Sie sind auf Seite 1von 20

c 

  
   
  


      
 

   
 

 
 
 
    
   

    
  

 

  

 
  
      


 ! !  

  
 

" #   $   !    


 
 %
&   ! 
 
 
 
   
 ' ()*
+,-
) c    
   

 
 
.
  -
$   
 

%
. 
 
       
 ! 
$


  
/   0
 
 
"
 "
/1+,-0# 
  2%
* 
    3 

  
/

 
0
 
   $ 
  !
 
   $
   
 4

 
 .  $
 
  * 

5 "# 



   "%
  

 6 
    
  

  "  "/       
 
 

 
     
0


5 )
    )

 
   

 
  

6 


   )%
(

    )6   
  
    3$   !
   *
# 

   *%
7      
!


  
  



 
7  4
 
  
      $
8

   

!
# 
 
      !    %
9 
 3 
    
):*

   
4

   
   
 
/

 
0

8

 
 3 !
# 
 
   
4

 %
7  4;;



 
 
   

4

 


 ! 

Un alternateur convertit de l'énergie mécanique en énergie électrique
Sur la plaque signalétique de l'alternateur triphasé on peut lire : 8kVA ; 230V ; 400 V; 50 Hz 

Les enroulements du stator sous soumis à la tension simple soit V= 230 V et sont en
conséquence couplés en étoile.
D'une part chaque bobinage est traversé par le courant de ligne I; 

d'autre part la puissance apparente s'exprime par S= 3 ½UI

d'où I= S/(3½U) =8000/ (3 ½*400)= 11,6 A.

nombre de pôles du rotor :vitesse de rotation du rotor 1000 tr.mn-1 (f=50 Hz)
p = f / N avec N =1000 / 60 = 16,67 tr /s ; p = 50/16,67 = 3 paires de pôles.


Module 1 : 

fonction : convertisseur alternatif -continu. ( le pont de diodes assure un redressement double


alternance)
l'allure de u1 (on se place dans le cas d'une conduction ininterrompue et les diodes sont
considérées parfaites) :

Module 2 : 

La tension u2 étant une tension d'amplitude pratiquement constante, donc la fonction du


module 2 est un filtrage ou lissage de la tension u 1.
A partir de la tension u 2, on désire obtenir une tension uE de valeur moyenne réglable à l'aide
du module 3 :
le module 3 convertit une tension continue constante en une tension continue réglable ; un
hacheur série assure cette conversion continu- continu.
schéma de principe d'un montage permettant la réalisation de cette fonction :

En présence de bobine inductive, il faut ajouter une diode ; l'interrupteur électronique peut
être un transistor.


rapport cyclique d'un signal créneau : durée pendant laquelle la tension u E est à l'état haut
divisée par la période du signal

rapport cyclique : 2/3. 


Le courant d'excitation circulant dans les enroulements du rotor (fortement inductif) doit être
d'intensité iE réglable : il s'agit d'un courant continu
Un ampèremètre numérique ou analogique ( sur la position DC) permet de mesurer l'intensité
du courant d'excitation.




    

  ! 
  
   
 

   

 6<   ( )6=


> "6  =< ( "6+

:  "
   
,- + *
  

"    


    
  
 
   .

 
   


   
 %
) .   2 
 
* . ! 
  
 .  
 
  

 
  
+ 7
 
? @   
  
= 

 
 
     
 ? / 0
   

c 

    



 $ 
 ! 
  &  
  6
  




A   

   
  
 
 ?/ 0

  
   

/
: 0 ) ++ " ") "*+ "+
?/@0 " )  + = A

' ?  

 
 
  8
;4   
 
3      

  ! 

   
 


 ! 

Chaque bobine du stator doit être alimentée sous une tension de 400 V ; il s'agit de la tension
composée du réseau :

par suite on choisit de coupler les bobines du stator en " triangle ".

nombre de paires de pôles du moteur : p = f/ns avec ns = 1500/60 = 25 tr/s et f = 50 Hz.

d'où p = 50 /25 = 2 paires de pôles.


glissement nominal : g = (ns-n) / ns = (1500-1400)/1500 = 0,067 ( 6,7%)

rendement du moteur au point de fonctionnement nominal : O= puissance utile / puissance


absorbée

O=1400 / (3 ½UI cos) = 1400 / (3 ½*690*1,5*0,9) = 0,87 (87%) 

moment TuN du couple utile nominal : TuN = puissance utile divisée par la vitesse angulaire (
rad/s)

vitesse angulaire : 1400/60 *2*3,14 = 146,5 rad/s

TuN = 1400 / 146,5 = 9,6 Nm.

La partie utile de la caractéristique mécanique du moteur Tu(n) est assimilable à une droite.
On admettra que la fréquence de rotation à vide est égale à celle de synchronisme.

premier point : ( T=0 ; 1500 tr/min) ; second point ( T= 9,6 et 1400 tr/min)

Au point de fonctionnement ( intersection des deux courbes ) la fréquence de rotation du


groupe vaut 1440 tr/min ; 

le moment du couple moteur vaut 6,6 Nm.



 
 
*
  
  !  

   
    
          $




 
  
 
   '($
  $

   
 
$ 

    
  !

   
 6 
   

  
 
   6  
 
 

   

c 
 
 
    $
  
)   


 
 +(++,-

B 
  
 
 6 
* 

  $  


     C)1+6B"1)>c  ! !


D   $ 

     
 
 *)..1*)@1"(C"..16B"..1*>

    !  C)1<6B)1+>

" . 



 
 
) ($  
$
;

  C)/E 
 0%
* #  
   $ B"%
 F    
!    
 
  
  
 
4  

+ 


    
    

 5
 
 
 ! !
     
 
#  

  B"..  
 %
= 9 
;? $ $     /   $ 0
A (     
 
6
   
 
 
 
  
     
' B 
 
  !
 6   
 
 
 

corrigé

un essai à vide sous tension nominale : U20 = 50 V, P10 = 20 W On néglige les pertes par effet
Joule dans l'essai à vide.

- un essai en court-circuit pour I2CC = I2N = 10 A : U1CC = 40 V, P1CC = 30 W.

- un essai en charge nominale : U2 = 49 V, P2 = 450 W.

le rapport de transformation : m = tension nominale / tension secteur au primaire

m = U20 / U1N = 50/400 = 0,125.

La valeur efficace d'une tension alternative est mesurée avec un voltmètre numérique (
touches AC+DC)
La puissance absorbée à vide P10 correspond aux pertes fer.

schéma du montage de l'essai en court-circuit : 

La tension U1cc doit être très inférieure à 400 V, le dixième par exemple.

pertes fer dans l'essai en court-circuit :

Les pertes fer sont proportionnelles au carré de la tension d'alimentation. 

d'une part, à vide P10 = kU²10 ; d'autre part en court circuit : P1cc= kU²1cc

d'où P1cc=P10[U1cc/U10]² = P10 *0,1² = 0,01 P10

je conclus : les pertes fer sont négligeables dans l'essai en court circuit et la puissance P1cc
absorbée lors de cet essai représente la puissance perdue par effet joule.

modèle de Thévenin vu du secondaire (secondaire à vide) :

A l'aide de l'essai en court-circuit, calcul de la résistance Rs et la réactance Xs des


enroulements ramenées au secondaire :

Rs = P1cc / I²2cc =30/100 = 0,3 .

or Z = m U1cc / I2cc =0,125*40/10 = 0,5


 .

de plus : Z²=Rs² + Xs² d'où Xs² = Z²-Rs² = 0,5²-0,3² = 0,16 ; Xs =0,4


 .

Calcul du rendement du transformateur : O = puissance utile / puissance absorbée =P2 / (P2 +


P10 +P1cc) = 450 / 500 = 0,9 (90%). 


    

B    
6 

  
 /  )*+,-0 

8

 *  $
 8
   

   
 
 
    
    

   
 

3   

     $
6

   

  

    

" # 
   +%
) B 
  
      G6  
 $

;
 
 6    
 ;     


(          



 
  
   


 
 H"6H)6H*6H/$    
0

 
 

    $


!   
  4 . 

 
 
  

 
  

  
 
;*

       
/  ?1)0
 
& 
$IJ?K6H"
H*
 
H)
H $

& 
$IJ??K6H)
H
 
H"
H*
 $


 
 
      
# 
    !  %
B   
   
; 
  
  

 
 %

* 3
 .
& IJ?K6 

 
 .
C

 %8 
  IJ??K
9 
6   6 
    .($  
$
;


  $   %
 B $  
    . $ (6    
  

   
":"B $ !   
 . $ 
L6      
   
+:(F   
 
  


$     
 
 .
 .
c  
     !  

!   # 



  %
& 
 $  -  ):7 $6+:7 $6":7 $
+:7 $6
 
-   .
      ! "    $ 
 ! )/ !   0
+ &  ! )/  06$ $-     

 ! .
# 
$ 4    
%

= # 
4     

 M  !%3   
 !    

$

 

 !
/! 
   
 0


 ! 

nom du module 5 : conversion alternatif- continu assurée par un onduleur.

Aux bornes d'un interrupteur parfait fermé, la tension est nulle.


Les diodes en anti-parallèle sur les transistors évitent la discontinuité du courant ( permettent
un continuité du courant)

Etude de uC
Sur [0; ½T], relation entre uC et Ubatterie : uC = Ubatterie 

Sur [ ½T ; T], relation entre uC et Ubatterie : uC = -Ubatterie.

l'allure de la tension uC : Mesure à l'aide d'un voltmètre numérique


( touches AC+DC)

schéma de branchement de l'oscilloscope permettant de visualiser simultanément uC et iC.




la base de temps utilisée :

d'une part f = 50 Hz, période T= 1/50 = 0,02 s = 20 ms 

d'autre part , on représente une période du signal sur toute la largeur de l'écran, soit 10
divisions

d'où la base de temps : 2ms / div.

échelle verticale :

d'une part uc varie de 200 à -200 V ; d'autre part utilisation d'une sonde de tension de rapport
1/10 

en conséquence 40 V correspondent à 8 divisions ( hauteur de l'écran de l'oscilloscope) soit 5


V/div.

valeur maximale de ce courant:

d'une part sur le graphe on lit : amplitude 300 mV; d'autre part la sensibilité de la sonde de
courant vaut 50 mV/A.

en conséquence la valeur maximale de ce courant est 6 A.

puissance instantanée reçue par la charge = tension instantanée * intensité instantanée

la courbe uC obtenue sur l'oscilloscope :(en rouge)







   N !    $  
 

N !  
  

N !    
7 
6 ! 6N  N
   6 
      $   
    
  c 
 

OC 
    $
N !  
    !    
OC ! 
    $
N !      !  
  

7 
N !  
  
  
     E 6 
 
! 

O    
 
 
 
$ 
    

O    

 
 
 
$ 
   
  
 

$  
     

2- LES MACHINES A COURANT CONTINU

)"7  
    /$  
 40

  


 N     
 

8 N
  ! 
   

 3  
! 

ON 
  
    N 
 !
  !
 
ON 

O 
  

      
  
N 

N4
    !P 
 4
OL 

L¶inducteur (ou le stator)


*N!

 4  3
8
 N 
 
  6 
!   
   4 &   ;  
 $
  
 
      
 
6  
 N 
 !
 3   !

  
L¶induit (ou le rotor)
*N!

  
  
  3 N    

 

  

2(       6
 $



    N
   
 $
  
    



N  
N 

 
!   
4
 

  

 N 

   
 
  
   
     
 ! 
    

Le collecteur :
*  $  

 
6  

  
  4  
 N 
 
 !  ;
 
Les balais
B


6 


   
   

! 


 



N
      
  
N 
 
  
N4
    

))B /  
 N   

 0



)*9 $  


& N 
   
  6     4 
 6  !
 
 
 


  N 
      
 
    
 

      ! 
   

  N 

   
 
   
 


).
 
 
Force électromotrice d¶un moteur unipolaire
E = kn
1@F$ @/   
 
0
F/ 4  2 > N       

0
   

  
:

Remarque :      
  N 

31 
1/:0@F$ /  20
/  $ N  
0

Schéma équivalent de l¶induit

Fc@.?*c@@353@?3@5c?3C9 Fc@.?*c@@353@?3@
Q3@39(?9*.3
C13R9*R*:
 C139**:

 
c *1  

11S*:
1 c *1  

11S*:
1
 
C13R9* C139*
 
/* 3
   
 

 0 /* 3
   

 0
Vitesse de rotation d¶un moteur
@ $ 31 
31C9*NT 1/C9*0: 
Remarque :  
 $


 
 
   CN 

 N 
 

   N 

 
   N 
$   $ $


  
 
78 E 
 F6  
8
6  F$ 
N $
 
 
 !


; 
 
 
$N  /  
 ! 40B    
6  

E  
N 
N 
   
 
 N4 
 N   
N4

 

)+B  
  
Puissance électrique utile
l = EI = knI 
Puissance électrique absorbée (c¶est la totalité de la puissance prise au réseau)
l = UI
Couple moteur     N4 
 

l = Cw
($ 
B      >


.   @
U$
 !   :1) 

.1B:U1 *:) 1 N*T N1 :)


Rendement

  

E 6


     
  

 
 
   
 




)=. 


 ! 
 ;    
 

  
 
  
 


  
c 
     
   

 .N
 
!   

 
N  

 

)A7 ! 
 
  
  
  
   

 
  NcC13R9*
 
  
 

*1/C30:9
(  
   
 /3106NT*1C:9
c9 N
  
 N 



; B    
6  !6N
 

 !

; $ 
B  
   
/$  
8
  
")* V*V)* 06 
  

/ 
 !0   $ N 
  
  
 !    


  
 

*1C:/9 
R9 

0



3- LES MACHINES A COURANTS ALTERNATIFS

     



 
   N
 
 N  
  



   
  /    !
 N ! 0
c 
 $ 
 4 
 

 
 
  
     

  

O  6


 6
$ 
   
O    

*
   N  $ 4 
  
  ! 

 

*"
   

Principe de fonctionnement :$  


  N*@?9(@3?
Lecture d¶une plaque signalétique

Caractéristiques mécaniques et électriques

fréquence de synchronisme : N


   

   !
 
  

ns = f / p 

  !    /+,-0
  2
le glissement :
 
  E  

$
 N  $ c  

! 


g = (ns - n) / ns

   

   
   

  


|  
   s¶écrit :


O|  délivrée s¶écrit :

l = C w

U1)4B 4 1$
 !  

O 
 
 est défini par :

n= l / l 

B 1  

B1   

démarrage des moteurs :N
 
  

  
 

   !
$ 
$    
   $ C   4  $ 
 

 
  
 ! 
6

  

  
  
 $ 
  


  6
 
 


 '* T*   ! N


 
  3 ! 6  
  

 ! $ N)+* B    ;6 $
 
 !3
 ?  !

Couplage des enroulements :.     $  


 !

34 
 ):   
     
  
6
   
 

)



Circuit de puissance et circuit de commande 


  
 
 
  6
  
  
 

 
6  
N
   N 

 
  


. 
   . 
  


#"
  
&"
   8
 #"
  
  
&)
     H5" 

 
H5" 

  F) 
  
F) 
  
Explication du fonctionnement : 
 $
 !!      


   !
 

      
   
*
 
 N 
  
 
 $    
   $    
   

 

Etude d¶un documentation technique


*)
   
B  

   
 N 
     6 


  
 
     N 

  


   N   
  
 E
   
 4     
 

$ 
  
 7  
  
  

  <W6
  
 $   N    .   
 
   ! 
  





  
N  
    N   N! 



**    

B     6





 E  
 
;
   


  
$
  

   4!
   

 4

  ! 
  
 
;! 
 & 

N8

TN 
   $
  
  
  
6  
  

  

 
$
 2   2 
      
 $  
B 
6 

  $
  6  6 
8

  
  

6! $   


c 
 
       N  N $  6  

   
   N     !/ N
    
 E 
 ! ! 


    0
7 E 6
 
   
 $
 $
! 

 

    
  
 ! 
 $

    
 


   

 ! 
   
 
 
C 
 
 
  $ 
     
;
   
   

;
 7  
 
  6 
  
N !  
   

   
  +,-