Sie sind auf Seite 1von 2

SES.

Première
Deuxième partie : L’organisation sociale
Chapitre 5 : La socialisation : déterminismes et interactions : Révisions :
Correction

I- Complétez le texte suivants à l’aide des notions suivantes :


Un agent de socialisation a pour fonction de transformer des valeurs en normes et en statuts. La
socialisation favorise l’intégration en permettant à chacun d’occuper ses différents rôles sociaux. En
raison de l’importance de la famille dans la socialisation, on assiste souvent à la transmission du statut
global d’une génération à l’autre. On peut parler de reproduction sociale
De nos jours, les sociologues analysent la socialisation en partant de l’individu Ils insistent sur le fait que
le socialisé participe activement à sa socialisation. Celle-ci se réalise grâce aux interactions entre
l’individu et ses multiples partenaires de socialisation. Elle conduit à la création d’une identité
individuelle qui repose sur des identités collectives

II- Complétez le tableau suivant :


Socialisation primaire Socialisation secondaire
Agents de socialisation Famille et école pour l’enfance En + des précédents : entreprise,
Pairs et médias en + pour associations, citoyenneté…
l’adolescence

Période concernée Enfance et adolescence Age adulte

Caractéristiques des valeurs et L’individu fait alors Rôle plus important des
des normes transmises. l’apprentissage de toutes les interactions.
Exemples règles de la société (langage,
propreté, hiérarchie, rôles
sociaux …). Rôle important de
l’imitation et inculcation.
Aspect concerné de la Il acquiert ses attributs Il se construit les compléments
personnalité de l’individu. identitaires de base (prénom, de son identité (identité
Exemples nom, genre, nationalité) professionnelle, conjugale,
engagements citoyens…)
Caractéristique irréversible ou Acquisition de prédispositions Réversible (nos goûts changent),
non de la socialisation. (Habitus) : elles vont jouer le notamment parce que nous
Justifications rôle d’un filtre pour les sommes amenés à changer de
acquisitions futures (Cf. exercice statut au cours de notre vie, ce
ci-dessous) car cette socialisation qui nous conduit à des nouvelles
porte sur le moment où phases d’apprentissage, très
l’individu est le plus malléable. intenses (changements
Mais ce ne sont que des professionnels, familiaux,
prédispositions : les rencontres et géographiques…)
le parcours de l’individu
modifieront ces prédispositions.

III- La socialisation : entre reproduction sociale et changements social et individuel


Pratiques des enfants
Régulière Irrégulière Non-pratique Sans religion
Régulière 67 26 6 2
Pratiques des Irrégulière 13 59 23 5
Parents Non-pratique 4 29 54 13
Sans religion - 5 22 74
Pratiquants réguliers : regroupent les pratiques dominicaux (messe une ou plusieurs fois par semaine) et les pratiquants
mensuels (une ou deux fois par mois).
Pratiquants irréguliers : quelques fois dans l’année, aux grandes fêtes.
Non-pratiquants : jamais à la messe sauf aux cérémonies.
Source : G.Michelat, « L’identité catholique des Français », Revue française de sociologie, XXXLI,4, 1990.

1- Faites une phrase avec chacune des données en gras.


En 1990, en France, sur 100 enfants dont les parents avaient une pratique religieuse régulière, 67 avaient
eux-mêmes une pratique régulière alors que 2 se déclaraient sans religion.

2- Résumez en une phrase l’idée essentielle du tableau.


La pratique religieuse semble largement transmise par celle des parents : plus les parents sont pratiquants,
plus les enfants ont des chances de l’être et inversement.

3- Dans quelle mesure ce tableau nous fait apparaître la socialisation comme un vecteur de
reproduction sociale.
La diagonale du tableau nous montre une forte reproduction sociale : plus les parents pratiquent et plus les
enfants ont de chances de pratiquer eux-aussi. Ainsi, 67% des enfants dont les parents avaient une
pratique religieuse régulière avaient eux-mêmes une pratique religieuse régulière. De même, 74% des
enfants dont les parents se déclaraient sans religion se déclaraient eux-mêmes sans religion. En matière
religieuse, l’adage tel mère tel fils semble se vérifier. Dans ce domaine, les enfants semblent
profondément marqués par les systèmes de valeurs familiaux.
Toutefois, cette reproduction sociale n’est pas absolue. On peut parler de « ratés » de la transmission. En
particulier pour les « niveaux » intermédiaires (pratiques irrégulière et non pratique) où la pratique des
enfants semble être (relativement) moins dépendante de celle de leurs parents. Par exemple, si 59% des
enfants dont les parents avaient une pratique irrégulière avaient eux-mêmes une pratique irrégulière, 23%
se déclaraient sans pratique, 13% pratiquants réguliers, et 5% sans religion.
Le concept d’habitus semble particulièrement pertinent : système de dispositions acquises durant la
socialisation primaire qui façonne nos goûts et pratiques, mais ne nous empêche pas de changer au gré de
notre histoire et de notre parcours personnels.