Sie sind auf Seite 1von 14

Revue

Construction Référence

Métallique FAT-CAL 1-01

VÉRIFICATION À LA FATIGUE D’UN ASSEMBLAGE


DE CHARPENTE MÉTALLIQUE
par M. Lukić

1. – INTRODUCTION

Une structure peut être considérée défaillante lorsque au moins un des états limites
ultimes se trouve être atteint. Parmi ces états limites figure la fatigue (ou fissuration pro-
gressive), due à des charges répétées en un très grand nombre de cycles dans le temps.
Passé un certain seuil de fissuration, il risque de se produire un phénomène de rupture.

D’une manière générale, la rupture se produit par propagation d’un défaut existant dans
le matériau. Tous les matériaux contiennent un certain nombre de défauts qui peuvent
se propager sous l’action des charges répétées et qui peuvent conduire à la rupture
lorsqu’ils atteignent une taille critique.

Dans le cas d’une pièce lisse, la fissure peut prendre naissance à partir de défauts
microscopiques à l’échelle du grain, ou de défauts de bord dus à l’oxycoupage, au per-
çage, etc. Dans le cas des constructions soudées, ne faisant pas l’objet d’un traitement
de parachèvement, c’est à partir d’un cordon de soudure qu’une fissure peut s’amorcer,
car il existe toujours des défauts dus à la soudure.

Les étapes du développement d’une fissure – selon une terminologie reconnue – sont :

– L’amorçage d’une fissure microscopique au niveau d’entailles aiguës ou de défauts


préexistants, sièges de concentration de contraintes très locales.

– La propagation lente d’une fissure macroscopique, à partir du moment où sa profon-


deur est comprise entre 0,1 et 0,5 mm. La mécanique de la rupture fournit des lois de
propagation pour cette étape.

– La rupture, qui peut être ductile ou fragile, selon les propriétés du matériau.

M. LUKIĆ – Ingénieur au CTICM

CENTRE TECHNIQUE INDUSTRIEL Domaine de Saint-Paul, 78470 Saint-Rémy-lès-Chevreuse


Tél.: 01-30-85-25-00 - Télécopieur 01-30-52-75-38
DE LA CONSTRUCTION MÉTALLIQUE
Construction Métallique, n° 2-2001
50 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

2. – CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE VIS-À-VIS DE LA FATIGUE

La capacité d’un détail de structure à résister à la fatigue est caractérisée par sa durée de
vie à la fatigue. Celle-ci est définie par le nombre de cycles d’étendues de contrainte
conduisant à la rupture. La notion plus concrète pour le projeteur est la durée de vie de
calcul qui est la durée de référence pendant laquelle l’élément se comporte en sécurité
vis-à-vis de la fatigue. De nombreux facteurs peuvent avoir une influence notable sur la
durée de vie à la fatigue des éléments. Les facteurs les plus importants pouvant être
retenus pour les justifications des détails de structure sont :

– Les nombres de cycles, N,


2 – Les étendues correspondantes de contrainte nominale, ∆σ ou ∆τ, qui peuvent être :
– d’amplitude constante, ou
– d’amplitude variable,

– Leur géométrie et leur exécution.

La contrainte nominale est la contrainte dans le métal de base calculée selon la théorie
élastique simple de la résistance des matériaux, à l’exclusion de tous les effets de
concentration de contrainte. L’étendue de contrainte nominale, ∆σ ou ∆τ, est la diffé-
rence algébrique entre deux extrêma successifs d’un cycle de contrainte nominale. De
l’autre côté, la géométrie et l’exécution des assemblages sont caractérisées par la
notion de catégorie de détails d’assemblage définie plus loin.

La résistance à la fatigue d’un détail est établie expérimentalement. Ce détail est soumis
à des cycles d’étendue de contrainte, ∆σ ou ∆τ, d’amplitude constante. Le nombre de
cycles à la rupture, N, correspond généralement à une fissuration notable de l’éprou-
vette. Différents essais permettent de tracer ∆σ ou ∆τ en fonction de N. Compte tenu de
la dispersion importante des résultats de tels essais, une courbe – appelée courbe S – N,
ou courbe de Wöhler – correspondant à une probabilité de non-ruine de 95 % est rete-
nue.

Fig. 1 – Courbes S – N [1]

Construction Métallique, n° 2-2001


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 51

FAT-CAL 1-01

Une telle courbe – pour les contraintes normales (Fig. 1) – est caractérisée par [1] :

– La résistance à deux millions de cycles, ∆σC, conventionnellement choisie, appelée


catégorie de détail. Cette résistance est le point de référence qui caractérise la
courbe. Elle varie de 36 à 125 MPa (160 MPa pour les produits laminés), selon les
détails.

– La résistance à cinq millions de cycles, ∆σD , mise en évidence par les essais, appelée
limite de fatigue sous amplitude constante. Si tous les cycles de variation de
contraintes se situent en dessous de cette résistance, la propagation ne s’initie pas.

– La résistance à cent millions de cycles, ∆σL, conventionnellement choisie pour


prendre en compte l’endommagement sous amplitude variable, appelée limite de
troncature. Les étendues de contrainte qui se situent en dessous de cette valeur ne
3
créent pas de dommage.

Une courbe de résistance à la fatigue pour les contraintes normales nominales peut
donc être définie par :

∆σRm N = ∆σDm 5 × 106, (1)

où :

∆σR est la résistance à la fatigue pour N cycles,

N est le nombre de cycles de variation de contrainte,

m est la constante de pente des courbes de résistance à la fatigue, dont la valeur est
3, pour N  5 × 106, et 5, pour N  5 × 106 cycles,

2 × 106
∆σD =

3 –––––––––––––
5 × 106
∆σC  0,736 ∆σC est la résistance à la fatigue pour 5 × 106 cycles, et

∆σC est la résistance à la fatigue pour 2 × 106 cycles, c’est-à-dire la catégorie de détail.

Quant aux contraintes de cisaillement (Fig. 1), la courbe S – N est caractérisée par deux
points, définis comme pour les contraintes normales :

– Sa catégorie de détail, ∆τC , et

– Sa limite de troncature, ∆τL.

Les courbes S – N servent de base pour la vérification réglementaire à la fatigue. En


l’absence d’autre référence traitant ce sujet, on se réfère généralement à la version fran-
çaise de l’Eurocode 3 (EC3), « Calcul des structures en acier », dénommée EC3-DAN,
DAN pour Document d’Application Nationale. Elle apporte des adaptations à la version
« européenne » de l’EC3. Elle est applicable au domaine du bâtiment, mais il est
conseillé de s’y référer aussi pour la vérification à la fatigue des ponts.

Le chapitre de l’Eurocode 3 qui concerne la résistance à la fatigue est le chapitre 9,


« Fatigue », de la Partie 1-1, « Règles générales et règles pour les bâtiments », dénom-
mée P 22-311-9 [2].

Construction Métallique, n° 2-2001


52 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

3. – VÉRIFICATION RÉGLEMENTAIRE À LA FATIGUE

Ci-dessous nous donnons – en italique – les clauses réglementaires de P 22-311-9,


assorties de quelques commentaires.

9.1.1(1) L’objet du dimensionnement d’une structure à l’état limite de fatigue est de


s’assurer, avec un niveau acceptable de probabilité, que son comportement reste satis-
faisant pendant toute la durée de vie de calcul, de sorte qu’il soit improbable que la
structure soit ruinée par fatigue ou nécessite la réparation de désordres provoqués par
fatigue.

4 9.3.4(2) En ce qui concerne les conséquences de la ruine, deux cas peuvent se présen-
ter :

– Éléments « redondants », c’est-à-dire que la ruine locale d’un élément constitutif n’a
pas pour conséquence la ruine de la structure,

– Éléments « non redondants », c’est-à-dire que la ruine locale d’un élément constitutif
conduit rapidement à la ruine de la structure.

9.1.1(2) Le degré requis de sécurité est obtenu par l’application des coefficients partiels
de sécurité adéquats.

9.5.1(1) La sécurité de la structure est vérifiée soit :

– En termes de dommage cumulé, en comparant le dommage produit au dommage


admissible, ou

– En termes d’étendue équivalente de contrainte comparée à la résistance à la fatigue


pour un nombre donné de cycles de contrainte.

La vérification à la fatigue utilise donc deux formats :

– Dans le cas des cycles d’amplitude constante, l’étendue de contrainte agissant N fois
est comparée à la résistance à la fatigue du détail concerné pour N cycles :

γFf ∆σ  ∆σR / γMf , (2)

où :

∆σ représente l’étendue de contrainte qui agit N fois,

∆σR représente la résistance à la fatigue pour N cycles,

γFf est le coefficient partiel de sécurité pour le chargement de fatigue, qui prend en
compte les incertitudes dans l’analyse d’une structure,

γMf est le coefficient partiel de sécurité pour la résistance à la fatigue, qui tient compte
des incertitudes sur la résistance.

– Quant aux cycles d’amplitude variable, une loi d’endommagement est le plus sou-
vent appliquée pour mesurer la sévérité de la fissuration. Le modèle de Miner sup-
pose que le dommage s’accumule de manière linéaire :

ni
D= Σi N
––––
i
 1,

Construction Métallique, n° 2-2001


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 53

FAT-CAL 1-01

où :

ni est le nombre de cycles appliqué, correspondant à l’étendue de contrainte ∆σi , pen-


dant la durée de vie requise,

Ni est le nombre de cycles déduit d’une courbe S – N, correspondant à l’étendue de


contrainte ∆σi.

9.6.1(1) La résistance à la fatigue est définie pour les contraintes normales par une série
de courbes log ∆σR – log N, chacune d’elles s’appliquant à une catégorie de détail
constructif. Chaque catégorie de détail constructif est désignée par un nombre qui
représente, en N/mm2, la valeur de référence ∆σC de la résistance à la fatigue à 2 mil-
lions de cycles (Fig. 2). Les valeurs utilisées sont des valeurs arrondies, correspondant
aux catégories de détails constructifs du tableau 9.6.1.
5

Fig. 2 – Courbes S – N réglementaires [2]

9.6.1(4) Les courbes sont fondées sur les études expérimentales représentatives et, par
conséquent, englobent les effets :

– des concentrations locales de contraintes dues à la géométrie du cordon de soudure,

– de la dimension et de la forme des discontinuités acceptables,

– de la direction de la contrainte,

– des contraintes résiduelles,

– des conditions métallurgiques,

– dans certains cas, des opérations de soudage et des procédés d’amélioration consé-
cutifs.

C’est effectivement grâce à la présence d’importantes contraintes résiduelles de traction


dans les assemblages soudés que les courbes S – N sont applicables à la majeure partie
des cas pratiques.

Construction Métallique, n° 2-2001


54 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

Deux points particuliers concernant l’utilisation des courbes de résistance à la fatigue


méritent d’être soulignés :

– Les catégories de détail ne sont valables que si les soudures respectent un niveau de
qualité donné, qui doit être défini dans une norme.

– Les catégories de détail ne permettent pas toujours de prendre en compte un niveau


de qualité supérieure et encore moins de tenir compte d’une procédure de parachè-
vement améliorant la résistance à la fatigue.

9.1.2(3) Les procédures de vérification à la fatigue données dans ce chapitre ne sont


applicables qu’à la condition que tous les aciers de construction, les organes de fixation
6 et les produits de soudage soient conformes aux dispositions du Chapitre 3 [3].

9.5.1(3) Pour les détails constructifs définis dans les tableaux de classification des
détails (tableaux 9.8.1 à 9.8.7) on utilisera l’étendue de contrainte nominale.

9.1.4(1) La vérification à la fatigue n’est pas requise pour les ossatures de bâtiments, à
l’exception des cas suivants :

– Éléments supportant des dispositifs de levage ou des charges roulantes,

– Éléments sollicités par des cycles répétés de contraintes dûs à des machines
vibrantes,

– Éléments soumis à des oscillations dues au vent,

– Éléments soumis à des oscillations induites par le rassemblement de personnes.

4. – EXEMPLE NUMÉRIQUE

On s’intéresse ici à une ossature dont on étudie le détail constitutif et qui reçoit deux cas
de charges :

1. Les efforts permanents

2. Les efforts variables pour lesquels le maître d’ouvrage a spécifié :

– Un chargement de fatigue d’amplitude constante,

– Un nombre de cycle, N = 1 971 000 cycles, à prendre en compte,

– Une durée de vie requise.

L’histogramme des ∆σ est donc simple : tous les ∆σ sont de même valeur pour un détail
quelconque et se produisent en nombre connu.

Les aciers sont de nuance S 235 (NF EN 10025). S’agissant d’une ossature sollicitée en
fatigue, les exigences suivantes sont à noter :

– Soudures de la classe de qualité 2 (au moins), selon NF P 22-474.

– Boulons HR à serrage contrôlé (jugés préférables par rapport aux boulons normaux
vis-à-vis de la fatigue), car :

Construction Métallique, n° 2-2001


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 55

FAT-CAL 1-01

– les boulons à serrage contrôlé ne posent pas de problème de fatigue en traction si


le contact des pièces assemblées est assuré (sinon, il faut une justification) ;
– il n’y a pas de problème de fatigue vis-à-vis du cisaillement dès lors que l’assem-
blage travaille en frottement.

– Soudures à pleine pénétration, sauf exceptions dûment justifiées par le calcul. (Sou-
dures à pénétration partielle et les cordons d’angle sont pénalisés à la fatigue par le
risque de fissuration à la racine du cordon et ne conviennent donc pas pour les fortes
sollicitations.)

De manière générale, la prise en compte de la fatigue se traduit plus par une vérification
plutôt qu’un dimensionnement. La résistance à la fatigue est justifiée par calcul : les
changements d’épaisseur ou de conception peuvent ainsi être proposés au maître 7
d’ouvrage. En l’absence d’autre référence traitant le sujet, on se réfère généralement à
l’EC3-DAN, chapitre qui traite la fatigue, P 22-311-9 [2].

Selon (1) et (2), le format de vérification en fatigue d’un détail constructif, soumis aux
cycles d’amplitude constante, est donc :

(γMf γFf ∆σ)3N  ∆σC3 2 × 106, (3)


avec

∆σ [MPa] : Variation de contrainte provoquée par le chargement de fatigue (cas de


charge variable variant entre 0 et σmax, c’est-à-dire ∆σ = σmax),

γMf γFf : Produit des coefficients partiels de sécurité pour la fatigue, soit
1,25 × 1,00 = 1,25
(cas d’une structure non inspectée spécifiquement vis-à-vis de la fatigue, et
avec conséquence d’une rupture affectant la sécurité des personnes ou
entraînant une importante perte d’exploitation, cf. P 22-311-9),

∆σC [MPa] : Catégorie de détail constructif (résistance à 2 × 106 cycles).

On en déduit le critère de vérification en fatigue – pour un détail constructif de cette


ossature – par comparaison directe de ∆σ et de ∆σC :

2 × 106 2 × 106
 
1 1
∆σ  3 ––––––––––––– –––––––––– ∆σC = 3 –––––––––––––––––––– ––––––– ∆σC = 0,812 ∆σC . (4)
N γMf γff 1,971 × 10 6
1,25

Ce critère sera utilisé dans les justifications en fatigue.

Le détail constructif à traiter – dont l’inspiration a été trouvée dans la référence [4] – est
un assemblage de trois poutres en HEA 500 : une poutre porteuse et deux poutres por-
tées. Ces dernières sont supposées articulées dans le calcul de l’ossature. Afin de facili-
ter la pose et plus particulièrement le serrage contrôlé des boulons, l’assemblage est
réalisé en utilisant des plats – dont les dimensions sont 260 × 134 × 15 (en mm) – soudés
sur l’âme de la poutre porteuse et sur lequel les âmes des poutres portées sont boulon-
nées (Fig. 3). Les cordons d’angle pour les plats ont une gorge de 8 mm.

Comme il n’y a pas de problème de fatigue pour les boulons à serrage contrôlé vis-à-vis
du cisaillement, on s’intéresse seulement à la liaison soudée plat-âme. Cette dernière
est calculée en y appliquant la réaction de la poutre portée, F, agissant au centre de gra-
vité des quatre boulons (Fig. 4) :

État limite Fx Fy Fz
Fatigue 0 40 kN 5 kN

Construction Métallique, n° 2-2001


56 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

HEA 500 HEA 500 HEA 500

54 40 40

40
60
8 60
60
40
15
134
8 HEA 500
Fig. 3 – Assemblage, 1re solution

94
15

8
∆Fz = 5 kN ∆Fz = 5 kN

∆Fy = 40 kN ∆Fy = 40 kN

134

Fig. 4 – Efforts, 1re solution

Cet assemblage peut être assimilé à un assemblage soudé par soudures (d’angle) trans-
mettant des efforts (Tableau 9.8.5 de P 22-311-9 [2]). Deux vérifications à la fatigue sont
exigées :

1. Vis-à-vis de la fissuration au pied du cordon, en déterminant l’étendue de contrainte


dans le plat attaché (Fig. 4), catégorie 71.

Les recommandations [5] précisent que « pour des composants classiques dont la géo-
métrie est simple, la contrainte nominale peut être déterminée à partir des théories élé-
mentaires de la résistance des matériaux fondées sur un comportement mécanique
linéaire élastique ».

Les moments fléchissants et les modules de flexion au pied du cordon sont :

∆Mz = 40 × 103 . (94 – 8


2) = 40 × 103 . 82,7 = 3 308 × 103 Nmm,

∆My = 5 × 103 . 82,7 = 413,5 × 103 Nmm ;

15 . 2602
Wz = –––––––––––––– = 169 × 103 mm3,
6

260 . 153
Wy = –––––––––––––– = 9,75 × 103 mm3.
6

L’étendue de contrainte à cet endroit est donc :


3 308 × 103 413,5 × 103
∆σmax = + –––––––––––––––––––
––––––––––––––––––– = 19,57 + 42,41 = 61,98 MPa  57,65 MPa = 0,812 . 71 MPa.
169 × 103 9,75 × 103
Critère (4) non justifié.

Construction Métallique, n° 2-2001


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 57

FAT-CAL 1-01

2. Vis-à-vis de la fissuration à la racine. Vu le fait que déjà la première vérification n’est


pas satisfaite, la deuxième n’a plus de sens.

Ces analyses montrent que cette solution « classique » ne donne pas les résultats satis-
faisants. Pour résoudre ce problème, la première idée est de « rigidifier » le plat soudé et
de maintenir le caractère articulé de la poutre portée. Ceci est fait en le transformant en
raidisseur vertical, soudé sur tout son contact aux semelles et à l’âme, comme présenté
sur la Figure 5. Les cordons d’angle ont toujours une gorge de 8 mm.

HEA 500 HEA 500 HEA 500

54 40 40
9
60
8 60
60

15
134

HEA 500
Fig. 5 – Assemblage, 2e solution

Cet assemblage ne peut pas être trouvé dans les tableaux de P 22-311-9 [2]. La référence
[5] nous oblige à utiliser – pour les composants dont la géométrie est plus complexe – la
méthode des éléments finis. Elle précise que : « Pour la détermination des contraintes
nominales à partir de cette méthode, le maillage peut être simple et grossier ». Pour
calculer ces contraintes nominales, on a donc utilisé un logiciel, simple à utiliser, mais
destiné principalement à l’enseignement du calcul des structures par la méthode des
éléments finis. Ce logiciel – RDM, Version 6, de l’IUT du Mans – permet :

– La modélisation et le maillage d’un domaine plan,

– L’évaluation du comportement mécanique et/ou thermique d’une pièce plane ou axi-


symétrique.

Par contre, les calculs en membrane et en plaque ne peuvent pas être traités simultané-
ment. Or, les deux modes de chargement du raidisseur doivent être séparés (Fig. 6) :

1. Un calcul en membrane pour le premier (∆Fy), et

2. Un calcul en plaque pour le second (∆Fz).

94 15

8
∆Fz = 5 kN ∆Fz = 5 kN

∆Fy = 40 kN ∆Fy = 40 kN

134

Fig. 6 – Efforts, 2e solution

Construction Métallique, n° 2-2001


58 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

Ce raidisseur est modélisé en y appliquant la charge venant de la poutre portée, divisée


sur les quatre boulons et distribuée sur le contour des quatre trous. De plus, les liaisons
sont modélisées comme encastrées. Il est clair qu’en réalité ces liaisons se trouvent
quelque part entre l’encastrement et l’articulation, mais on opte ici pour l’encastrement,
car ce cas est considéré plus proche de la réalité. Il faut donc être prudent avec les résul-
tats obtenus. Il est clair que si, par exemple :

– Les étendues de contrainte sont très faibles par rapport à la résistance à la fatigue, on
peut se contenter du résultat obtenu, mais si

– Ces étendues sont proches de cette résistance, il faut soit refaire le calcul avec un
logiciel plus précis, soit changer les dimensions ou la conception de l’assemblage.
10 Les résultats obtenus sont présentés sur les Figures 7 et 8.

Les résultats ainsi obtenus permettent de considérer chacune des sections (A-A et B-B)
comme un assemblage soudé par soudures (d’angle) transmettant des efforts
(cf. Tableau 9.8.5 de P 22-311-9 [2]). Donc, la procédure de vérification reste la même.

Fig. 7 – Chargement dans le plan du raidisseur, ∆Fy = 40 kN

Construction Métallique, n° 2-2001


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 59

FAT-CAL 1-01

11

Fig. 8 – Chargement perpendiculaire au plan du raidisseur, ∆Fz = 5 kN

1. Vérification vis-à-vis de la fissuration au pied du cordon :

Dans la section A-A :

∆σ1, max = 8,08 + 18,99 = 27,07 MPa  57,65 MPa = 0,812 . 71 MPa ;

Dans la section B-B :

∆σ2, max = 32,14 + 0 = 32,14 MPa  57,65 MPa = 0,812 . 71 MPa.

Critères (4) justifiés.

2. Vérification vis-à-vis de la fissuration à la racine, en prenant les catégories 36 pour σw


et 80 pour τw :

Dans la section B-B :


e 15
∆σw, max = ∆σ2, max ––––– = 32,14 ––––––– = 30,13 MPa  29,23 MPa = 0,812 . 36 MPa.
2a 2.8
Critère (4) non justifié.

Construction Métallique, n° 2-2001


60 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

La vérification de ∆τw n’a plus de sens (avec les dimensions initiales).

Même avec ce plat-raidisseur, les résistances à la fatigue (cette fois, vis-à-vis de la fissu-
ration à la racine) sont dépassées. Pour satisfaire ces vérifications, une solution envisa-
geable peut être de remplacer les cordons d’angle ayant une gorge de 8 mm par les cor-
dons qui ont une gorge de 10 mm, par exemple :

e 15
∆σw, max = ∆σ2, max ––––– = 32,14 ––––––––– = 24,10 MPa  29,23 MPa = 0,812 . 36 MPa.
2a 2 . 10

Critère (4) justifié.

12 Une autre solution peut être de remplacer les cordons d’angle par les cordons à pleine
pénétration, donc de se limiter à la première vérification (cf. Tableau 9.8.5 de P 22-311-9
[2]) :

∆σmax = 32,14 + 0 = 32,14 MPa  57,65 MPa = 0,812 . 71 MPa.

Critère (4) justifié.

Mais, il est considéré que ces résultats ne sont pas suffisamment satisfaisants, vu les
limites du logiciel utilisé et de la modélisation adoptée. Une nouvelle solution est donc
étudiée : reprendre les efforts horizontaux – d’ailleurs plus pénalisants – par les couvre-
joints, avec les boulons HR travaillant en cisaillement (qui ne doivent pas être vérifiés à
la fatigue), et les efforts verticaux par le plat vertical. Ainsi, on arrive à la solution sui-
vante (Fig. 9).

HEA 500 HEA 500 HEA 500

54 40 40

40
60
8 60
60
40
15
134

HEA 500

Fig. 9 – Assemblage, 3e solution

Dans la mesure où on prend comme hypothèse que les efforts ∆Fz – ainsi que le
moment fléchissant Mz , car c’est maintenant un assemblage encastré – sont pris par les
couvre-joints et que seul l’effort vertical transite par l’âme (Fig. 10), les contraintes dans
le plat restent quasiment identiques à celles de la première solution, dues aux efforts
∆Fy (Fig. 4). Cette hypothèse peut être facilement justifiée : un calcul simple montre que
– dans ce cas – la partie de moment fléchissant Mz transitant par l’âme est inférieure à
5 %.

Construction Métallique, n° 2-2001


Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS 61

FAT-CAL 1-01

94 ∆Fz1 ∆Fz1

15
8

∆Fy = 40 kN ∆Fy = 40 kN

134
∆Fz2 ∆Fz2

Fig. 10 – Efforts, 3e solution 13

Donc, les étendues de contraintes dans le plat – toujours assimilé à un assemblage


soudé par soudures (d’angle) transmettant des efforts (cf. Tableau 9.8.5 de P 22-311-9
[2]) – sont :

1. Vérification vis-à-vis de la fissuration au pied du cordon :

3 308 × 103
∆σmax = –––––––––––––––––– = 19,57  57,65 MPa = 0,812 . 71 MPa.
169 × 103

Critère (4) justifié.

2. Vérification vis-à-vis de la fissuration à la racine, en prenant les catégories 36 pour σw


et 80 pour τw :

e 15
∆σw, max = ∆σmax ––––– = 19,57 ––––––– = 18,35 MPa  29,23 MPa = 0,812 . 36 MPa,
2a 2.8

Fy 40 × 103
∆τw, max = = ––––––––––––––––– = 9,62 MPa  64,96 MPa = 0,812 . 80 MPa.
––––––––
2a . l 2 . 8 . 260

Critères (4) justifiés.

Toutes les conditions requises étant enfin ainsi vérifiées, c’est cette dernière solution qui
peut être acceptée.

5. – CONCLUSION

Cet exemple simple montre que – dans certains cas – la fatigue peut devenir détermi-
nante pour les dimensions et pour la conception des assemblages. Donc, la vérification
à la fatigue doit être prise au sérieux dans tous les cas où les efforts variables sont à
envisager.

Construction Métallique, n° 2-2001


62 Rubrique TECHNIQUE ET APPLICATIONS

FAT-CAL 1-01

6. – BIBLIOGRAPHIE

[1] Ponts métalliques et mixtes. Résistance à la fatigue. Guide de conception et de jus-


tifications, SETRA, 1996.

[2] P 22-311-9, Eurocode 3 – « Calcul des structures en acier » et Document d’Applica-


tion Nationale – Partie 1.1 : Règles générales et règles pour les bâtiments ;
Chapitre 9 : Fatigue, AFNOR, 1992.

[3] P 22-311-3, Eurocode 3 – « Calcul des structures en acier » et Document d’Applica-


tion Nationale – Partie 1.1 : Règles générales et règles pour les bâtiments ;
14 Chapitre 3 : Matériaux, AFNOR, 1992.

[4] P. Marek et al. – Kovové konstrukce pozemních staveb, SNTL-Alfa, Prague-Brati-


slava, 1985.

[5] A. Hobbacher et al. – Recommandations pour la conception en fatigue des assem-


blages et des composants soudés, CTICM, 1996.

Construction Métallique, n° 2-2001