Sie sind auf Seite 1von 4

ITINERA INSTITUTE OPINION

2011/33
09 05 2011

L es Pensions : Notre Problème à Tous


COMMUNAUTÉ

PROSPÉRITÉ

PROTECTION

Notre Pension en héritage traite. Les assureurs jubilent. Mais


Face au vieillissement de notre c’est en fait, par ricochet, légitimer
société, certains n’hésitent plus à un autre modèle de civilisation : le
annoncer la mort de notre système repli sur soi, et sa propre personne
de pension public (par réparti- comme unique horizon, un monde
tion). En effet dans ce régime pas où chacun sera, toujours plus,
d’enfants, pas de pension. On séparé de tous les autres, un triste
nous annonce ainsi comme inéluc- monde social formé de « reclus »
table la convergence de tous vers à ne vivre que pour soi.
un nouveau modèle de pension,
moins solidaire, moins généreux Mon livre « Notre Pension en
et qui donne une part croissante Héritage » (écrit avec Ivan van de
aux pensions privées financées Cloot, économiste en chef chez
par capitalisation. C’est un avenir Itinera) est à contre-courant. Il pro-
sombre qu’on nous propose en pose en effet un avenir possible à
matière de pensions: la montée notre système de pension public.
des inégalités entre générations Mais pour cela il faut l’adapter
Jean Hindriks et entre pensionnés, les difficultés progressivement et proportionnel-
Senior Fellow
à travailler réellement assez long- lement aux conditions modernes
Itinera Institute
temps pour bénéficier d’une pen- pour le rendre viable. C’est possi-
sion à taux plein, la perspective ble et nous montrons comment y ar-
d’une pension qui varie avec les river. Ne pas le faire, détourner le
fluctuations des marchés finan- regard, ce serait oublier tous ceux
ciers. qui, hier, ont construit la solidarité
qu’ils ont laissée en héritage.
Le discours alarmiste sur nos
pensions fait le bonheur des as- La réforme des pensions pose en
sureurs mais pas celui des gens. définitive une question simple :
Car chacun (s’il le peut) tentera de tous ensemble ou chacun pour soi,
s’assurer individuellement, pour et chacun seul ? Car l’actuel sys-
pallier la baisse anticipée de sa re- tème par répartition, organise en

1
DES IDÉES, DES ACTIONS www.itinerainstitute.org
OPINION

effet, par la solidarité intergénéra- se fait en faveur des carrières «


tionnelle, un « tous ensemble ». Les courtes » sur le dos des carrières
actifs du présent financent les pen- « longues ». Ce n’est pas accept-
sions des actifs d’hier. Nous som- able non plus.
mes tous ensemble économique-
ment unis. Nos destins sont liés. L’inaction c’est le déclin
Nos vies sont Nous avons estimé que si nous
Il faut stopper cette euthanasie fiscale des travailleurs s o l i d a i r e s . ne faisons rien, les pensions
Tous, nous déjà trop basses vont continuer à
âgés dépendons baisser pour passer d’un taux de
les uns des autres, avec ce part- remplacement brut moyen de 40
age. Et jamais il n’a été aussi % à 25% entre 2010 et 2050. Les
utile. Maintenant que les carrières gains de productivité n’y change-
discontinues laissent augurer des ront rien, dès lors que nous index-
pensions faibles. L’actuel système ons les pensions sur l’évolution du
des pensions, on le voit, va au- niveau de vie. Plus globalement,
delà de lui-même. Il cimente une le nombre de pensionnés (effec-
civilisation. tifs ou assimilés) par travailleur
va augmenter de moitié, pour
Les « fausses » solidarités: passer de 60% en 2010 à 90%
Comme pour la crise de la dette, en 2050. Plus spécifiquement, on
la crise des pensions trouve son s’attend à un demi-million de pen-
origine dans notre irrésistible en- sionnés supplémentaires en 2020,
vie de consommer plus et plus un second demi-million viendra
longtemps, en travaillant moins et s’ajouter en 2030, et un troisième
moins longtemps. Nous sommes demi-million en 2050. Au total,
donc victimes de notre cupidité. cela fait plus d’un million et demi
La résolution du problème passera de pensionnés supplémentaires à
inévitablement par un effort équi- charge d’un nombre constant de
tablement réparti. Il faut avoir le travailleurs autour de 4 millions et
courage de le dire, pour que les demi.
gens l’acceptent. La solidarité qui
est au cœur de notre système de Consensus sur des demi so-
pension est aujourd’hui dévoyée lutions
par une « fausse » solidarité qui -Augmenter l’emploi des seniors
se fait sans les jeunes et contre les est insuffisant. En fait, le plein em-
jeunes, à qui l’on transfère une ploi de tous les travailleurs entre
charge de pension énorme. Une 55-65 ans ne suffirait même pas
autre « fausse » solidarité con- à stabiliser le nombre de pension-
cerne les durées de carrières. Il y nés par travailleur à son niveau
a une redistribution massive qui actuel.

2
www.itinerainstitute.org
OPINION

- Augmenter l’âge effectif de pen- concrètes qui sont développées


sion pour atteindre l’âge légal est dans notre livre. Supprimer l’âge
aussi insuffisant. Cela ne pourra de la pension et favoriser la sor-
pas non plus stabiliser le nombre tie progressive du marché du tra-
de pensionnés par travailleur à vail. Autoriser le cumul pension et
son niveau actuel. travail à partir de 60 ans. Taxer
les « grosses » pensions au même
Que fait on ? taux que le travail, et utiliser ce
La pension à mi-temps à revenu fiscal supplémentaire pour
partir de 60 ans mais on relever les petites pensions au-
travaille plus longtemps : dessus du seuil de pauvreté. Taxer
Nous avons calculé que pour ré- les gains du renouvellement dé-
tablir l’équilibre des pensions, il mographique dans les entreprises,
faut à la fois augmenter l’emploi services publics et administrations
et la durée de carrière. Cela im- publiques (gain salarial moyen de
plique de créer des emplois. Une 50 % en remplaçant un travailleur
politique possible consisterait à fin de carrière par un travailleur
reporter l’âge de pension d’un en début de carrière).
an par décennie pour passer pro-
gressivement à 70 ans à l’horizon Ouverture d’un nouveau régime
2050. Le travail après 60 ans se- public de comptes notionnels pour
rait à mi-temps et cumulable avec les jeunes et les contractuels de la
une pension à mi-temps. Cette for- fonction publique. Valorisation
mule de 50/70 permettrait de sta- des biens immobiliers des pension-
biliser le nombre de pensionnés nés par un système d’hypothèque
par travailleur, et ainsi de stopper inverse. Suppression des avan-
l’érosion des pensions. tages fiscaux (plus d’1 milliards
d’euros par an) de l’épargne
Ce retour à l’équilibre exige la pension privée pour généraliser
création de plus de 33.000 em- les pensions complémentaires à
plois par an, pendant les 40 pro- l’ensemble des travailleurs et fonc-
chaines années - soit plus de 100 tionnaires. Décourager la sortie en
emplois par jour. C’est un rythme capital pour favoriser la sortie en
de création d’emplois déjà atteint rente. Limiter le recours aux péri-
dans le passé. Pour cela, il faut odes assimilées (qui représentent
trouver d’autres financements à + 30% des droits de pension) par
la sécurité sociale pour alléger la des quotas pour une répartition
taxation du travail. plus équitable. Réduire la progres-
sivité des salaires avec l’âge (ex-
Comment fait-on en pra- ception belge) et développer une
tique ? véritable politique d’inclusion des
En vrac, une liste de propositions seniors sur le marché du travail

3
DES IDÉES, DES ACTIONS www.itinerainstitute.org
OPINION

(nous investissons trois fois moins


que les pays nordiques dans la
formation des seniors).

Jean Hindriks
Senior Fellow

paru dans La Libre Belgique du 10 mai 2011

Pour une croissance économique


et une protection sociale durables