashiorkor : Il est dû, à une carence sévère en protéine, conséquence d’une
alimentation défectueuse, surtout chez les enfants pendant les années qui suivent le
sevrage (2 à 4 ans).
- Le marasme : dû à un apport insuffisant en énergie. Il survient à tout âge, et même
chez les adultes (7).
2- les carences en micronutriments
Elles sont également préoccupantes :
- le carence en iode : qui peut entraîner un retard de développement mental chez les
enfants et l’apparition de goitre, surtout aux femmes. Il y a aussi d’autres
manifestations telles que les avortements et accouchements prématurés, la lenteur
intellectuelle voire même l’arriération mentale (8).
- La carence en vitamine A, qui constitue un problème de santé publique dans de
nombreux pays en voie de développement, comme à Madagascar. Elle peut entraîner
des problèmes oculaires qui peuvent aller jusqu’à la cécité. L’avitaminose A diminue
également la résistance de l’organisme face aux maladies courantes comme la diarrhée
et les infections respiratoires (8).
- La carence en fer entraîne des anémies nutritionnelles qui diminuent la performance
cognitive des enfants, l’augmentation du risque de petits poids de naissance, ainsi que
la réduction de la productivité des adultes et l’augmentation du risque de mortalité
maternelle lors de l’accouchement ( 8).

1.2.2. Causes de la malnutrition

Les causes de la malnutrition sont multiples et multisectorielles, les unes agissant


directement, les autres indirectement. Parmi ces causes, on cite (11):
- l’insécurité alimentaire du ménage : par la non disponibilité des produits alimentaires,
l’instabilité alimentaire ou l’inaccessibilité économique du ménage à ces produits.
- Les habitudes alimentaires inadéquates (alimentation déséquilibrée, monotone, non
diversifiée). Il y a aussi les tabous alimentaires.
- Les parasitoses entraînant des carences en micronutriments (anémies,…)

4
- La charge de travail excessive entraînant une disproportion entre les dépenses
énergétiques et les besoins nutritifs.
- L’inégalité entre genres se manifestant, surtout en milieu rural, par une dévalorisation
ou marginalisation de la femme dans la société. Elle empêche les femmes de
s’épanouir.
- Les us et coutumes liés aux problèmes culturels
- La faible éducation de la femme

1.2.3. Les lois nutritionnelles

La ration alimentaire quotidienne correspond à la quantité d’aliments absorbés par


l’individu pendant une journée. (7)
L’alimentation équilibrée répond aux 3 lois nutritionnelles suivantes :
1° loi : la diversification alimentaire
Il faut consommer chaque jour au moins un aliment de chacun des 3
groupes d’aliments suivants :
- énergétiques : aliments riches en glucide (tubercules, céréales,…) et en lipides
(huiles,…)
- constructeurs : aliments riches en protéine d’origine animale (viandes, œufs,…) ou
végétale (légumineuses, feuille vertes,…).
- protecteurs : aliments riches en vitamines et sels minéraux (légumes, fruits,…)
2° loi : lois quantitative et qualitative selon laquelle il faut que les besoins en énergie et en
nutriments soient satisfaits. Ces besoins d’énergie varient avec :
L’âge : les vieillards ont des besoins plus réduit que les jeunes ;
Le sexe : l’homme mange plus que la femme ;
L’activité physique : les efforts intellectuels consomment moins d’énergie que les
efforts physiques
Le climat : plus la température baisse, plus le besoin d’énergie augmente ;
3° loi : l’équilibre nutritionnel, c'est-à-dire : 10 à 20% des calories devraient provenir des
protéines, 30 à 35% des lipides et 60 à 65% des glucides. Manger équilibré veut dire savoir
remplacer un aliment par un autre de manière à éviter la monotonie

5
2. METHODES

2.1. Cadre de l’étude

Notre étude s’est effectuée dans la Commune rurale de Ilaka centre, dans le district
d’Ambositra, Région de Amoron’i Mania.
Nous avons choisi ce milieu pour des raisons suivantes : d’une part, c’est notre région
natale que nous avons connue depuis long temps et que nous voulons faire des études sur
l’état nutritionnel des femmes y habitant. Et d’autre part pour facilité d’accès pour le
déplacement et l’enquête.

2.2. Type d’étude

Il s’agit d’une étude rétrospective transversale des habitudes alimentaires et de l’état


nutritionnel de la femme en âge de procréer (F.A.P) à Ilaka centre.

2.2.1. Période d’étude

Cette étude s’étalée du mois de janvier 2006 au mois de décembre 2006.

2.2.2. Durée d’étude

Nous l’avons effectuée pendant 8 mois du Janvier 2007 au mois d’Août 2007.
L’enquête a été effectuée pendant une semaine à raison de 30 ménages par jour et d’une durée
de 10 minutes par ménage. Au besoin, des conseils sur l’alimentation ont été donnés à la
femme à la fin de l’interview.

2.2.3. Population cible de l’étude

Sont considérées comme population cible les femmes appartenant à la tranche d’âge
de 15 à 49 ans.

2.2.4. Critères d’inclusion

Sont inclues dans l’étude toutes personnes du genre féminin âgées de 15 à 49 ans au
moment de l’enquête (adolescentes ou mères de famille)

6
2.2.5. Critères d’exclusion

Toutes les femmes qui appartiennent à la même tranche d’âge au moment de l’enquête
mais qui sont étrangères ou passagères, enceintes et allaitantes sont été exclues de l’étude.

2.2.6. Mode d’échantillonnage

Nous avons essayé de prendre un échantillon qui pourra être représentative de la


population cible en utilisant l’échantillonnage aléatoire.

2.2.7. Mode de collecte des données

Pour collecter les données, des questionnaires prétestes ont été utilisés auprès des
femmes. Les données concernant l’alimentation des femmes ont été collectées selon la
méthode de rappel de 24 heures préconisée par la F.A.O. Les différentes mesures
anthropométriques ont été rapportées dans les mêmes questionnaires. Les femmes sont pesées
à l’aide d’une balance pèse personne et sont mesurées à l’aide d’une toise. Ces valeurs sont
ensuite converties en Indice de Masse Corporelle ou IMC de formule IMC= P (en kg)/T2 (T
en cm).

2.2.8. Taille de l’échantillon

N= ε2*p*q*g / i2
Avec N est la taille de l’échantillon ;

ε = 1.96

p est la prévalence des cas étudiés (p = 0.5 si la prévalence est inconnue) ;


q est égale à 1-p ;
g est le coefficient de correcteur ;
et i est la précision souhaitée.
La population totale de la Commune est de 15667 habitants (15). Les F.A.P sont
estimées à 23,4 % de la population totale, ce qui donne un nombre de 3666.
Dans le cadre de notre étude, on a effectué N= 200 femmes enquêtées en estimant 50
% le taux de prévalence de la malnutrition, un intervalle de confiance de 95 % et une
précision de 10 %. Nous avons multiplié la taille minimum par g =2,1 afin d’avoir un effectif
suffisant et ajouté 10 % en prévision des réponses non exploitables.
L’effectif obtenu est donc 201 ménages.

7
2.2.9. Les variables étudiées

Les variables suivantes ont été collectées.

a) Variables quantitatives

a1. Variables quantitatives discrètes :


Nombre d’enfants vivants, taille du ménage, revenu mensuel du ménage.
a2. Variable quantitatives discrétisées :
Âge au moment de l’enquête, poids (mesurés au moment de l’enquête exprimé en Kg),
taille (mesurée au moment de l’enquête exprimée en mètre).

b) Variables qualitatives

La situation matrimoniale, la profession, le niveau d’instruction, la planification


familiale

2.2.10. Mode d’analyse

Les données collectées sont saisies et analysées à l’aide du logiciel EPI-INFO.


Les proportions ont été comparées par le test Chi2 et un seuil de signification p< 0.05 a
été fixé.
Nous avons utilisé le Microsoft Word pour la saisie des textes et le Microsoft Excel
pour les tableaux.

2.2.11. Considération éthique

Nous avons respecté l’anonymat de la F.A.P enquêtée, le droit de l’homme et les us et


coutumes de la région. De plus, nous avons respecté aussi le secret professionnel et la
confidentialité en faisant cette étude.

8
3. RESULTATS

3.1. Généralités sur la Commune rurale de Ilaka centre

3.1.1. Données géographiques

• Situation géographique.
La Commune d’Ilaka se trouve environ 38km au nord d’Ambositra. Elle est traversée
par la route nationale RN7.

• Superficie
Elle a une superficie totale de 325 km2. Elle comporte 18 Fokontany.

• Limites
Elle est limitée par les 4 Communes rurales suivantes :
- Au nord, par la Commune d’Ambohimanjaka.
- Au sud, par la Commune de Tsararasaotra
- A l’ouest, par la Commune de Mahazina
- A l’est, par la Commune de Sandrandahy dans le district de Fandriana.

3.1.2. Données démographiques

La population totale en 2007 est de 15667 habitants dont les F.A.P sont estimées à
3666 (23,4%). Les Betsileo autochtones représentent la majorité de la population.

3.1.3. Données socio-économiques

a) Sociales

a1 Les infrastructures
La Commune a un CSB2 , un CEG, 17 Ecoles primaires dont 13 publiques et 04
privées.
L’accès à l’eau potable est faible car les bornes fontaines n’existent que dans les 3
Fokontany bordant la RN7 (Ikianja, Ilaka centre et Soavina).
a2 Les autres situations sociales
En général, la population vit en parfaite harmonie malgré certains actes de banditisme
qu’on observe surtout pendant la période de soudure.

9
Photo n°1 : Carte sanitaire Ilaka Centre

10
Photo n°2 : Commune rurale d’Ilaka centre

11
b) Economie

a1 L’agriculture
Les habitants sont généralement des agriculteurs. Les principaux produits agricoles de
la région sont : Le riz, le manioc, le maïs, la patate douce le haricot, le pomme de terre.
Ils pratiquent aussi des cultures contre-saison pour améliorer le système de riziculture.
La culture vivrière répond essentiellement aux besoins familiaux.

Tableau n°1 : Agriculture

Types de l’agriculture Production (tonne) Superficie cultivée ( en Ha) Observations


Riz 1550 775 Irriguée
Maïs 130 150
Manioc 625 520
Haricot 80 110
Patate douce 95 104
Pomme de terre Non déterminée Non déterminée
Arachide Non déterminée Non déterminée
Source : PDC 2007
b1 L’élevage
Les habitants font de l’élevage bovin, l’élevage porcin, l’aviculture, l’apiculture et la
pisciculture.

Tableau n°2 : Elevage

Type d’élevage Nombre


Bœuf 4500
Porc 2500
Volaille 40000
Apiculture Petit méthode
Pisciculture 1 tonne
Source : PDC 2007
b2 L’artisanat
Il s’agit Avant tout d’activités dévolues aux femmes. On y retrouve : la vannerie, la
marqueterie et le tissage.
L’inexistence des industries agroalimentaires est un handicap majeur pour la

12
population.

3.2. Caractéristiques des femmes étudiées

3.1.1. Répartition des femmes selon le Fokontany

Tableau n°3 : Répartition de l’échantillon

NOMBRE %
FOKONTANY

67 33,5
SOAVINA

67 33,5
ILAKA

66 33
IKIANJA

200 100
TOTAL

Notre échantillon comprend 200 femmes. Elles sont issues de 3 fokontany cités ci-
dessus.

3.1.2. Répartition des FAP selon leur âge

Tableau n°4 : Répartition des F.A.P selon leur âge

Tranche d'âge Nombre %

15 à 19 24 12

20 à 24 43 21,5

25 à 29 46 23

30 à 34 35 17,5

35 à 39 20 10

40 à 44 21 10,5

45 à 49 11 5,5

Total 200 100

La majorité des FAP dans notre zone d’étude se regroupe entre 20 et 35 ans (60%).

13
L’âge moyen est de 29 ans. La plus jeune est âgée de 16ans et la plus âgée a 49 ans. 12% des
femmes enquêtées sont âgées de moins de 20 ans. On peut dire alors que la majeure partie des
F.A.P est dans leur âge le plus actif.

Repartition des FAP

25

20

15
%

%
10

0
15 à 19 20 à 24 25 à 29 30 à 34 35 à 39 40 à 44 45 à 49

AGE

Graphique n°1 : Répartition des F.A.P selon l’âge

3.1.3. Répartition des FAP selon leur niveau d’instruction

Tableau n°5 : Répartition des F.A.P selon leur niveau d’instruction

Niveau d'instruction Nombre %


Illettrée 28 14
Primaire 133 66,5
secondaire 38 19
Supérieur 1 0,5
Total 200 100

Comme la majorité des femmes rurales, celles de notre échantillon ont eu des
difficultés d’accès à l’éducation par rapport à l’homme ; 14% des FAP sont illettrées. Par
ailleurs, elles quittent très tôt l’école, car 66.5 % d’entre elles s’arrêtent au niveau primaire.
Cette situation est légèrement supérieure à celle donnée par l’E D S (56% des F.A.P s’arrêtent
pendant le cycle primaire).

14
3.1.4. Répartition des FAP selon la situation matrimoniale

Tableau n°6 : Répartition des F.AP selon leur statut matrimoniale

Statut matrimonial Nombre %


Célibataire 26 13
Mariée 150 75
Divorcée 21 10,5
veuve 3 1,5
Total 200 100

La majorité des FAP sont mariées (légitimes ou vivant dans un même foyer avec un
conjoint).

3.1.5. Répartition des FAP selon le nombre d’enfants

Tableau n°7 : Répartition des F.A.P selon leur nombre d’enfants

Nombre d'enfants Nombre %


0 28 14
1à3 99 49,5
4à5 40 20
>5 33 16,5
Total 200 100

Le nombre moyen des enfants des femmes de notre échantillon est de 3 enfants. Ce
nombre varie de 0 à 11. Notons que 14% étaient des nullipares et 16,5% étaient de grandes
multipares (>5 enfants).

3.1.6. Répartition des FAP selon la taille du ménage

Tableau n°8 : Répartition des F.A.P selon la taille du ménage

Taille de ménage Nombre %


<5 74 37
5 à 10 119 59,5
>10 7 3,5
Total 200 100

15
Taille du ménage

0à5
5 à 10
10 et plus

Graphique n°2 : Répartition des F.A.P selon la taille du ménage

La taille du ménage d’une famille malagasy surtout en milieu rural est plus ou moins
élevée.
Dans notre étude, 59,5% des femmes ont entre 5 à 10 enfants contre 37% qui en ont
moins de 5 et 3,5 % supérieur à 10.
La taille du ménage est égale au nombre de personnes vivantes dans un foyer

3.1.7. Répartition des FAP selon la profession

Tableau n°9 : Répartition des F.A.P selon la profession

Profession Nombre %
Agricultrice 142 71
Vendeuse 11 5,5
Autres (fonctionnaire ou
étudiante) 47 23,5
Total 200 100

16
proféssion des femmes étudiées
80
70
60
50
40
%

30 %
20
10
0
Agricultrice
Agriculteur Vendeuse Autres(fonctionnaire
ou étudiante
Natures

Graphique n°3 : Professions des femmes étudiées

La majorité des FAP subviennent aux besoins de leur famille par de petites activités
agricoles (71%).

17
Photo n°3 : Vendeuse

Photo n°4 : Agricultrice

18
3.1.8. Répartition des FAP selon l’utilisation du planning- familial

Tableau n°10 : Répartition des F.A.P selon l’utilisation de P.F

Méthode contraceptive Nombre %


Aucune 114 57
Contraceptif oral 11 5,5
Contraceptif Injectable 73 36,5
Autres 2 1
Total 200 100

utilis ation de m e thode cotrace ptive


%

%
60
50
40
30
20
10
0
Aucun
Aucune Contraceptif Injectable
Contraceptif Autres
oral injectable
m e thode
Méthode s
contraceptive

Graphique n°4 : Répartition des F.A.P selon l’utilisation des méthodes contraceptives

Le planning familial est l’ensemble des méthodes utilisées par une famille pour réduire
ou limiter le nombre d’enfants ou pour empêcher une grossesse non désirée. 57%des FAR
enquêtées ne pratiquent pas le Planning familial.

19
Photo n°5 : Enfants d’une femme utilisant une méthode contraceptive

20
3.3. Caractéristiques des ménages étudiés

3.3.1. Répartition des ménages selon l’accès aux média

Tableau n°11 : Répartition des ménages selon l’accès aux média

Média Nombre %
Radio 119 59,5
Télévision 3 1,5
Autres 6 3
Aucun 72 36
Total 200 100

L’accessibilité de chaque ménage aux média est variable. Dans notre étude, la radio
est le moyen médiatique le plus répandu (59,5% des ménages). Néanmoins, 36% des ménages
y ont pas accès. Ce résultat est presque identique à celui publié par l’E D S 2003/2004 a
figuré (59.5 % des ménages ne disposent d’aucune sorte de média, tandis que ; 37.8 % se
contentent de la radio).

3.3.2. Répartition des ménages étudiés selon le revenu mensuel

Tableau n°12 : Répartition des ménages selon le revenu mensuel

Revenu mensuel (Ar) Nombre %


<50000 70 35
50 à 100000 90 45
100 à 150000 22 11
>150000 18 9
Total 200 100

revenu des ménages


revenu
>150000

100 à 150000
%
%

50 à 100000

<50000
%
0 10 20 30 40 50
revenu

Graphique n°5 : Revenu des ménages

21
Nous avons comptabilisé dans le revenu mensuel, la somme d’argent en espèces
obtenue par le ménage dans le mois. Ainsi, environs 80% des ménages vivent avec un revenu
mensuel inférieur à 100000Ariary.

3.3.3. Répartition des ménages selon l’accès à l’eau

Tableau n°13 : Répartition des ménages selon l’accès à l’eau

Source d'eau Nombre %


Borne fontaine 20 10
Puits 16 8
Eau de source naturelle 141 70,5
Rivière 23 11,5
Total 200 100

Dans cette étude, chercher de l’eau est une activité exclusivement dévolue aux
femmes. L’eau ne subit aucun traitement avant sa consommation. L’eau de source naturelle
est la plus utilisée. Elle est accessible à 70,5% des ménages.

3.3.4. Répartition des ménages selon le mode d’évacuation des excrétas

Tableau n°14 : Répartition des ménages selon leur mode d’évacuation des excrétas

Accessibilité Nombre %
Oui (fosse perdue ou autres) 146 73
Non (nature) 54 27
Total 200 100

73% des ménages disposent des latrines ou fosses perdues pour l’évacuation des
excrétas, les autres évacuent dans la nature.

3.4. Consommation alimentaire

3.4.1. Répartition des FAP selon la fréquence des repas dans la journée

Tableau n°15 : Fréquence des repas dans la journée

Nombre de repas par jour Nombre %


<3 5 2,5
>=3 195 97,5
Total 200 100

Presque toutes les FAP enquêtées ont eu 3 repas ou plus dans la journée.

22
3.4.2. Aliment de base

Tableau n°16 : L’aliment de base

Aliment de base Nombre Pourcentage


Riz 200 100
Autres 0 0
Total 200 100

100% des FAP utilisent le riz comme aliment de base

3.4.3. Petit déjeuner

Tableau n°17 : Type des petits déjeuners

Aliment Nombre %
Vary 21 10,5
Vary+ laoka 159 79,5
Hanikotrana 12 6
Café ou thé 8 4
Aucune 0 0
Total 200 100

79,5% des FAP enquêtées consomment du riz avec du « laoka »1 pour le petit déjeuner

3.4.4. Déjeuner

Tableau n°18 : Type des déjeuners

Aliment Nombre %
Vary 10 5
Vary+ laoka 173 86,5
Hanikotrana 17 8,5
Aucune 0 0
Total 200 100
La majorité de la FAP enquêtée consomment le riz avec du laoka pour le déjeuner : 86,5%
contre 8,5% pour le « hanikotrana »2

1
« Laoka » : c’est un aliment qui accompagne le riz. Il est en général à base de viande ou des légumes …
2
Hanikotrana : aliment qui remplace le riz à base des féculents ou des céréales comme le manioc, la patate douce, le maïs, le
taro, …

23
3.4.5. Dîner

Tableau n°19 : Type des dîners

Aliment Nombre %
Vary 3 1,5
Vary+ laoka 164 82
Hanikotrana 33 16,5
Total 200 100

82,5% des FAP consomment le riz avec du laoka contre hanikotrana 16,5%.

Habitude alimentaire
petits dejeuné
%

100 Dejeuné
Diner
80

60
40

20
type d'aliment
0
Vary Vary+ laoka Hanikotrana Café ou thé

Tableau n°20 : Type d’aliments lors des trois repas de la journée

3.4.7. Goûter

Tableau n°21 : Type des goûters

Aliment Nombre %
Hanikotrana 22 11
Fruits 41 20,5
Autres (pain etc ) 9 4,5
Aucun 128 64
Total 200 100

La majorité des FAP ne prennent pas de goûter. Pour celles qui en prennent, c’est le
fruit qui est le plus fréquemment consommé.

24
3.5. Etat nutritionnel de la FAP

3.5.1. Répartition des FAP selon l’IMC

Tableau n°22 : Répartition des F.A.P selon l’IMC

IMC Fréquence %
<16 3 1,5
16,1 – 18,4 31 15,5
18,5 – 24,9 160 80
>=25 6 3
Total 200 100

Dans notre étude, 80% des FAP ont un poids normal, 15,5% sont légèrement
malnutris, 1,5% sont sévèrement malnutris, et 3% seulement ont un surpoids

Distribution d'IMC
%

90

80

70

60

50
%
40

30

20

10

0
<16 16,1 – 18,4 18,5 – 24,9 >=25
IMC

Graphique n°6 : Distribution d’IMC

25
3.6. Facteurs déterminants

3.6.1. Facteurs

3.6.1.1. Taille du ménage

Tableau n°23 : Relation entre la taille du ménage et l’état nutritionnel de la F.A.P

<18,5 >=18,5 Total


Taille de ménage
nombre % nombre % nombre %
<5 13 6,5 61 30,5 74 37
5 à 10 20 10 99 49,5 119 59,5
>10 1 0,5 6 3 7 3,5
Total 34 17 166 83 200 100

P=0.0090
Cette étude nous permet d’observer que la taille du ménage et l’état nutritionnel des
F.A.P sont corrélés de façon statistiquement significatives.

3.6.1.2. Profession

Tableau n°24 : Relation entre la profession et l’état nutritionnel de la F.A.P

<18,5 >=18,5 Total


7) Profession
Nombre % Nombre % Nombre %
Agriculteur 29 14,5 113 56,5 142 71
Vendeuse 1 0,5 10 5 11 5,5
Autres 4 2 43 21,5 47 23,5
Total 34 17 166 83 200 100

P=0.038
Il y a une étroite relation entre la profession des FAP et leur état nutritionnel.

26
3.6.1.3. Revenu mensuel

Tableau n°25 : Relation entre le revenu mensuel du ménage et l’état nutritionnel de la


F.A.P

Revenu mensuel <18,5 >=18,5 Total


(Ar) Nombre% % Nombre % Nombre %
<50000 16 8,29 73 37,8 89 46,11
50 à 100000 14 7,25 62 32,12 76 39,37
100 à 200000 1 0,51 20 10,36 21 10,88
>200000 3 1,55 4 2 7 3,62
Total 34 17 159 82,38 193 99,,,98

P=0.021
La relation entre ces deux variables est statistiquement significative.

3.6.2. Autres facteurs

3.6.2.1. L’âge

Tableau n°26 : Relation entre l’état nutritionnel de la F.A.P et son âge

<18,5 >=18,5 Total


Nombre % Nombre % Nombre %
2 1 22 11 24 12
19 9,5 70 35 89 44,5
4 2 51 25,5 55 27,5
9 4,5 23 11,5 32 16
34 17 166 83 200 100

P=0.074
D’après cet étude, nous avons constaté qua l’âge de la femme n’est pas parmi les
facteurs qui a une relation significative avec son état nutritionnel.

27
3.6.2.2. Niveau d’instruction

Tableau n°27 : Relation entre le niveau d’instruction de la F.A.P et son état nutritionnel

<18,5 >=18,5 Total


Niveau d'instruction
nombre % Nombre % Nombre %
Illettrée 7 3,5 21 10,5 28 14
Primaire 24 12 109 54,5 133 66,5
Secondaire 3 1,5 35 17,5 38 19
Supérieure 0 0 1 0,5 1 0,5
Total 34 17 166 83 200 100

P=0.2
Le niveau d’instruction de la F.A.P n’a pas une influence significative sur son état
nutritionnel.

3.6.2.3. Statut matrimonial

Tableau n°28 : Relation entre le statut matrimonial de la F.A.P et son état nutritionnel

<18,5 >=18,5 Total


Statut matrimonial
Nombre % Nombre % Nombre %
Célibataire 4 2 22 11 26 13
Divorcée 4 2 17 8,5 21 10,5
Marié 26 13 124 62 150 75
Veuve 0 0 3 1,5 3 1,5
Total 34 17 166 83 200 100

P=0.25
C’est un facteur qui n’a pas une relation significative avec l’état nutritionnel de la
F.A.P.

3.6.2.4. Nombre d’enfants

Tableau n°29 : Relation entre le nombre d’enfant et l’état nutritionnel de la F.A.P

<18,5 >=18,5 Total


6) Nombre d'enfant
Nombre % Nombre % Nombre %
<5 26 13 123 61,5 149 74,5
5 à 10 8 4 42 21 50 25
>10 0 0 1 0,5 1 0,5
Total 34 17 166 83 200 100

P=0.08

28
Cette relation n’est pas significative.

3.6.2.5. Planning familial

Tableau n°30 : Relation entre le planning familial et l’état nutritionnel de la F.A.P

<18,5 >=18,5 Total


Planning familial
nombre % nombre % nombre %
Oui 16 8 70 35 86 43
Non 18 9 96 48 114 57
Total 34 17 166 83 200 100

P=0.54
La planification familiale n’a pas une relation significative avec le temps nutritionnel
des FAP

29
DISCUSSIONS ET COMMENTAIRES

1. L’ETAT NUTRITIONNEL DE LA FAP

Le calcul de l’Indice de Masse Corporel ou IMC constitue une meilleure façon


d’apprécier l’état nutritionnel d’un individu humain adulte. Des études antérieures ont montré
que le taux de malnutrition chronique des Femmes Malgaches en âge de Procréer (21%) est
supérieur à celui des autres pays de l’Afrique subsaharienne, comme au Zimbabwe (5.0%), en
Côte d’Ivoire (7.9%) ou au Kenya (10.0%) ;(9).
A Madagascar, le taux de malnutrition chez les FAP est différent selon les lieux de
résidence, il est plus élevé en milieu rural (21%) qu’en milieu urbain (19%). La différence est
aussi marquée selon la province d’origine, les deux provinces Toliara et Fianarantsoa
(respectivement 28% et 24%) ont les taux les plus élevés comparativement aux autres
provinces (3).
La majorité des FAP (80%) dans cette étude a un IMC normal. La malnutrition
n’affecte que 17% des femmes enquêtées.
Cet état nutritionnel peut être dû à :
 la conduite de l’enquête pendant la période de récolte
 la coïncidence de la période de l’enquête avec celle des évènements traditionnels
pendant lesquels les gens consomment beaucoup des viandes et des légumes
 l’existence de sites de nutrition communautaire où les responsables mènent des
séances d’I E C sur la nutrition (15).
Pour avoir un aperçu plus général de l’état nutritionnel, il serait souhaitable de faire la
même étude pendant la période de soudure.

2. FACTEURS INFLUENÇANT L’ETAT NUTRITIONNEL DES FAP

2.1. L’âge de la FAP

Dans cette étude, les femmes de la tranche d’âge de 20 à 27 ans sont les plus
vulnérables à la malnutrition. On peut dire que c’est l’âge à partir duquel les F.A.P
commencent à s’occuper de leur propre famille, sans l’appui ni la protection des parents. Le
stress consécutif à ce changement de situation peut être l’origine de cette vulnérabilité.

30
Mais si on se réfère à d’autres études antérieures, nous constatons les mêmes résultats
puisque 21% des adolescentes sont atteintes de la malnutrition. La même fréquence est
observée dans la tranche d’âge de 45 à 49 ans. (3)

2.2. Statut matrimonial

Le statut célibataire d’une femme correspond souvent à une période de plus ou mois
longues. Pendant cette période, elles acquièrent moins d’expériences et des connaissances sur
la conduite d’un ménage : mauvaise gestion financière, ignorance à l’égard d’une alimentation
adéquate entraînant bien souvent une mauvaise utilisation des ressources existantes. On peut
dire aussi que les femmes qui s’occupent seules de leur ménage sont plus à risque d’être
malnutries. Les résultats de l’E D S vont dans le même sens puisqu’ils montrent qu’il y a des
plus pauvres ménages dirigés par une femmes (18.2 %) et par un homme (3.9 %).

2.3. Niveau d’instruction

D’après les résultats, l’état nutritionnel des FAP dépend de leur niveau d’instruction.
En effet, une femme instruite réfléchit mieux avant d’agir. Elle est plus réceptive aux conseils
qu’on lui donne. Ainsi, leurs habitudes alimentaires sont généralement meilleures,
contrairement aux femmes ayant un faible niveau d’instruction : celles-ci sont, en général,
trop conservatrices. L’enquête démographique et sanitaire effectuée en 2003-2004 montre que
27.7 % des femmes non éduquées sont atteintes de la malnutrition alors que ce taux atteint
seulement 12% à 19 % chez les femmes éduquées. Ceci justifie donc le lien entre l’état
nutritionnel et le niveau d’instruction des F.A.P.

2.4. Taille du ménage


La taille du ménage influe négativement sur l’état nutritionnel de la FAP. Ce fait est
probablement lié au nombre de personnes actives dans le ménage. Plus le nombre de
personnes actives est faible, plus le ménage est vulnérable à la malnutrition.
L’objectif du MAP concernant le nombre d’enfants est de 5 par femme (12). La
moyenne générale trouvée dans cette étude est de 3 enfants par femme. Cependant, dans la
majorité de ménages malgaches en milieu rural, la taille moyenne est entre 4 et 7 personnes
(3). Beaucoup de familles ont à charge, en plus de leurs enfants, d’autres personnes
(parents, …).

31
2.5. Profession et revenu du ménage

La malnutrition touche plus les agricultrices que les femmes impliquées dans d’autres
professions. En effet, ces agricultrices sont obligées de vendre une partie de la production
pour s’acheter des produits de première nécessité.
Par ailleurs, 35% des familles gagnent <50000Ar par mois. On peut dire que ce
revenu est insuffisant pour assurer la sécurité alimentaire du ménage.

3. CONSOMMATION ALIMENTAIRE

 L’enquête ayant été réalisée en pleine période de récolte, l’alimentation des FAP dans
cette zone d’étude a été variée. La fréquence des repas est généralement de trois fois
par jours à Madagascar. Nous faisons la même observation dans cette étude (98%).
Selon PASCAL LAPIES, 25 % de la ration alimentaire de la journée devrait être
consommée lors du petit déjeuner et respectivement 40 % et 35 % lors du déjeuner et
du dîner. (13)
Les résultats font ressortir les points suivants :
− Plus de 80% de FAP enquêtées consomment le riz avec du « Laoka » lors des 3
repas de la journée (petit déjeuner, déjeuner, dîner).
− 20,4% des FAP consomment des fruits lors du goûter. Cela s’explique par le
fait que l’enquête s’est déroulée pendant la saison d’abondance des fruits :
goyave, orange, pêche, etc.
Il est admis par ailleurs que l’alimentation du Malagasy est en général caractérisée par
sa monotonie : riche en glucides et pauvre en graisses (16).
 Il convient de dire que le riz est un aliment de base à Madagascar comme en Indonésie
(7). 100% des FAP dans la zone d’étude en consomment au moins une fois par jour
alors que certains groupes ethniques du Sud de Madagascar (Mahafaly, Antanosy),
n’en mangent pas du tout surtout en période de soudure où le riz est remplacé par les
féculents (surtout manioc) et autres céréales ( maïs, sorgho,…).(6)
Durant la période de soudure, dans notre zone, le riz pourrait être remplacé par
un « haninkotrana » comme le manioc ou le maïs ou la patate douce ou encore le taro lors
d’un ou deux repas de la journée. A cette période, le prix du riz est très élevé et le stock est
épuisé. (15)

32
Un repas habituel se compose de l’aliment de base : le riz, cuit simplement à l’eau,
sans sel et sans graisse et du « laoka » (7).
 Le petit déjeuner est composé du riz mou, auquel on ajoute quelquefois des restes du
repas de la vielle (7). Les 2 principaux repas (déjeuner, dîner) sont à peu près
identiques. On est peu préoccupé par la variété du menu d’un jour à l’autre.

33
SUGGESTION

Nos suggestions sont basées sur le renforcement des activités IEC en faveur des FAP :

− Former les femmes sur les techniques culturales (vivrière, maraîchère) et


les techniques culinaires pour pouvoir utiliser rationnellement les
ressources
− Promouvoir les Activités Génératrices de Revenu (AGR) pour améliorer la
sécurité alimentaire du ménage
− Sensibiliser les parents à l’éducation des filles afin de leur permettre
d’avoir une profession plus rémunératrice. Dès l’école, il important de
commencer l’enseignement de la nutrition pour améliorer le bien être de la
famille
− Utiliser la Radio comme moyen d’éducation et de sensibilisation sur les
habitudes alimentaires
− Créer des Radio Clubs permettant un échange d’expériences entre divers
groupes multisectoriels

A cet effet, l’alimentation de l’homme est intimement liée à la vie sociale, aux
traditions et, quelquefois à ses convictions religieuses. Il faut éviter à tout prix de heurter les
goûts et les coutumes ancestrales, ne pas essayer de changer les habitudes anciennes mais les
nouvelles habitudes.

− Donner des conseils nutritionnels (éducation nutritionnelle) ou faire des


démonstrations culinaires à l’intension des mères qui doivent individualiser
les thèmes suivant les problèmes régionaux.
− Former des animateurs nutritionnels
− Améliorer l’état nutritionnel des ménages par la mise en œuvre d’une
action multisectorielle (santé, agriculture, élevage, éducation, commerce,
social….)

34
La femme est le pilier de la famille, donc il faut lui assurer une bonne nutrition pour
qu’il n’y ait pas d’impact sur sa propre famille d’abord :

− promouvoir une alimentation équilibrée, adéquate pendant tout le long du


cycle de la vie
− promouvoir un repas supplémentaire et varié
− donner des suppléments en micronutriments
− diminuer les dépenses d’énergie
− espacer les naissances
C’est la responsabilité de la personne elle-même, de la famille, de la communauté ou
même de l’Etat.

35
CONCLUSION

Prendre en charge la santé d’une femme implique une prise en charge de toute la
famille car la femme tient un rôle important dans la vie familiale. C’est ainsi que nous
sommes intéressés à l’étude de l’état nutritionnel des FAP.

Nous sommes proposés, dans ce travail d’analyser les facteurs déterminants de l’état
nutritionnel et d’en dégager les problèmes nutritionnels dominant chez les FAP d’une
collectivité rurale malgache : celle de la Commune d’Ilaka Centre dans le district d’Ambositra
Notre étude repose sur des données recueillies lors d’une enquête nutritionnelle que
nous avons menée pendant le mois de Mai 2007 dans quelques Fokotany de la Commune
d’Ilaka Centre.

De notre étude il ressort que l’alimentation des FAP s’avère normal durant cette
période. La diversification alimentaire existe même si elle ne tient pas compte de la qualité
d’aliments ingérés.

Si on parle de la disponibilité alimentaire, elle est constante dû à leur production


multiple qu’on a observé dans cette région. La fréquence des prises des aliments des FAP est
en générale trois fois par jour avec une répartition inégale du ratio alimentaire durant la
journée car elle consomme moins le matin par rapport au midi et le soir. Le riz reste leur
aliment de base mais d’autres aliments des substitutions existent pendant la période de
soudure.

Tels sont les résultats de notre travail. Nos moyens très limités nous ont empêché
d’approfondir certains aspects, sans doute aussi intéressants de la nutrition de la femme en
âge de procrée. En particulier, ce travail mérite d’être complété ultérieurement par :
- Une étude de l’habitude alimentaire des femmes enceintes et allaitantes
- Une étude approfondie sur la carence en micronutriments chez les FAP et ses
conséquences.

36
Malgré ces imperfections, nous espérons, par ce travail, pouvoir apporter notre
modeste contribution à l’amélioration de l’état nutritionnel des FAP de la Commune d’Ilaka
Centre en préconisant les mesures suivantes :
- Une éducation nutritionnelle et /ou des démonstration culinaire sont indispensable
pour mener à un changement de comportement alimentaire. Cette éducation devrait
être commencée dans les écoles primaires.
- La formation des animateurs en nutrition.

Mais en fin de compte, l’amélioration de l’état nutritionnel des FAP est un devoir de
tous et de chacun .La prise des mesures par les autorités compétentes est indispensable pour
améliorer l’état nutritionnel de la FAP (exemple : création de travail pour les femmes).

37
BIBLIOGRAPHIE

1. Bulletin d’information sur la population de Madagascar n°17 Juin juillet 2006

2. Enfant en milieu tropical maternité, santé des femmes, OMS Genève n°1871188 6ème
édition

3. Enquête démographique sanitaire 2003-2004

4. Fahalalana Mahavonjy ; 2502 ; OMS-UNICEF ? UNESCO.

5. Guide pour la formation en nutrition des agents de santé et communautaire OMS


Genève 1990

6. Gazentitsika ; n°38-39, 1992-1993, pâge 55, 1er semestre

7. Jean Claudin et Jacques Rakotomalala ; pour mieux se nourrir ;1970

8. Lutte contre les carences en micronutriments ; déc. 1998 ; MINISAN ; OMS ;


LINKÂGE ; BASICS.

9. Nutrition maternelle LINKÂGE-AED-USAID

10. Malnutrition en situation de crise

11. Malnutrition de la femme ; mars 2005 OMS-UNICEF6MINISAN PF

12. MAP 2007

13. Pascal Lapie, l’hygiène alimentaire source de la santé ; 2001

14. Politique national de la nutrition 2004 à Madagascar

15. Plan du développement communal 2007 de Ilaka centre

16. Rabehaja Aimé ; Les aliments de Madagascar 2001


ANNEXES

ANNEXE I : Liste des Fokontany de la Commune Rurale d’Ilaka-Centre

Distance(km)
Nom du Fokontany Nombre de population Accessibilité
fkt-Commune
Ilaka centre 1439 0 12/12
Ankeniheny 612 1 12/12
Soavina 1629 2 12/12
Ambalatany 514 2 12/12
Ambatovory 452 4 12/12
Andakana 661 4 12/12
Ikianja 1471 4 12/12
Mahatsanda 538 5 12/12
Mamavoka 792 6 12/12
Antanimenakely 605 8 12/12
Ambalavao 772 8 12/12
Fandrianjato 639 9 12/12
Ambohiperivoana 865 12 10/12
Ankadilanana 949 12 12/12
Tsaramandroso 748 12 12/12
Morarano I 1343 12 10/12
Antokondambo 770 15 12/12
Bemasoandro 882 15 12/12
15667
ANNEXE II : Rappel de 24 heures

Habitude alimentaire
1) Fréquence de repas journalière
 1fois par jour
 2 fois par jour
 3 fois par jour
 Plus
2) Aliment consommé à la veille
 Dîner
 Déjeuner
 Petit déjeuner
3) Tabou alimentaire à énumérer
ANNEXE III : METHODE DE PESEE ET DE MESURE DE LA FEMME

Mesure du poids
- Utiliser une balance pèse personne UNICEF
- Porter des vêtements légers
- Peser au dixième de gramme près
- Noter
Mesure de la taille
- Mensuration debout
- Enlever les chaussures
- Le corps doit être dans un alignement correct le long de la toise
- Mettre le curseur sur le sommet de la tête en comprimant les cheveux
- Noter
ANNEXE IV : FICHE D’ENQUETE

Fanadihadiana ny vehivavy 15 – 49 taona


Institution National de Santé Public et Communautaire
Formation en vue de l’obtention de diplôme de licence en nutrition
FIZARANA I :Famantarana ny takela-panadihadiana
Région: Amoron’i Mania
District: Ambositra
Commue: Ilaka centre
Fokontany
Laharan’ny grappe
Date
FIZARANA II :Momba ny reny/Vehivavy
1. Firy taona ianao izao ?
2. Kilasy faha firy no nijanona nianatra ?
3. Manambady ve ianao?
4. Firy ny isanareo iray trano?
5. Firy ny isan’ny zanakao?
6. Inona ny filazambaovao anananao?
• Radio
• Gazety
• Tele
• Hafa
7. Inona ny fanabeazana ampiasanao?
8. Inona ny asa fivelomanao?
FIZARANA III : Momba ny tokan-trano
9. Ohatrinona ny volamiditra ao an-tokantranonareo isambolana?
10. Ohatrinona ny vola atokana hatao sakafo isambolana?
11. Aiza ianareo no maka rano?
• Loharano
• Vovo
• Pompy
• Hafa
12. Manana WC ve ianareo?
FIZARANA IV : Momba ny sakafo
13. Inona avy no sakafo nohaninao omaly ?
• Maraina:
• Atoandro:
• Hariva:
• Anelanelampotoana:
14. Inona ny fototsankafonao?
15. Impiry isan’andro ianao no misakafo?
16. Manao ahoana ny haben’ny sakafo anjaranao miohatra amin’ny lehilahy
17. Inona avy ny sakafo fady anao?
FIZARANA V : Fandrefesana sy fandanjana
• Lanja (kg)
• Refy (m)
Titre du mémoire : ETAT NUTRITIONNEL DE LA FEMME EN AGE
DE PROCREER ET SES FACTEURS DETERMINANTS DANS LA
COMMUNE D’ILAKA CENTRE
Rubrique : Santé Publique Nombre de pages : 37 Nombre de tableaux : 30
Nombre de figures : 5 Nombre de graphiques : 6 Nombre d'annexes : 4
Nombre de références bibliographiques : 16

RESUME

Les Femmes en Age de Procréer sont le pilier d’une famille et même d’une génération.
Elles sont des groupes vulnérables à la malnutrition. Cet état de déficience énergétique est
influencé par des diverses caractéristiques, de la femme même, mais surtout des ménages.
Cet étude effectué dans le Commune .Rurale d’ILAKA CENTRE district d’Ambositra
région de Amoron’i Mania le mois de Mais 2007 sur l’état nutritionnel et leurs facteurs
déterminants chez les FAP.
Le résultat de cet étude montre que 17% des femmes présente de malnutrition
chroniques avec ; 14,5% malnutrition légère
1% malnutrition modéré
1,5% malnutrition sévère
La taille du ménage, la profession et les revenus mensuels du ménage sont les facteurs
qui sont significativement en relation avec cet état nutritionnel
Les autres facteurs ne sont pas significatifs mais pouvant en avoir une influence
lointaine
Pour réduire cet taux de malnutrition chronique…, des diverses actions devraient être
mise en œuvre surtout les activités d’information, éducation, communication (I.E.C) et
l’amélioration de la condition de vie des femmes en âge de procréer.

Mots clé : Etat nutritionnel, Habitude alimentaire, Femme en âge de procréer


Président du mémoire : ANDRIANASOLO Roger
Adresse de l'auteur : Lot IO 10 Antady FIANARANTSOA

Bewerten