Sie sind auf Seite 1von 36
& & François&Guern & Alcatel : Lucent&Bell&Labs & Doctorant&en&Sociologie &
&
&

& François&Guern & Alcatel : Lucent&Bell&Labs & Doctorant&en&Sociologie & francois.guern@alcatel : lucent.com &

&

4&juillet&2011 &

&

&

&

La!cantine ! )! Digital!Humanities,!

U ne!rencontre!entre!les!sciences!humaines!et! sociales!et!le!marketing!digital.!

!

&

&

&

&

&

&

&

!

!

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

1 &&

&

« ! Autrement!dit,!certains!concepts,!travaillés!par!les!élites!de!la!science! communicationnelle,!deviennent!des!réalités!du!monde!social!et! ! politique,!passent!dans!la!vie!ordinaire,!et!constituent!l’écran !

! à!travers!lequel!nous!construisons!le!monde!et!que! ! nous!ne!pouvons!même!plus!percevoir,!tant!!

nous!l’utilisons,!tant!il!nous!enveloppe. ! » Lucien&Sfez,& Critique(de(la(communication ! & & !
nous!l’utilisons,!tant!il!nous!enveloppe. ! »
Lucien&Sfez,& Critique(de(la(communication
!
&
&
!
GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &
2
&&
&

&

!

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

3 &&

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

4 &&

&

TABLE&DES&MATIERES &

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

5 &&

&

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

6 &&

&

TABLE!DES!MATIERES !

5 &

INTRODUCTION !

11 &

1. & Pourquoi&&un&rhinocéros&sur&l’affiche&de&digital&humanities & ? & 2. & Comment&faire&des&sciences&humaines&et&sociales&aujourd’hui&? &

12

13

CE!SOIR!QUATRE!PROBL EMATIQUES !

14

1. & Le&rapport&à&soi & 2. & Le&rapport&aux&autres & 3. & Le&rapport&à&l’information & 4. & Le & rapport&au&savoir &

14

14

14

14

LE!RAPPORT!A!SOI! ) ! JULIEN!MENDOZA !

15

L

ES!INCITATIONS!AU!DE VOILEMENT!DES!INFORM ATIONS!PERSONNELLES! ) ! E CONOMIE!DE!LA!VIE!

PRIVEE !

15

1. & Une&information&personnelle & ? & 2. & Un&concept&économique & :&la&disposition&à&payer & Aquisti&&&al,&2005, &

16

16

16

3. & Comment&un&consommateur&peut&être&amené&à&dévoilér&ses&infos&per sonnelles & ? & 17 &

Premier&exemple &

17

Länder & 1975 &

17 &

Aquisti,&2009 &

17

Deuxième&exemples &

18

John&&&al&2009. &

18

Conclusions &

18

Le&point&positif &

18

Le&point&négatif &

18

4. & Questions &

18

Le&serious&game&pour&la&récolte&d’informations & ? &

18

Y : a : t : il&d’autres&aspects&que&le&ludique&ou&contrôle&illusoire&qui&incite&les&utilisateurs&

à&partager&leurs&infos & ?&La&géolocalisation&sur&mobile & peut : elle&être&envisagée & ? &

19

Y : a : t : il&beaucoup&de&monde&à&travailler&sur&c e&domaine & ? &

19

La&crédibilité&des&chercheurs&est : elle&là&pour&cacher&le&manque&des&experts&web & ? & 19 &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

7 &&

&

LE!RAPPORT!AUX!AUTRE S! ) ! STEPHANE!HUGON !

20 &

L A!CONSTRUCTION!DES!I DENTITES!EN!LIG NE . !

20

1. & Le&GRETEC & 2. & L’entreprise&Eranos & Accompagnement&de&l’innovation&par&l’usage&(automobile,&web) & 3. & La&construction&des& identités&en&ligne & 4. & Questions & Est : ce&qu’une&marque&peut&avoir&un&imaginaire&de&marque & ? & Vous&dîtes&que&l’identité&se&construit&par&les&autres,& Mais&n’est : ce&pas&étonnant&car& cela&a&toujours&été&les&autres&qui&nous&constituent.&Est : ce&vraiment&une&nouveauté& liée&au&web & ? & Est : ce&que&les&marques&sont&en&train&de&perdre&le&contrôle&de&leur&identité & ? & Marques&et&réseaux&sociaux,&Y : a : t : il&un&intérêt & ? & Avant,&les&gens&faisaient : ils&plus&ce&qu’on&leur&disait&avec&les&marques & ? &

21

21

21

22

22

22

23

23

24

24

LE!RAPPORT!A!L’INFOR MATION !

25

D

OMINIQUE ! B OULLIER !

25

1. & Le&web&comme&amplificateur & 2. & Les&autorités & 3. & Questions & Les&personnes&peuvent : elles&devenir&des&institutions&et&avoir&de&l’ autorité&sur&les& opinions & ?&Cela&ne&vaut&Pas&nécessairement&pour&représenter&des&marques. &

27

27

28

28

Est : il&possible&de&mettre&un&individu&hors&d’usage&par&surcharge&d’information & ? & 28 &

Avec&tous&les&flux&d’info&diffuses&par&les&internautes,&quelle&est&aujourd’hui&la&place& des&médias&traditionnels & ? &

29

L’autorité&est&fortement&connectée&à&la&présence.&Une&marque&sans&présence&n’aurait :

elle&pas&d’autorité & ? &

29

LE!RAPPORT!AU!SAVOIR ! ) ! PATRICE!FLICHY !

30

L A!PAROLE!DES!NOUVEAU X!EXPERTS , ! CELLE!DES!AMATEURS !

30

1. & Les&activités&de&l’amateur & L’accès&aux&connaissances & La&construction&de&l’identité &

31

31

32

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

8 &&

&

La&question&de&l’expertise &

32

2. & Question &

33

Par&rapport&au&concept&à&la&mode&de&cette&année&de&curateur,&comment&p ositionner& l’amateur & ?&La&curation&c’est&un&ensemble&de&services&créé&spécifiquement&pour& picorer&du&contenu&et&le&remettre&en&forme. & 33 & La&crédibilité&des&chercheurs&ici&ne&vient : elle&pas&couvrir&les&prétendus&experts&du&

web & ?&c’ est&proprement&la&durée&de&l’expérience&de&l’expert&qui&fait&le&savoir&et&le& contenu.&Faut : il&Allier&expert&d’expérience&de&longue&durée&et&expert&du&court&terme&

de&l’innovation&qu’est&l’amateur & ? &

33

Les&associations&de&séropositif&dans&les&années&80’&ont&permis&au&malade&de&se&

prononcer&face&à&leur&médecin&en&ayant&des&informations&fiables.&De&la&même& manière,&peut : on&se&servir&de&l’accès&au&savoir&comme&d’un&outil&de&lobbying&pour& faire&changer&la&di rection&que&prennent&les&experts & :&urbain,&politique,&voire&même& pour&les&potter&fictions&pour&diriger&les&romans & ? &

34

POUR!CONCLURE.!ETIEN NE!CANDELLE !

35

&

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

9 &&

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

10 &&

&

INTRODUCTION &

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

11 &&

&

1 . POURQUOI& & UN& RHINOCE ROS& SUR& L’AFFICHE& DE & DIGITAL& HUMANITIES & ? &

Pour& bien& faire& du& marketing, & il& faut& bien& analyser& le& comportement& de& son& consommateur.& & Le& consommateur& pour& le& marketing& digital& c’est& l’internaute& ?& Or& comment& étudier& l’internaute & ?& &

Historiquement& on& a& eu & dans& un& premier& temps& du& quantitatif & :&l’ana lyse& du& traf ic,& les& sites& web& qui& marche& ou& pas,& le& t aux& de& rebond,& de& reconversion,& le& parcours& des& internautes,&etc. & On&s’ est&alors& aperçu & qu’il&y&a&un&problème&avec&le & quanti tatif & :&on&compare&des&choses& existantes . & On&compare& par&exemple& deux&volumes&d e&trafic&ou&de ux & taux&de&clic&sur&un& bouton.& &

Comment&faire&pour&être&plus&proactif & ? &

La& deuxième& solution& c’est& le & caddie & :& on& a& commencé& à& essayer & de& comprendre& comment& s’établissaie nt&les& relations & entre&les&gens.&Cela & s’est&traduit&par&du& monitoring,& & la&e : reputation,& le& text&mining ,&etc. & & Ces& techniques&représentent&les&offres&d’aujourd’hui&en&marketing&digital.&Mais&a vec&ça& on&écoute&aussi& l’internaute&et&donc&ce&qui&existe&déjà.&O n& n’ est& toujours& pas&proactif.&On& étudie&ce&qu’un&internau te&a&fai t,&pas&ce&qu’il&pourrait&faire. &

Le&troisième&outil& ce&serait&donc&le&rhinocéros. & & Albrecht&Dürer & n’avait& jamais&vu&de& rhinocéros, & pourtant&il& l’a&dessiné&à&p artir&de&ceux& qui&l’ont&déjà&vu & :&ethnographe,&naturaliste,&aventurier,&etc. & Mais& aujourd’ hui&les&acteurs&du&marketing&digital& font& pareil & :&ils& font&des&dessins&d’un & consommateur& sans&le& connaître, & et& cela,& s eulement&à& partir& d’étude,&et& d’info rmations & glanées . & Pour& faire&un&beau& dessin, & Albrecht&Dürer & aurait&dû & travailler&avec&des&scientifiqu es&et& des& spécialiste s .& Dans& le& marketing& digital, & il& faut& donc& ne& pas& hésiter& à& voir& des& spécialiste s & pour&savoir&ce&qu’est& réellement& le&consommateur&sur&le&web. &

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

12 &&

&

2 . COMMENT& FAIRE& DES& SC IENCES& HUMAINES& ET& S OCIALE S & A UJOURD’HUI& ? &

L’i nternet&impact e&significa tivement& tous&les&secteurs&de&nos& vies .&&L a&manière&de& faire& des& enquêtes& en& ligne & n’y& coupe& pas .& Le& savoir& et& la& connaissance& sont& également& facilement& indexés & et& accessibles .& & Cette&modification&de&la&vie&par&le&web&c’est&l’objet&d’étude&des&digital& humanities& (art,& sciences,&histoire). &

&

Nous&ce&soir&on&étudiera&aussi&le&marketing&et&le&business & grâce&à&ce&courant . &

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

13 &&

&

CE&SOIR& Q UATRE& PROBLEMATIQUES &

1 . LE&RAPPORT&A& SOI &

La&privacy &

2 . LE&RAPPORT&AUX&AUTRE S &

Le&lien&social.& I nternet&reconfigure&le&lien&social .& On&a&des&pratiques,&des&communautés& différentes. &

3 LE&RAPPORT&A&L’INFOR MATION &

.

4 LE&RAPPORT&AU&SAVOIR &

.

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

14 &&

&

LE&R APPORT&A& SOI & : & JULIEN&MENDOZA &

Les&incitations&au&dévoilement&des&informations& personnelles& : & Economie&de&la&vie&privée &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

15 &&

&

&

Pourquoi&le&consommateur&dévoile & se s&informations&personnelles & ? & C’est&le&paradoxe&de& la&privacy & :&diffuser&des&informations&tout&en&les&protégeant. &

Si&l’on& navigue& s ur& un& site& qui& vend& des& chaussure s& par&exemple & et& on& va& retrouver & la& même& chaussure& sur& une& bannière& sur& un& autre& site.& Cela & est& fait& via& un& cookie& pour& connaître&la&préférence&du&consommateur. &

1

. UNE&INFORMATION&PERS ONNE L L E & ? &

Reprise& de& la& loi& de& 2004. & Une& information& personnelle& est& constituée& de& t outes& les& données& qui & permettent& de& nous& identifier& ainsi& que& les& données& connexe s . & S ur& le& numérique,&une&donnée&connexe&permet&de&retrouver&l’identité&de&la&personne. &

2

. UN&CONCEPT & ECONOMIQUE & :&LA&DISPOSI TION&A & PAYER &

C’est& l a& préférence& de& chacun& pour& payer& un& bien.& Une& entreprise& a& un& intérêt& pour& connaître& l’intérêt&de&ses&clients&pour & ses&produits,&et&pour& & qu’un&client&achète&au&prix& maximum&où&il&est&prêt&à&payer. & Avec&internet&l’entreprise&peut&trouver&ce&prix&bien&plus&facilement. & Amazon& en& 2000& avait& trouvé& une & méthode & :& aux& clients& fidèles& A mazon& tarifait& plus& chère & qu’aux&simples&visiteurs & pour&ce&qu’ils&a i maient.&Cette&discrimination&tient&grâce&à& l’historique&d’achat. &

AQUISTI'&'AL,'2005,' '

Cet&auteur& a&montré&l’écart&qui&exis te&entre&la&privacy&et&le&p rix.&Pour&ce&faire&il&a&réalisé & une&étude&sur&le&prix&de&vente& que&les&acteurs&sont& prêts & à&fixer&pour& vendre& leur& nombre&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

16 &&

&

de& partenaires& sexuelles,& mais& également & à& combien& ces& derniers& payeraient & pour& se& protéger & sur&ces&mêmes&données & ? &

3 . COMMENT& U N& CONSOMMATEUR& PEUT& ETRE& AMENE& A & DEVOILER&SES&INFOS&P ERSONNELLES & ? &

PREM IER'EXEMPLE '

Si&on&a&une&chartre&plus& exhaustive, & on&sera&mieux& protégé & sur& Facebook .& &

Länder ( 1975 ( Une& psychologue& sociale. & Elle& réalise& une&étude&avec& des& billets& de&loterie.&Au& premier& groupe&test&elle&propose&de&choisis&le&billet,&au&second&elle&le&leur& fournit & directement. & Quand& les& gens& ont& choisi & le ur & billet,& plus& de& personnes & refusent& de& le& vendre.& Mais& quand&c e&billet&est& choisi ,&les&personnes&vendent&plus& cher . & C’est&l’illusion&du&contrôle & :&le& fait&qu’on&ai t & choisis&le&billet&nous& fait&croire&qu’on & a&une& probabilité&de&gain&supérieur.&Alors&que&le&gain&est&égal. &

Aquisti,(2009 ( A&refait&la&même&expérience. & Sur&d eux&groupes.&Il&explique&qu’il&monte&un& réseau&social & pour&l’université,& et&réalise& un&questionnaire&de&30&Questions. & Pour& le& deuxième& groupe , & il& explique& que& c’est& le& chercheur& qui& aura& la& main& pour& contrôler&le&profil&et&les&informations & Le&taux&de&réponse& au&questionnaire&pour&le&groupe&où&il&est&expliqué&que&le&chercheur& aura&la&main&sur&les&données& est&de&74%,&par&contre&dans&le&groupe&où& le&sondé&garderait& le&contrôle&le&taux&de&réponse&est&de&80%. &

&

On&a&donc&une& illusion&du&contrôle&importante&sur&les&réseaux&sociaux.&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

17 &&

&

DEUXIEME'EXEMPLES '

Avec& une& application& F acebook,& toutes& nos& données& peuvent& être& données& aux& développeurs&des&application s. &

John(&(al(2009.( ( L’unive rsité&de&Carnegie&M ellon&a& réalisé& un&questionnaire& sur&son&site&institutionnel& et& a& reproduit&la&même&expérience&sur&un&site & & créé&pour&l’occasion&:&howbadareyou.com . & La&personne&va : t : elle& donner & plus&d’info& sur&le&site&institutionnel& ou&pas & ? & Il&en&ressort& que&l’on&a& tendance& à & donner&plus&d’informations& quand& c’est&ludique,&donc& sur&le& site& howbadareyou.com. &

CONCLUSIONS '

La&question&qui&se&pose&avec&cette&exposit i on&de&soi & est&de&savoir&si&ça&sera&positif&ou& pas& pour&les&consommateurs &

Le(point(positif ( On&est&tous& contents & d’avoir&une&offre& profilée ,& cela&représente&un&gain & de&temps &

Le(point(négatif ( Le&point&négatif&concerne&l’externalité&négative & :&s ur&un&marché & donné

,&les&inf ormations&

que& l’on& recueille& peuve nt& être& sensible s .& La& fréquence& de& nos& achat s & de& vins& chez& le& caviste&N icolas& permet&de&proposer&des&offres&ou&des&conseils& affinés, & mais&peut& être&une& externalité&négative&pour&un&employeur. & &

4 . QUESTIONS& &

LE'SERIOUS'GA ME'POUR'LA'RECOLTE'D ’INFORMATIONS ' ? ' '

Ce & serait&une&bonne&piste &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

18 &&

&

Y < A < T < IL' D’AUTRES' ASPECT S ' QUE' LE' LUDIQUE' OU' CO NTRO LE' ILLUSOIRE' QUI' INCITE ' LES' UTILISATEURS ' A' PARTAGER' LEURS' INFOS ' ? ' LA' GEOLOCALISATION' S UR' MOBILE ' PEUT < ELLE' ETRE' ENVISAGEE ' ? '

Concernant&la&géoloc alisation&il&y&a&beaucou p&de& travaux& qu i&sont& menés & actuellement.&

Les&recherches&de& Julien& portent&sur& les&biais& cognitifs & qui& incitent&l’internaute&à&dévoiler&

ses&informations,&et&les& informations&sont& limitées & en&fonction&du&service. &

Y < A < T < IL'BEAUCOUP'DE'MONDE ' A'TRAVAILLER'SUR'CE' DOMAINE ' ? '

Au & sein& du& la boratoire& de& Paris& 11, & il& y& a& beaucoup & de& monde& à& travailler& sur& cette&

thématique.& M ais& c’est& aux& États : Unis & qu’ il& y& a& beaucoup& de& chercheurs& sur& cette&

question&de&recherche. &

Selon& Dominique&Boullier&il& y&a& beaucoup & de& chercheurs& dans&le& domaine& du& Personal&

Data & Ecosystem . &

LA' CREDIBILITE'DES' C HERCHEURS' EST < ELLE' LA' POUR' CACHER' LE' MANQUE'DES'EXPERTS'W E B ' ? '

Un&spectateur&prend&la&parole & :&l

gens& à& découvrir& certaines& pratiques.& Cette& questio n&est& très&e : commerce & :& c'est : à : dire &

es&serious&game&c’est&un&développement&pour&aider&les&

qu’on&cherche&à& masquer&la&collecte&des&données,&alors&qu’il&y&a&intérêt&à&une&réflexion&

horizontale & :&intégrer&les&clients&dans&la&collecte. &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

19 &&

&

LE&RAPPORT&AUX&AUTRE S & : & STEPHANE& HUGON &

La&construction&des&identités&en&ligne . &

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

20 &&

&

Comment&l’internaute&construit&son&identité&en&fonction&des&réseaux & ? &

1 . LE& GRETEC &

Le& centre& de& recherche& du& GRETEC & :& l’intégration& symbolique& des& objets& dans& le&

quotidien. &

Ce& centre& de& recherche& se& situe& d ans&la& lignée& de&la& socio logie& de&l’imaginaire,& c’est : à :

dire & comment& les& objets& et& les& applications& prennent& du& sens& dan s& le& quotidien& des&

utilisateurs & ? &

Pour&S téphane& Ubon,& un&des&apports&des&sciences&humaines&c’est&de&considérer&qu’il&ne&

suffit&pas&qu’une&appli cation ,&ou&outil&soit&utile&pour&que&ça&m arche.&Car&l’histoire&montre&

que&des&objets&parfait s & n ’ on t & sou vent&pas&trouvé&leurs&publics.&Cel a&montre&qu’il&y&a&une&

fonction& magique& dans& les& objets & :& dimension s & rituelles ,& dimensions& symboliques & des&

objets.& &

2 . L’ENTREPRISE& ERANOS &

C’est& une& entreprise& montée& par& Stéphane.& Elle & a& pour& obje c t if & d’utiliser&les&méthodes&

des& « & humanities & »& auprès& des& entreprises,& des& militaires,& ou& des& institutions& loc ales,&

pour&mesurer&l’essentiel & des&phénomènes&en&ligne. &

A CCOMPAGNEMENT'DE'L’I NNOVATION'PAR'L’USAG E'(AUTOMOBI LE,' WEB) '

Il& faut& considérer& qu’une& bonne& voiture,& mais& aussi& une& bonne& appli cation & ou& modèle&

économique,& c’est& celui& qui& se& rend&légitime& au p r ès& de&l’utilisateur& final .& Ce& n’est& a insi&

pas & seulement&ce&qui&est&utile.&C’est : à : dire&qu’il& faut&étudier& à&qui& l’on&s’adresse ,&quelle&

est& la& carte& mentale& de& cet& utilisateur& et& quelles& sont& ses& représentations & mentales . &

L’imaginaire&c’est&ce&qui&donne&du&sens&aux&faits&et&gestes&du&quotidien.&Connaître&cette&

carte& permet& d’offrir& à&l’utilisateur& ce& qui& fera& sens & :& l ’idéal& c’est& de& faire& une& offre & qui&

n’ait & besoin& d’aucune& pédagogie .& Le& problème& est& souvent& que& l’imaginaire& du&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

21 &&

&

concepteur&ou&du& développeur&est&extrêmement&rationnel&et&s’adresse&à&des&utilisateurs&

très&différents & de&ceux&adressés .& &

3 . LA&CONSTRUCTION&DES& IDENTITES&EN&LIGNE &

L

a&nouveauté&qui&apparaît&avec&internet&c’est&que&l’identité&est&avant&tout& sociale . &

L’ après : guerre & c’est& un&imaginaire& de& la& marque,& qui& va& de& pair& avec& l’autonomie,& etc.&

Cela& a& donné& à& une& culture& marketing& du& fantasme& de& la& customisa tion& à& l’extrême &

(individualisation),& et& cela& s’inverse& sur& le& web. & Sur& internet& c’est& l’autre& qui& nous&

confère&notre&identité,&pas&la&singularité&de&l’objet. &

La& construction& sociale& de& l’identité& c’est& l’idée& que& l’on& se& construit& en& fonction& du&

regard&de s&autres&et&dans&un&territoire&qui&est&un&territoire&communautaire.&

Dans& le& fond& cette& transformation& est& antérieure & au& web,& mais& c’est& internet& qui& l’a&

accentuée&et&accélérée. &

Dans& les& analyse s & marketing& l’internaute& de& manière& individuel le & et& rationnel l e .&

Pourtant& aujourd’hui & celui : ci& n’est& jamais& seul & et& le& partage& d’un& imaginaire& dans& une &

communauté& déclenchera&souvent&le&passage&à&l’acte ,&c’est : à : dire&l’achat .& &

L’approche& marketing& et& la& connaissance& du& consommateur& seront & nécessairement&

fortement& modifiées & par& concept& de& territo ire& et& de& transformation& de& soi & au& travers&

d’un& imaginaire& partagé & comme& déclenche ur & de&l’achat. &

4 . QUESTIONS &

EST < CE' QU’UNE' MARQUE' PEUT' AVOIR' UN' IMAGIN AIRE' DE' MARQUE ' ? '

Oui.&Pour&cela&il&faut&e ssayer&de&détecter&un&imaginaire&de & marque & existant ,& ainsi&qu’un&

imaginaire&du & consommateur .& À&partir & de&cela&il&faut& créer&des&collections. &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

22 &&

&

Il&faut&garder&en&tête&qu’a u&mieux&on&peut&être&à&la&hauteur& des& consommateurs, & tout&en&

gardant&à&l’esprit&qu’on & ne&dirigera& jamais& le&consommateur. &

Tout&cela& change&la&posture&marketing& ainsi&que&la&posture&de&créations&d’une & marque & :&

« & ce&que&client&fait&avec&ma&marque&c’est& aussi& ma&marque & ! & » .& &

Le&côté&propriétaire&qu’il&y&avait&sur&la&marque&doit&être&laissé&au& consommateur, & car&de&

toute&façon&il& la & prendra. &

Dans&le&luxe & par&exemple,&il&n’est&pas&question&de&laisser & le&c onsommateur&détourner&la&

marque.& E t& pourtant& toutes& les& maisons& française s & ont& laissé& le& consommateur& les&

détourner& et&ont& par&la&suite& labélisé&le s & geste s & et & les&pratiques&qui& enracineront & leurs &

marque s&chez&les&consommateurs .& &

VOUS' DITES' QUE' L ’IDENTITE' SE' CONSTRU IT' PAR' LES' AUTRES,' MAIS' N’EST < CE' PAS' ETONNANT' CAR' CELA ' A' TOUJOURS' ETE' LES' AUTRES' QUI' NOUS' CONSTITUENT.' EST < CE' VRAIMENT' UNE' NOUVEAUTE'LIE E ' AU'WEB ' ? '

Historiquement,&l’idée&de&la&construction&individuelle&par&arrachement&au&social&est&une&

parenthèse&historique&dans&notre&culture&et& cette& représentation&de& la&construction&de&

l’individu& date&d es&lumière s .& Cette&époque& a & vu&naître&l’idée& de&se&construire&s oi : même&

par&rapport&au&reste&du&monde & :& conception&sur& la&nature,& sur&la&mère&(D olto),& ou&sur& la&

foule&( la&foule& bestial e&et& les&sociologue s & du&19è).& &

Dans& les& années& 1980, & on& a& vu& ressurgir& l’idée& selon& laquelle& la& foule& donne& à& être& et&

n’empêche&pas&d’ex ister,& en&permettant&même&d’aller&au : delà&de&soi.& &

De&toute&manière&il&du&social&dans&l’individuel & : & c’est&un&balancier.&Mais&la&conviction&de&

Stéphane&c’est& qu’il&y&a&actuellement&un&retour& vers&le&social. &

EST < CE' QUE' LES' MARQUES' S ONT' EN' TRAIN' DE' PERD RE' LE ' CONTROLE'DE'LEUR'IDE NTITE ' ? '

Oui , & si&elles&considèrent&que&leurs&identités&étaient&décidé es & par& dix& personnes&en&haut&

d’une&tour.&Cette&une&perte&d’identité&in&vitro,&mais&un&gain&in&vivo & :&une&marque&porté e ,&

célébré e & parfois , & est&une&marque&qui&est&habité e .&Dans&un&contexte&de&pertes&des&formes&

mystique, & c’est&un&retour&du&veau&d’or. &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

23 &&

&

MARQUES'ET'RESEAUX'S OCIAUX,'Y < A < T < IL'UN'INTERET ' ? '

Tout & dépend& des& marques,& des& marchés,& et& des& stra tégies& de& marques.& Mais& c e& serait&

difficile&de&ne&pas& être&sur&les&réseaux&s ociaux&actuellement&va : t : on&dire. &

La&maturité&qu’on&a&sur&ces&espaces&peut & bien&sûr & se& transformer,&mais&on&peut&douter&

qu’il& ne& faille& ne& pas& y& être.& Car& il& y& a& même& des& réseaux& sociaux& détournés & (plus& de&

privacy,&etc).& &

AVANT , ' LES' GENS' FAISAIENT < ILS ' PLUS' CE' QU’ON' LEUR' D ISAIT' AVEC'LES'MARQUES ' ? '

Oui, & car& finalement& la& prise& de& pouvoir& et& de& position& du& consommateur& commence & à&

devenir& une& vraie & pratique& et& à&gagner& des& tranches& d’âge s & auxquelles& on& n’aurait& pas&

pensé . &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

24 &&

&

LE&RAPPORT&A&L’INFOR MATION& &

Dominiq ue&Boullier & & &

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

25 &&

&

Tout&d’abord,&Dominique&Boullier&pose&une&question&à&l’auditoire & :&c omment&la&salle&ici& présente&a : t : elle & entendu&parler&de&l’événement&de&ce&soir & ? & Beaucoup & de& personnes& ont& une& habitude,& c’est : à : dire& que& leur& attention& est& suscitée & depuis & un& certain & temps&et&qui&d’une&certaine&façon&sont&fidélisés. & Le& point&important& c’est& notre& attention& peut& être& réactiv é e& par& d es& attachements & qui& peuvent&être&le&web&avec& un&site& qui&nous&envoie& une&alerte& par&exemple& ( c’est&à& un&mot,& un&terme,&une&offre & qui&fait&une&rupture&dans&les& habitudes ). &

C’est& des& choses& très& anciennes& du& point& de& vue& de& la& psycho logie& de& l’attention.& L ’attention&à&deux& propriétés & :&l’intensité&et&la&durée.&On&est&habitué&sur&le&long&terme,&et& on&déclenche&l’attention&par&une&ale rte & :&sortir&des& rails & habituels . & Car& contrairement& à& ce& qu’on& pense& on& a& déjà& plein& d’attentions& avec& nos& proches.& Effectivement&l’attention& « c’est& « & s’occuper & de & » & (care&en&anglais).&Mais& on& ne& peut& pas& être&attentif&à&tout. &

La& question& de& l’attention& est& cruciale, & car& celle : ci& est& rare & :& on& est& obligé& de& faire& des& arbitrage s .& &

Pour& un& professionnel& il& faut& attirer& le& public& et& le& faire& sortir& de& ses& rails,& de& ses& habitudes. & & Des&petites&décisions&personnelles&font&qu’on&créé & un&buzz,&une&communauté,&etc. & L’ensemble&des&petites&méthodes,&médiations&pour&faire&sortir&des&rails,&ou & au&contraire& & maintenir& de& l’attention,& sont& importantes & :& tous& les& petits& détails& comptent & !& Mais& cet& ensemble&de& dispositifs&là & est& conflictuel .& & C elui&qui&vend&un&service,&essa ye&de&propager&une&marque,&etc. & Il& peut& donc& essayer&de& capter& un& public& durablement& (de& le& récompenser,& de& le& garder,& etc.).& Dans& le& même& temps,&il&essaye& des & « & coups & » & pour&intégrer&de&nouveaux&publics.&Mais&si& l’on&ne&fait& que& des& « & coups & » & on& se& disqualifie& par& exemple.&De&même& quand& on& travaille& sur&la& durée & sans&faire&de&« & coups & » & les&gens&finissent&par&s’endormir. & On&ne&peut&pas&jouer&une & combinaison&plutôt&que&l’autre & : & c’est&une&politique& globale&et& un&équilibre&qu’il& faut&trouver&avec&son&public.&C’est : à : dire&qu’il&faut& créer& de& l’excitation,& et& en& même& temps& avoir& une& tradition& et& une& attentio n& continue& (care)& envers& son& public . &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

26 &&

&

La&question&de&l’attention&est&un&enjeu&stratégique& important, & car&on& n’ a&que&24h&de&vie& et&que&dans&ce&laps&de&temps&il&faut&être&capable&de& partager&son&temps& au&profit&de&celui& qui& demande&de&l’attention. & Tous& les& systèmes& multi : activité s& essayent& de& gérer& cet& encombrement, & mais& au& bout& d’un&moment& cette&surcharge&dépasse&le&système&et&l’ut ilisateur . &

1

. LE&WEB&COMME&AMPLIFI CATEUR &

Le&web&amplifie&tout & :&donc&ça&amplifie&aussi&ce&phénomène&de&tension&dans&l’attention.& Car& il& y& a& une& masse& d’information& qui& est& proposé.& Situation& de& tension& cognitive& importante. &

Sur&les&réseaux& sociaux, & il&y&a&a insi&des&politiques&différentes,&des&différences&techniques,& etc.& Sur& linkedin& par& exemple& on& gère& un& réseau& au& sens& de& carrière& avec& des& enjeux& particuliers ,&mais&cela&n’a&pas&grand&rapport&avec& Twitter & qui&diffuse&un& média .&Ici&on&a& des&followers,&c’est& à&dire&des&fidèles&(&pas&loin&de&la&religion&ici),&mais&il&faut&être&capable& de& maintenir& ses& fidèles,& de& les& alimenter,& d’exciter& leur& attention.& Twitter& c’est& massivement& une& opération& de& fidélisation& pour& repérer&les&informations.& Linkedin&au& contraire& est&peu&sur&l’échange&d’information. & Facebook& est& lui& entre& les& deux,& car& c’est& une& gestion& de& réseaux,& mais& surtout& de& rediffusion&d’information. & Petit&à&petit&il&y&a&une&quantité&de&rediffusion.&C’est&un&média& nouveau&de& rediffusion & de&contenu&déjà& produ it, & mais&à&des&individus&de&confiance. &

2 . LES&AUTORITES &

Autant&on&avait&des&médiateurs&qui&étaient&enregistrés&dans&une&échelle&d’autorité&claire& (journalistes),& mais& en& plus& aujourd’hui& chacun& joue& un& rôle& d’intermédiation& pour& orienter& vers& certains& contenu s.& Ceux& qui& seront& capables & de& capter& et& d’orienter& l’attention&définiront&la&topologie&du&web.&Ils&feront& référence & sur&le&web. &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

27 &&

&

On&a&des&mutations&des&autorités.&Mais&ce&n’est&pas&une&expertise&indépendante,&c’est&la&

capacité&à&gérer&l’attention&sur&le&du rable&qui&fait&que&les&autorités&mutent&et&se&diffusent&

vers&des&autorités&ordinaires. &

Les& stratégies&marketing& doivent& faire& attention& à& ces& diffusions.& Plus& on&mobilise& des&

relais&qui&feront&le&travail,&plus&on&mobilise&l’attention&autour&de&la&marque. &

3 . Q UESTIONS &

LES' PERSONNES' PEUVEN T < ELLES' DEVENIR' DES' IN STITUTIONS' ET' AVOIR' DE' L’AUTORITE' SUR' LES' OPINIONS ' ? ' CELA' NE' VAUT' PAS' NECESSAIREMENT' POUR'REPRESENTER'DES ' MARQUES. '

Les&personne s&sont&des&institutions& à&part&entière, & car&ce & sont&des&personnes&légales& liées&

à& des& fictions& qui& les& font& tenir.& Mais& on& ne& peut& pas& prétendre& remplacer& des& grands&

systèmes& de& fictions & par& des&individus& qui& feraient& du& storytelling.& Certains& y& arrivent, &

mais&c’est&rare.& &

Le&problème&c’est&que&sur&des&systèmes&techniques&qu’on& connaît&on&voit&bien&que&ça&ne&

fonctionne&pas&à&l’ institution, & mais&au& « & hype & » ,&et&cela&s’écroule&très&vite.&Dans&ce&monde,&

certaines& personnes& doivent& pouvoir& tenir& la& barre& sans& s’écrouler& avec& les& « & buzz & » & : &

savoir& d’où& l’on& vient,& et& organiser& une& for me& d’intelligence& collective.& On& a& assez& peu&

d’exemples&d’institution&sur&un&monde&en&permanence&en&train&de&changer.& &

Actuellement&on&a&donc& des&leaders&qui& fonctionnent&sur&un& temps& court & ( des& blog gers&

qui&tiennent&4/5&ans & par&exemple,&ils&sont&liés&à&une&technologie&précise ).& &

Des& experts& d’un& domaine& permettent& eux& de& ne& pas& se& lier& à& des& techniques& et& de&

prendre&du&recul. &

EST < IL' POSSIBLE' DE' METTR E' UN' INDIVIDU' HORS' D ’USAGE' PAR' SURCHARGE'D’INFORMAT ION ' ? '

Du& temps& où&il& étai t& à& C ompiègne& Dominique& Boullier & avait& appelé& ça&le& syndrome & de&

surcharge&cognitive.&L’information&arrive&de&manière&trop&segmenté e & et&en&permanence.&

Plus& on& ouvre& des& fenêtres & dans& système& d’information & et& plus& on& est& soumis& à& ce&

syndrome . &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

28 &&

&

Mais&qu’est : ce& qui&nous&rend& capables & de&rester&auto : gouverné&sans&être& captifs & de&cette&

surcharge & ? &

On& a& besoin& d’inventer& une& forme& d’ autorégulation & pour& ne& pas& être& complètement&

accroc&à&tout&cela.&Mais&on&a&aujourd’hui&appris&à&être&au&courant&en&temps&réel,&avec&le&

besoin& d’être& au& courant& en& permanence& (temps& réel). & On& essaye& pour& l’instant& de&

trouver& des& systèmes& en& explorant& collectivement& pour& réguler& notre& attention&

collective& pour&être& un& peu& présent.& Car&la& présence&est&aussi& un&enjeu& dans& notre& vie&

numérique, & car& tout& ne& se& fait& pas&en& connexions & :& rencontres,&expériences&artistiques,&

etc. &

Il&y&aura&certainement&un&business&plus&tard&de&la&régulation&de&la&surcharge&cognitive. &

AVEC' TOUS' LES' FLUX' D ’INFO' DIFFUS ES' PAR' LES' INTERNAUT ES,' QUELLE ' EST' A U J OUR D’HUI' LA' PLACE' DES' MEDIAS' TRADITIONNELS ' ? '

L e& livre& The( wealth( of( network & pense& cette& relation& entre& les& réseaux& sociaux& et& les&

médias& traditionnels& en& employant& l’expression& d’« & attention& backbone & » & :& c olonne&

vertébrale & de& l’attention& qui& fonctionne& dans& un& couplag e& entre& résea ux& sociaux& et&

médias&classique.&C’est : à : dire&que & pour&qu’une&info rmation & des&réseaux&sociaux&fasse&le&

buzz,&il&faut&qu’elle&soit&reprise&dans&les&médias.& L’information&va& tombe r & dans&le&vide&si&

elle& n’est& relayé e & par& les& médias & classiques & qui& ont& une& force& de& frappe& énorme.&

L’alimentation&des& médias & fonctionne&sous&forme&de& boucle&et&les& médias & ont&appris&à& se&

servir&de&cette&boucle ,&en&reprenant&ce&qui&se&fait&ailleurs&pou r&ne&pas&être&complètement&

déco r ré lé. &

L’AUTORITE' EST' FORTEMENT' CONNEC TEE ' A' LA' PRESENCE.' UNE' MARQUE'SANS'PRESENCE ' N’AURAIT < ELLE ' PAS'D’AUTORITE ' ? '

Non,&la&présence&ce&n’est&pas&la&connexion & !& Être & présent&sur&les&réseaux&sociaux&ça&veut&

dire&être&visible,&être&capable&que& l’ autorité& de&la&marque& ne&soit&pas&seulement&porté e &

par&u n&site&vitrine ,& uniquement&géré&par&un& « & community&management & » .& Pour&cela&il&faut&

repérer& des& communaut és& qui& se& passionnent& déjà& par&l es& produits& et& y& être& présents&

sans& chercher& à& aligner& tout& le& monde.& Être & en& position& de& veille& et& en& soutenant& les&

com munautés. &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

29 &&

&

LE&RAPPORT&AU&SAVOIR & : & PATRICE&FLICHY &

La&parole&des&nouveaux&experts,&celle&des&amateurs &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

30 &&

&

&

Patrice&Flichy&a&écrit & :& & L’imaginaire(d’internet & en&2001 & Le(sacre(de(l’amateur (

Le& rhinocéros& de& ce& soir& ce& n’est& pas& le& consommateur, & mais& l’internaute& averti ,& l’amateur. & Le&mot&amateur&signifie& deux& choses& : &

: Réaliser&un& travail&médiocre &

: L ’amateur&c’est& aussi& le&passionné.&Celui&qui&aime,&qui&a&une&passion. &

Aujourd’hui& sur& internet & un& individu& ordinaire& utilise& les& mêmes& outils& qu’un& professionnel&dont&n otamment&le& micro : ordinateur . &

Auparavant&les&outils&du&travail&intellectuel& la&vie&personnelle&de&& la&personne&ordinaire.

n’étaient&pas&les&même&en&entreprise&et& dans&

Il& y& a& quelques& année s & on& a& vu& se& développer& le& concept& de & « & pro : am & » & pour& signifier& l’équivalence&entre&l’amateur&et&le&professionnel. & Selon&Patrice& Flichy&il& y&a&une&peur& que&l’amateur&prenne&la&place&du&professionnel,&et& cela&s’est&vu&notamment&dans&le&journalisme.&Pourtant&l’amateur&ne&prendra & pas&la&place& du&journaliste,&car&l’amateur & fonctionne&sur&le&principe&de&la&passion &

1 . LES&ACTIVITES&DE&L’A MATEUR &

L’ACCES'AUX'CONNAISS ANCE S ' '

On&a&tendance&à&penser&que&le&monde&n’existait&pas&avant&internet.&Mais&ces&phénomènes& d’ autodidactie & qu’on&voit& sur&internet& sont & aussi& dus & au&ni veau&scolaire& de&tout&à&chacun& qui& est& sans& commune& mesure& avec& l’ avant : guerre .& L’homme& du& XXIe & siècle& peut& se& constituer&par&lui&même&des&connaissances & : &

: pour& dévelo pper& ses& passions.& Sur& le& site& V iméo & par& exemple ,& il& y& a& toute& une& partie&consacrée&aux& didacticiels & à&l a&formation&de&l’usage&de&l’image.&Un&individu& peut& ainsi& se&former&facilement&pour&ce&type&de&pratiques & ; &

: le & citoyen& ordinaire& qui& souhaite& se& documenter& sur& des& domaines & qui& l’intéressent.&Un&individu & ordinaire&se&renseigne&par&exemple&sur&sa&santé&avant &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

31 &&

&

et&après& avoir&vu&le&médecin.&D’où&les&remarques&du& type & « & je&le&savais&que&j’avais& un&cancer & » & avant&de&voir&le&médecin.&On&trouve&aussi&sur&doctissimo&une&activité& de&soutiens,&ou&de&conseils& pratiques . &

&

C’est&ainsi&un&a ccès&à&des&connaissances&plus& expertes & pour&l’amateur & sur&ses&pratiques , & et&plus & ordinaire&pour&l’individu.& & Évidemment & c’est& une& situation& déstabilisante& pour& les& experts & :& un& étudiant& pourra& remettre& en& cause& un& professeur& en& citant& Wikipedia.& Cela & amène& à& construire& un& rapport& trans formé & avec&l’amateur . &

LA'CONSTRUCTION'DE'L ’IDENTITE '

Ces& pratiques& permettent& à& l’individu& de& construire& sa& singularité& par& des& pratiques& amateurs & : &

: ces&pratiques&sont&d’une&part&la&pratique&amateur & classique&au&sens&de&passion & (musique,&théâtre…) &

: l’activit é&du&fan,&c’est : à : dire&celui&qui&est&en&situation&de&réception&créatrice.&Il&se& réapproprie& et& retransforme& éventuellement. & Le s& « & Potter& Fiction & » & en& sont& un& exemple& ( fictions& crées& à& partir& de&l’univers& d’Harry& P otter) .& Les& réactions& des& éditeurs& furent& d ans& un& premier& temps& d’intenter & des& procès.& Mais& finalement& faire&des&procès&à&des&enfants&q ui&ont&faits&le&succès&d’Harry&P orter& ce& n’était&pas& le&plus&malin.& Les&éditeurs& ont& donc&appris&à& faire&avec&ce&public&qui&détourne&le& livre,&où&le&lis&au&deuxième & et&troisième&degré. &

LA'QUESTION'DE'L’EXP ERTISE '

Internet&permet&de&produire&de&nouveaux&experts & ?&Oui&et&non,&et&il&faut&s’ interroger & sur& le&mot& expert & : &

: M ême& racine& que& le& mot& expérience & :& celui& qui& a& acquis& des& compétences& par& l’expérience.& C’est& traditi onnellement & le s & compagnon s & du& tour& de& France& qui& acquerraient&ainsi&des& compétences&nouvelles. &

: Aujourd’hui&un&expert&est&un&synonyme&de&spécialiste. &

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

32 &&

&

Internet& permet& de& revaloriser& ce& sens& premier,& revaloriser& l’expert& par& e n& bas,& par&

l’expérience. & Cet& exp ert& par& en& bas& se&manifeste& sur&internet.& Il& permet& un& rapport& au&

savoir& beaucoup& plus& démocratique & en& permet tant & à& des& individus& de& participer& à& un&

débat& public& avec& des& spécialistes.& Grâce& à& internet,& le& citoyen& peut& réunir& des&

compétences,&et&ce&de&mani ère&collective,&pour&débattre&avec&le&spécialiste.&L’exemple&du &

médecin&est& fondamental & :&le&malade&en&sait&plus&sur&sa&maladie&que&ce&que&le&médecin&

peut&lui&en&dire,&dixit&des&médecins.& &

Internet& nous& aide& à& réhabiliter& ses& savoirs& ordinaires,& ce& rêve& des& années& 60& d’une&

société&sans&écoles&(Ivanevitch).& &

2 . QUESTION &

PAR' RAPPORT' AU' CONCE PT' A' LA' MODE' DE' CETT E' ANNEE' DE' CURATEUR,' COMMENT' PO SITIONNER' L’AMATEUR ' ?' LA' CURATION' C’EST' UN' ENSEMBLE' DE ' S ERVICE S' CRE E' SPECIFIQUEMENT' POU R ' PICORER'DU'CONTENU'E T'LE'REMETTRE'EN'FOR ME.' '

&

pouvoir&construir e&une&encyclopédie&sans&éditeur & ? & Tout&ce&travail&de&sélection&et&de& tri &

d’information&est&

La& vraie & r upture&est&cette&capacité&dont&W ikipedia&est&le&plus&bel&exemple & :&qui& imaginait

fondamental & pour&le&métier&d’éditeur.& &

Le&fait&qu’un&grand&projet&non&marchand& balaye& la&concurrence&marchande&est&quelque&

chose&de&central.& &

Peut& être& que& le& curateur& est& un& de& ces& outils,& mais& Patrice& F lichy& avoue& ne& pas& être&

compét ent& sur&cette&question . &

LA' CREDIBILITE' DES' C HERCHEURS' ICI' NE' VIE N T < ELLE' PAS' COUVRIR'LES'PRETENDU S'EXPERTS'DU'WEB ' ? ' C’EST ' PROPREMENT ' LA'DUREE'DE'L’EXPERI ENCE'DE'L’EXPERT'QUI ' FAIT ' LE'SAVOIR'ET' LE' CONTENU. ' FAUT < IL' ALLIER' EXPERT' D’EXPE RIENCE' DE' LONGUE' DUREE' ET ' EXPERT' DU' COURT' TERM E' DE' L’INNOVATION' QU ’EST' L’AMATEUR ' ? '

Les& outils& numériques& ne& peuvent& devenir& que& des& outils& sociaux& que& s’ ils& sont&

accompagnés&d’un&discours&et&d’un&imaginaire.& &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

33 &&

&

Par&exemple& pour& ce& vieux&minitel& face&à& internet,& ce& n’est& pas& que&la& F rance& se & serait&

trompée & sur& un&mauvais& choix& technologique.&Mais&le& point& où & France&Télécom& a & failli&

c’est&son&incapac ité&à&créer&un& outil & collectif ,&un&imaginaire,&et&des&utopie s & à&cet&outil.&Le&

minitel&n’a&jamais&fait& rêver & !&

L’innovation& c’est& c ette& ca pacité& à& associer& des& discours& autour& d’une& nouvelle&

technologie & :&les&discours&n’ont&pas & pour & but&de&produire& un & savoir,&mais&d’accompagner&

une&technique. &

&

LES' ASSOCIATIONS' DE' SEROPOSITIF' DANS' LES ' ANNEES' 80’' ON T ' PERMIS ' AU'MALADE'DE'SE'PRON ONCER'FACE'A'LEUR ' MEDECIN ' EN' AYANT'DES'INFORMATIO NS'FIABLES.'DE'LA'ME ME'MANIERE,'PEUT < ON' SE' SERVIR' DE' L ’ACCES' AU' SAVOIR' COM ME' D’UN' OUTIL' DE' LOBBYING' POUR' FAIRE' CHANGER' LA' DIRECTION ' QUE' PRENNENT' LES' EXPERTS ' :' URBAIN,' POLITIQUE, ' VOIRE' MEME' POUR' LES' POTTER'FICTIONS'POUR ' DIRIG ER'LES'ROMANS ' ? '

On&peut&distinguer&trois & figures&de&l’amateur & : &

: la&vulgarisation & ; &

: la&co : construction&de&la&science.&Pour&refaire&une&base&de& données & complète&des&

plante s & existante s & en& France, & le&scientifique&doi t&s’associer&à&l’amateur.&Celui : ci& a&

parfois&l’impression& d’être& une& main : d'œuvre & à& bon&marché.& I l& développe&alors&

un&discours&à&l’encontre&de&l’universalité&de&la& science & :&construire&le&catalogue&

local & de& ses& plantes & par& opposition& au& scientifique& qui& réalise& le& catalogue&

universel&et&exhau stif & ; &

: dans& un e& situation& de& contre : science& (Michel& C allon,& appelle& cela& la& science& de&

plein& air ).& Des& individus& peuvent& construire& une& science& qui& va& remettre& en&

cause,& ou& partiellement& remettre& en& cause& la& science.& Pour& le& sida& ce& fut& la&

question&des&tes ts&des&médicaments. &

&

Ce&sont&des& figur es&et&des&rapports&à&l’activité & artistique&et&scientifique&très&

diverse . &

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com

34 &&

&

POUR&CONCLURE.&ETIEN NE&CANDELLE &

&

&

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

35 &&

&

C’est&une&image&bizarre&e t& étrange, & car&cette&entité&représente&un & individu & ou&plusieurs.& Et&ce&n’est&pas&quel que&chose&d’étrange & ! & Ici&derrière&internet& on&a&l’impression&qu’on&n’a&plus&à&f aire&à&des&gens& normaux, & mais&à& une&nouvelle&ethnie,&quelque&chose&de& méconnaissable &

Le & corrélat& c’est& que& les& chercheurs& auraient& quelque& chose& de& très& nouveau& et& particulier& pour& comprendre& l’humain& représenté& par& un& rhinocéros.& C’e st& le& rêve& du& marketeur& de& perc er & la& carapace,& que& le& désir& commence& e t& l’achat& se& fass e & :& si& on& arriv a i t&à&u ne&telle&connaissance&de&l’ homme, & on&n’aurait&plus&de&markete u r&et&il&suffirait& d’appuyer&sur&le&bon&bouton . &

Face&à & ces& incertitudes, & on&convoque& les&chercheurs&pour&« & avoir&des&certitudes & ».&Il&y&a& pourtant&in& fine& une& meilleure& connaissance& du& social,&m ais& la& carapace& n’est& toujours& pas&percée. & Effectivement,&on&n’a & pas&seulement&à&faire&à&des&consom mateurs,&mais&à&des&humains & :& des & mythe s ,& de& la& ritualité ,& de& la&composition&d’identité ,&etc. & Ne&pas&prendre&en&compte&la&complexité& de& tout&cela,& c’est&se&vouer&à&l’échec & :&ce&n’est& pas&parce&qu’on&a&recours&à&une&technique& (parce&qu’internet&est&d’abord&une&technique)& que&tout&va&de&soi . &

Il& y& a& l’émergence& d’une& figure& au& travers& du & numérique & :& ce&média& comme & un&lieu & de& transformation&des&rapports & de&force, & et & de&partage&du&savoir . & Penser&qu’on&a&affaire&à&un&homme& derrière&l’internet& c’est&commencer&à&se&demander&si& on& n’ a&pas&besoin&d e&penser&de&manière& différente ,& sans&avoir&de&ré ponse s & préétablies ,& comme&si&on&croyait&en&die u & finalement . &

GUERN&François&|&Télécom&ParisTech&|&Alcatel : Lucent&Bell&Labs&| & francois.guern@gmail.com &

36 &&

&