Sie sind auf Seite 1von 15

Numéro 8 Novembre 2011

LaSalle EnergyNews

Numéro 8 Novembre 2011 LaSalle EnergyNews (page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6)

(page 1)

Numéro 8 Novembre 2011 LaSalle EnergyNews (page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6)

(page 5)

Numéro 8 Novembre 2011 LaSalle EnergyNews (page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6)

(page 2)

Novembre 2011 LaSalle EnergyNews (page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6) (page 6)

(page 3)

2011 LaSalle EnergyNews (page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6) (page 6) (pages

(page 6)

EnergyNews (page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6) (page 6) (pages 4 et

(page 6)

(page 1) (page 5) (page 2) (page 3) (page 6) (page 6) (pages 4 et 5)

(pages 4 et 5)

l’edito

(page 2) (page 3) (page 6) (page 6) (pages 4 et 5) l’edito Le Captage /

Le Captage / Stockage du CO2

(pages 7 à 12)

Les Dolomites sont un des endroits les plus fascinants pour un géologue. Dans la partie Nord de l'Italie, de spectaculaires a eurements de calcaire et de dolomie dominent de douces vallées alpines. Cette province italienne est appelée le Trentin-Haut Adige mais elles sont également présentes dans les régions de Veneto et de Friuli.

C’est près de Saussure qu’a été découverte et nommée la dolomite, elles ont été dédiées à Déodat de

Dolomieu personnage célèbre de la géologie française en

1792.

C’est en ces lieux que les grands débats entre les neptunistes et les plutonistes se sont tenues au début des années 1800. C’est également ici qu’a été démontré que les roches intrusives sont venues des profondeurs de la Terre, après avoir découvert l’auréole de contact de l’intrusion monzonitique dans des calcaires. Et toujours au XIXe siècle, de grands géologues autrichiens ont développé des idées importantes sur leurs propres plate-formes carbonatées localisées dans cette zone. Les Dolomites d’âge triasique, sont considérées comme un stratotype de cette période. L’étage Ladinien, par exemple, vient de la Ladinie, dans la partie Nord-Ouest des Dolomites. Ces plate-formes carbonatées présentent toutes les plus incroyables géométries de dépôt reconnaissables sur un pro l sismique, ce qui permet d’avoir une vision complète en trois dimensions de ces systèmes de dépôts.

Les niveaux stratigraphiques les plus importants sont représentés par les plate-formes dolomitiques de l’Anisien, du Ladinien et du Carnien. Lors de ces périodes, se développent des plate-formes carbonatées isolées, ayant un diamètre maximal de 4-5 km et des épaisseurs allant de 800 à 1000m. La montagne du Latemar, qui représente une de ces plate-formes, est probablement une des zones les plus étudiées de la Terre avec plus de 100 publications pour seulement 16 km².

Après l’âge carnien, les plate-formes carbonatées ne sont plus isolées laissant place au développement d’une grande plaine tidale appelée « Dolomia Principale » ou « Hauptdolomit ». Le paysage change et les reliefs deviennent plus imposants.

En 2009 les Dolomites ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco pour leurs incroyables caractéristiques géomorphologiques, et spécialement pour l’importante contribution de cette zone de l’Italie au monde de la géologie.

Alberto RIVA Géologue, spécialiste en carbonate Geplan Consulting

au monde de la géologie. Alberto RIVA Géologue, spécialiste en carbonate Geplan Consulting Numéro 8 -

Numéro 8 - Novembre 2011

au monde de la géologie. Alberto RIVA Géologue, spécialiste en carbonate Geplan Consulting Numéro 8 -

1

anecdotes et faits divers
anecdotes et faits divers
l’illusion pour l’ÉtÉ !
l’illusion pour l’ÉtÉ !

Les pays industrialisés, membres de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), ont proposé un plan d’action pour réguler la hausse du prix du pétrole. Ainsi, 60 millions de barils (soit plus de 9 milliards de litres de pétrole), provenant des réserves de chaque pays, ont été distribués à compter du 23 juin 2011 sur la période estivale. Cela permettra de palier en partie au manque lié à l’arrêt de la production libyenne et à réguler la forte demande des produits pétroliers en cette saison.

3,2 millions de barils vont être pris sur les réserves françaises, mais cela ne représente que 2% du volume de ces réserves. A noter que l’Italie est le seul membre de l’AIE à augmenter les taxes à la pompe.

«Cela permettra de palier en partie au manque lié à l’arrêt de la production libyenne et à réguler la forte demande de produits pétroliers en cette saison»

C.D.G.

le 9 juillet 2010, le sud-soudan se dÉclarait indÉpendant, mais aujourd’hui qu’en est-il ?
le 9 juillet 2010, le sud-soudan se dÉclarait indÉpendant, mais
aujourd’hui qu’en est-il ?

Malgré l’annonce de l’indépendance du pays par le chef du parlement sud-soudanais James Wanni Igga devant toute la population, il existe encore des inquiétudes concernant l’avenir quant à l’économie du pays. La frontière entre le Nord et le Sud du pays est encore incertaine face aux enjeux énergétiques existants. En e et, la partie sud possède la majorité des champs pétroliers et le Nord les installations pétrolières. Or les deux états ont besoin de cette ressource pour leur économie

attaque ciblÉe ou accident ?
attaque ciblÉe ou accident ?

«Il s’agit en réalité d’une explosion sur un gazoduc volontaire»

en réalité d’une explosion sur un gazoduc volontaire» Le gazoduc en flammes Le drapeau du Sud-Soudan

Le gazoduc en flammes

explosion sur un gazoduc volontaire» Le gazoduc en flammes Le drapeau du Sud-Soudan M.D. En Syrie,

Le drapeau du Sud-Soudan

M.D.

En Syrie, les habitants du gouvernorat de Deir ez-Zor (Est du pays) ont pu entendre une forte détonation dans la nuit du 12 au 13 juillet, engendrant d’importantes ammes. La version o cielle des événements est un simple accident : une fuite de gaz aurait en ammé la végétation sèche proche du lieu de l’accident. Le gouvernement a précisé que la production continuait par des réseaux de gazoducs secondaires. Il s’agit en réalité d’une explosion sur un gazoduc volontaire. Cette région correspond à la zone mitoyenne entre la Syrie et l’Irak sunnite, qui milite contre le régime d’Assad. Il s’agirait de la première attaque ciblée sur l’énergie pétrolière syrienne depuis le début des manifestations du 15 mars 2011.

Un jour plus tôt, dans la région du Sinaï, c’est un gazoduc égyptien alimentant la Jordanie et l’Israël qui a fait pour la quatrième fois l’objet d’une attaque à la bombe depuis le mois de janvier. Cet événement a perturbé l’alimentation en gaz de la Jordanie et de l’Israël.

C.D.G.

Cet événement a perturbé l’alimentation en gaz de la Jordanie et de l’Israël. C.D.G. Numéro 8

Numéro 8 - Novembre 2011

Cet événement a perturbé l’alimentation en gaz de la Jordanie et de l’Israël. C.D.G. Numéro 8

2

un ankylosaure dÉcouvert dans une mine de sables bitumineux
un ankylosaure dÉcouvert dans une mine de sables
bitumineux

En mars 2011, les ouvriers d’une mine de sables bitumineux de Suncor Energy, localisée en Alberta au Canada, sont tombés sur un os. Et pas qu’un seul ! Puisqu’un squelette presque entier d’ankylosaure a été découvert.

squelette presque entier d’ankylosaure a été découvert. Spécimen d’ankylosaure semblable à celui trouvé en

Spécimen d’ankylosaure semblable à celui trouvé en Alberta

Les employés de Suncor étaient en train d’excaver une paroi de sables bitumineux lorsqu’ils ont vu un amas ayant une texture particulière. Intrigués, ils cessèrent immédiatement les travaux et appelèrent leur superviseur. Celui-ci contacta alors un géologue de chez Suncor qui reconnu immédiatement des os d’un reptile quelconque. S’agissant d’une découverte relativement importante, des photos sont envoyées au Royal Tyrrell Museum.

En arrivant sur le site, les experts du musée pensaient découvrir un fossile de reptile marin, ce qu’on trouve généralement dans les sables bitumineux, ceux-ci étant d’origine marine. Mais à leur grande surprise, il s’agissait d’un fossile de dinosaure vieux de plus de 110 millions d’années. En Alberta, plusieurs reptiles marins ont été découverts. Le dernier reptile marin a été découvert il y a dix ans et il s’agissait d’un grand spécimen d’ichtyosaure. L’hypothèse émise pour expliquer la présence de ce dinosaure dans des sables bitumineux est que son corps aurait été entraîné au large, avant de couler et de se retrouver fossilisé dans ces sables.

«L’histoire de l’évolution des ankylosaures va pouvoir être réécrite »

Le squelette trouvé dans la mine correspond au plus vieux dinosaure découvert dans la région. Jusqu’alors, les restes de dinosaures trouvés dataient de 80 millions d’années. Mais le deuxième fait important est qu’il s’agit d’un squelette d’ankylosaure rare et en parfait état. D’après Donald Anderson (paléontologue au Royal Tyrell Museum), « Nous pouvons même voir ses doigts et des empreintes d’écailles qui couvraient son corps ». L’Ankylosaurus était un dinosaure quadrupède herbivore allant de 7 à 10 mètres de long et de 2,5 à 3 mètres de haut. Son dos était recouvert d’une forte armure constituée de plaques osseuses et il possédait une queue en forme de massue qu’il pouvait balancer pour se défendre contre les prédateurs.

Les ankylosaures étant des fossiles très rares, leur évolution est mal connue. La découverte d’un squelette en bon état de conservation constitue donc une découverte très importante. De plus, la plupart des espèces découvertes appartiennent au Crétacé supérieur, alors que le spécimen trouvé dans la mine date de 110 millions d’années, soit une époque antérieure se situant à la n du Crétacé inférieur dans l’Albien. Ainsi, à partir de ce spécimen conservé de manière extraordinaire, l’histoire de l’évolution des ankylosaures va pouvoir être réécrite… Les travaux ont été stoppés durant l’extraction du fossile, puis le squelette a été transporté dans le musée de Drumheller (Alberta, Canada), où il sera étudié très attentivement.

V.P.

dans le musée de Drumheller (Alberta, Canada), où il sera étudié très attentivement. V.P. Numéro 8

Numéro 8 - Novembre 2011

dans le musée de Drumheller (Alberta, Canada), où il sera étudié très attentivement. V.P. Numéro 8

3

dÉtection des nappes de pÉtrole dans l’eau
dÉtection des nappes de pÉtrole dans l’eau

La détection des nappes de pétrole dans l’eau est aujourd’hui une nécessité. En e et, il est important d’observer le moindre rejet d’hydrocarbures dans l’océan pour prévenir une catastrophe. L’autre utilité peut être la recherche de suintements d’hydrocarbures dans l’océan indiquant l’éventuelle présence d’un réservoir pétrolier dans un but industriel. Pour cela, la meilleure méthode reste la télédétection par satellite avec la polarimétrie radar. Dans cet article sera donc présentée cette méthode, relativement simple, mais qui repose sur des lois scienti ques complexes.

«Il est important d’observer le moindre rejet d’hydrocarbures dans l’océan pour prévenir une catastrophe »

Avant de parler de l’application pétrolière de cette méthode, il est nécessaire d’aborder quelques notions fondamentales.

est nécessaire d’aborder quelques notions fondamentales. Image dans la polarisation HH obtenue avec le satellite

Image dans la polarisation HH obtenue avec le satellite RADARSAT1

Tout d’abord, le système radar utilisé doit pouvoir émettre et réceptionner des ondes polarisées. Pour cela, une antenne spéci que, pouvant avoir plusieurs formes, est utilisée. Dans les systèmes radars simples, l’antenne est conçue de manière à émettre et capter la même onde polarisée. Dans d’autres systèmes plus complexes, il est possible d’émettre et de capter des ondes dans plusieurs polarisations. Pour ce dernier cas, il est donc nécessaire d’émettre des signaux ayant des composantes dans deux polarisations orthogonales : les polarisations linéaires horizontale H et verticale V. Le système radar pourra alors avoir quatre canaux di érents :

- HH : émission horizontale, réception horizontale

- HV : émission horizontale, réception verticale

- VV : émission verticale, réception verticale

- VH : émission verticale, réception horizontale

Les systèmes radars équipés de ces quatre polarisations sont appelés «radars à quadruple polarisations» ou plus simplement «radars

polarimétriques». Ces radars peuvent alors mesurer les

di

érences de phase entre les canaux et les amplitudes.

Les radars polarimétriques peuvent servir à

di

érentes applications, dont l’une reste la détection des

nappes de pétrole à la surface de l’océan.

des nappes de pétrole à la surface de l’océan. Image dans la polarisation VV obtenue avec

Image dans la polarisation VV obtenue avec le satellite ERS1

Nappe de pétrole au large du Pays de Galles obtenue en février 1996

avec le satellite ERS1 Nappe de pétrole au large du Pays de Galles obtenue en février

Numéro 8 - Novembre 2011

avec le satellite ERS1 Nappe de pétrole au large du Pays de Galles obtenue en février

4

Lorsque les ondes polarisées arrivent à la surface de l’eau, celle-ci produit di érents échos en raison de l’irrégularité de sa surface (notamment en fonction de la vitesse et de la direction du vent). L’image produite est donc relativement claire et brouillonne. Mais la présence d’une nappe d’huile atténue l’irrégularité de la surface, diminuant ainsi la rétrodi usion radar, ce qui donne une image plus sombre au niveau de l’huile. Il est important de préciser que les images dans la polarisation VV sont les plus sensibles à la variabilité du vent.

En général, la polarisation VV est préférée à la polarisation HH car la polarisation VV o re un meilleur contraste, ce qui facilite la détection des nappes de pétrole.

Certains problèmes restent cependant à résoudre, comme la détermination de l’épaisseur de la nappe ou encore la

di érenciation des nappes de pétrole avec de la glace fondue, des zones peu venteuses ou des surconcentrations

V.P.

biologiques.

l’or noir, une arme politique
l’or noir, une arme politique

Dans les faits, la Libye est entrée en guerre civile depuis le 15 février 2011. Le pays a gelé toute sa production pétrolière à l’exportation. Avant ces événements politiques, ce dernier fournissait aux pays européens 85% de sa production. Le 14 juillet, la Libye, par l’intermédiaire du premier ministre libyen, Baghdadi Mahmoudi, annonce que plus aucun accord ne sera signé avec l’ENI (Ente Nazionale Idrocarburi), la compagnie pétrolière italienne qui était en 2008, la cinquième compagnie mondiale du pétrole (devant Chevron). Ceci est lié à la participation des forces militaires italiennes aux frappes de l’OTAN sur la Libye. Au sommet de l’OTAN, seule la Russie n’avait pas donné son accord pour lancer une attaque sur le pays. Cette manœuvre politique n’était surement pas un vote pour l’intérêt de la Libye, mais bien pour son propre intérêt. En e et, suite à ces événements, la Libye coupe les liens avec les pays occidentaux et se tourne vers la Russie.

liens avec les pays occidentaux et se tourne vers la Russie. «La Libye coupe les liens

«La Libye coupe les liens avec les pays occidentaux »

Malgré la position de non ingérence de la Chine dans ce problème mondial, de nombreux contacts ont été établis entre la Chine et la Libye. Celle-ci serait-elle vraiment le seul décideur de ses projets futurs ? Elle coupe ainsi les ressources de l’Europe en obligeant les pays membres de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) à puiser dans leurs réserves de pétrole pour l’été.

C.D.G.

de l’Energie) à puiser dans leurs réserves de pétrole pour l’été. C.D.G. Numéro 8 - Novembre

Numéro 8 - Novembre 2011

de l’Energie) à puiser dans leurs réserves de pétrole pour l’été. C.D.G. Numéro 8 - Novembre

5

une goutte d’or noir chez les riches !

Le 2 juillet 2011, un pipeline appartenant a l’entreprise Exxon Mobil s’est rompu dans l’état du Montana. Il a déversé ainsi en quelques heures l’équivalent de 120 000 à 160 000 litres d’hydrocarbures dans une rivière très célèbre des Etats-Unis : la Yellowstone.

«Le manque d’entretien des pipelines inondant les terres des plus démunis ne suscite aucun intérêt »

Un article concernant cet événement est paru deux jours plus tard dans Le Monde a n de dénoncer les conséquences catastrophiques sur la faune et la ore de la région. Une goutte d’or noir déversée chez les riches provoque un raz de marée médiatique, alors que des fuites continues d’hydrocarbures par le manque d’entretien des pipelines inondant les terres des plus démunis ne suscitent aucun intérêt. (Référence à l’article paru dans la newsletter de juin 2011 concernant le Nigéria).

C.D.G.

le baril suit son cours

120$

95$

le Nigéria). C.D.G. le baril suit son cours 120$ 95$ 15 août 15 novembre Le cours

15 août

15 novembre

Le cours du Brent de mi-août à mi-novembre 2011 111,13 dollars le 15 septembre

Ces trois derniers mois, le prix du baril a connu de fortes uctuations, avec un minimum à 100$ enregistré la première quinzaine d’octobre et un maximum la première quinzaine de septembre. Fin juillet, le prix du baril reste très haut, notamment à cause de la poursuite de la crise dans le monde arabe. Début août, le Brent connaît une forte baisse avant de réaugmenter progressivement jusqu’à 116$. Cet événement coïncide avec la chute boursière de cet été. La con ance des investisseurs dans la monnaie, surtout l’euro, ont ralenti tous les marchés économiques, faisant ainsi baisser fortement le prix des matières premières. La forte baisse aux alentours du 4 octobre coïnciderait également avec les problèmes de la zone euro.

Durant les prochaines semaines, le problème de la dette dans le monde économique et la n du con it en Libye vont certainement avoir des conséquences sur le prix du baril. La France a notamment manifesté son intérêt pour le pétrole en Libye. En e et, avec sa participation au règlement du con it, les libyens ont promis à la France un pourcentage de leur pétrole, favorisant ainsi le développement des entreprises pétrolières françaises et diminuant l’achat de pétrole à d’autres pays producteurs. En n, nous connaîtrons peut-être en France une réelle baisse du prix de l’essence à la pompe… En 2010, le fait que le Brent de la mer du Nord ait dépassé les 100$ a été exceptionnel : la première fois qu’il a atteint la barre symbo- lique de 100$ était lors de la crise en 2008. Mais depuis janvier 2011, le Brent se situe continuellement au-dessus de ce prix. Repasserons-nous un jour en-dessous? Pour l’instant, personne ne peut y répondre. Le prix est bien sûr dépendant de l’apport en pétrole, qui dépend directement des contextes politico-économiques a n de fournir du pétrole au monde entier.

V.P. & C.D.G.

politico-économiques a n de fournir du pétrole au monde entier. V.P. & C.D.G. Numéro 8 -

Numéro 8 - Novembre 2011

politico-économiques a n de fournir du pétrole au monde entier. V.P. & C.D.G. Numéro 8 -

6

Dossier réalisé par Yannick Mourlot

Dossier réalisé par Yannick Mourlot le captage / stockage du co 2 Le dioxyde de carbone

le captage / stockage du co2

Le dioxyde de carbone est un gaz à e et de serre qui joue un rôle majeur dans le réchau ement climatique de la Terre (Fig.1). Sa concentration dans l’atmosphère a fortement augmenté, surtout à cause de l’augmentation des activités humaines, comme l'utilisation d'énergies fossiles. Parmi les solutions pour réduire les émissions de CO2, l’une d’entre elles est de le stocker sous terre : le captage/stockage de CO2.

Le captage et le stockage du CO2 sont des techniques en plein essor. Elles représentent un grand espoir dans le monde de l'industrie, car elles peuvent réduire les émissions mondiales de CO2 de plus de 25% d'ici 2050. Les sites de géostockage du CO2 restent aujourd'hui peu nombreux, et sont pour la plupart encore au stade d'expérimentation. Cependant, quelques projets pilotes industriels se multiplient dans le monde, notamment aux USA, au Japon et en France. En France de nombreuses rmes misent sur ces techniques très promet- teuses par exemple TOTAL ou encore VEOLIA mais aussi l’IFP et le BRGM.

TOTAL ou encore VEOLIA mais aussi l’IFP et le BRGM. En quoi cela consiste t -il

En quoi cela consiste t -il ?

mais aussi l’IFP et le BRGM. En quoi cela consiste t -il ? Fig. 1 Concentrations
mais aussi l’IFP et le BRGM. En quoi cela consiste t -il ? Fig. 1 Concentrations

Fig. 1 Concentrations d'ozone sur Terre le 9 Septembre 2011

1 Concentrations d'ozone sur Terre le 9 Septembre 2011 Le but du captage /stockage (CSC) est

Le but du captage /stockage (CSC) est d’enfouir dans le sous-sol le CO2 émis par toutes les industries qui présentent une forte émission de gaz à e et de serre (Fig.2), comme le ra nage ou encore la sidérurgie mais surtout l’utilisation du charbon

la sidérurgie mais surtout l’utilisation du charbon Fig. 2 Diagrammes sur les émissions de gaz Pour

Fig. 2 Diagrammes sur les émissions de gaz

Pour cela, il faut récupérer (capter) le CO2 directement en sortie de la source où il est produit et ensuite, le réinjecter dans les couches capables de le contenir pendant une longue période (ex: anciens réservoirs pétroliers).

capables de le contenir pendant une longue période (ex: anciens réservoirs pétroliers). Numéro 8 - Novembre

Numéro 8 - Novembre 2011

capables de le contenir pendant une longue période (ex: anciens réservoirs pétroliers). Numéro 8 - Novembre

7

Fig. 3 Cycle du captage-stockage du CO 2 (d'après TOTAL) Le captage-stockage du CO 2

Fig. 3 Cycle du captage-stockage du CO2 (d'après TOTAL)

Le captage-stockage du CO2 se divise en trois étapes principales, qui sont les suivantes (Fig.3) :

1/ Le captage 2/ Le transport 3/ Le stockage

(Fig.3) : 1/ Le captage 2/ Le transport 3/ Le stockage Première étape : Le Captage

Première étape : Le Captage

2/ Le transport 3/ Le stockage Première étape : Le Captage Le captage représente environ 70%

Le captage représente environ 70% du coût engendré par une lière telle que le géostockage de CO2.

Il existe actuellement 3 sortes de captage de CO2 : le captage postcombustion, le captage à oxycombustion et en n le captage précombustion.

à oxycombustion et en n le captage précombustion. Le captage Postcombustion Il consiste à récupérer le

Le captage Postcombustion

en n le captage précombustion. Le captage Postcombustion Il consiste à récupérer le CO 2 contenu

Il consiste à récupérer le CO2 contenu dans les émissions issues de la combustion telles que les fumées de combustion. Les installations que nécessite le captage peuvent être ajoutées au système sans engendrer trop de modi cations de sa structure (Fig. 4).

Le captage des émissions de CO2 se fait couramment par un solvant (ex: amines). Il existe d'autres techniques pour capter le CO2 en post combustion.

techniques pour capter le CO 2 en post combustion. Fig. 4 Schéma d'une installation de captage

Fig. 4 Schéma d'une installation de captage de CO2 (d'après l'IFP 2006)

Certaines comme la cryogénie ou le cycle du calcium sont également utilisés mais restent des procédés à réaliser. La cryogénie, par exemple, nécessite la solidi cation du CO2, par givrage, a n d'être ensuite séparée des autres phases. Pour réaliser cette séparation, il faut absorber le CO2 avec un solide aux propriétés absorbantes ou alors, il faut utiliser une membrane qui, une fois en contact avec le CO2, sera capable de l'absorber. La séparation de phases majeure, dans le captage postcombustion est la séparation entre N2 et CO2.

de phases majeure, dans le captage postcombustion est la séparation entre N 2 et CO 2

Numéro 8 - Novembre 2011

de phases majeure, dans le captage postcombustion est la séparation entre N 2 et CO 2

8

Le captage par oxycombustionFig. 5 Etapes du processus d'oxycombustion (d'après l'IFP 2006) Il s'agit d'un procédé réalisé

Le captage par oxycombustion Fig. 5 Etapes du processus d'oxycombustion (d'après l'IFP 2006) Il s'agit
Le captage par oxycombustion Fig. 5 Etapes du processus d'oxycombustion (d'après l'IFP 2006) Il s'agit

Fig. 5 Etapes du processus d'oxycombustion (d'après l'IFP 2006)

Il s'agit d'un procédé réalisé avant la combustion (Fig. 5). Il n'est donc pas réellement un 'captage'. Le but de l'oxycombustion est de créer une fumée de combustion composée de 90% de CO2 minimum (le reste étant de l'eau principalement). Cette combustion est réalisée avec de l'oxygène pur (et non de l'air). Cette technologie reste cependant très coûteuse, surtout en ce qui concerne les procédés utilisés pour récupérer l'oxygène pur à partir de l'air (exemple : la cryogénie).

pur à partir de l'air (exemple : la cryogénie). Le captage précombustion Fig. 6 Etapes du

Le captage précombustion

(exemple : la cryogénie). Le captage précombustion Fig. 6 Etapes du processus de précombustion (d'après
(exemple : la cryogénie). Le captage précombustion Fig. 6 Etapes du processus de précombustion (d'après

Fig. 6 Etapes du processus de précombustion (d'après l'IFP 2006)

Le but de cette technologie est de récolter le CO2 à la source, avant la combustion, lors de la fabrication du combustible (Fig.6). Le CO2 est converti en un gaz de synthèse composé principalement d'hydrogène et de monoxyde de carbone. Ce gaz est créé grâce à deux procédés : le vaporeformage ou l'oxydation partielle. Le monoxyde de carbone est mélangé à l'eau (shift-conversion) ce qui créée du CO2 et de l'hydrogène qui sont ensuite séparés. Le CO2 n'entre donc pas dans l'étape de la combustion. L'hydrogène est ensuite utilisé pour approvisionner le système en énergie.

Pour chacune des 3 grandes voies de captage il y a donc, à un moment donné, une séparation gazeuse: N2/CO2 (post-combustion), O2/N2 (oxycombustion) et CO2/H2 (pré-combustion).

Deuxième étape : Le TransportO 2 /N 2 (oxycombustion) et CO 2 /H 2 (pré-combustion). Une fois le CO 2

2 /H 2 (pré-combustion). Deuxième étape : Le Transport Une fois le CO 2 récolté, il

Une fois le CO2 récolté, il est liqué é ou comprimé et ensuite transporté. Il existe deux types de transport : le pipeline ou le bateau. Le pipeline n'est intéressant uniquement si les sites de captage et de stockage sont à faible distance l'un de l'autre.

Troisième étape : Le Stockagede stockage sont à faible distance l'un de l'autre. Actuellement, il existe trois principaux types de

l'un de l'autre. Troisième étape : Le Stockage Actuellement, il existe trois principaux types de structures

Actuellement, il existe trois principaux types de structures géologiques pour stocker le CO2.

- La première correspond aux aquifères salins de grande profondeur, et où l'eau n'est pas utilisée par l'homme.

- Les anciens réservoirs d'hydrocarbures sont également un lieu de stockage du CO2.

- En n, le dernier type de structure correspond aux veines de charbon. Le charbon possède une forte capacité pour stocker le CO2 (deux fois plus importante que pour le méthane).

une forte capacité pour stocker le CO 2 (deux fois plus importante que pour le méthane).

Numéro 8 - Novembre 2011

une forte capacité pour stocker le CO 2 (deux fois plus importante que pour le méthane).

9

Les projets de Captage/Stockage de CO 2 Fig. 7 Carte Européenne des projets (rouge) et

Les projets de Captage/Stockage de CO2

Les projets de Captage/Stockage de CO 2 Fig. 7 Carte Européenne des projets (rouge) et des
Les projets de Captage/Stockage de CO 2 Fig. 7 Carte Européenne des projets (rouge) et des

Fig. 7 Carte Européenne des projets (rouge) et des sites opérationnels (jaune) de captage/stockage de CO2 (d'après le BRGM)

En Europe, quelques sites industriels utilisent déjà la technologie du captage et du stockage du CO2. Ils sont concentrés au niveau de la Ruhr, région la plus industrielle d'Europe (Fig.7).

Depuis le 24 septembre 2005, le GIEC (ou IPCC [anglais]) a émis un rapport sur le captage-stockage du CO2, qui plani e la réduction d'au moins un tiers des

émissions de CO2 en utilisant le géostockage de CO2. Ainsi, les projets européens ont été créés et mis en place, et bien qu'ils soient pour la plupart, non opérationnels, leur

e ectif est cinq fois plus important que le nombre de sites actuels opérationels. Cela prouve donc que les majors et autres entreprises du monde de l'énergie sont confrontés et réagissent face aux problèmes liés à la pollution due aux industries.

Dans le reste du monde, quasiment tous les pays qui sont membres de la convention «Climat» (environ 154) de 1992, développent les sites de captage-stockage de

CO2.

Les pays développant le plus ces projets pilotes sont les Etats-Unis et le Canada (25 sites en 2010), et les pays de l'Asie du Sud-Est et de l'Océanie (entre 15 et 20 sites).

L'Europe reste tout de même loin devant avec plus de 50 projets. Parmi les plus connus, les projets CASTOR (2007), CO2ReMoVe (2010) ou encore le pilote industriel de Lacq (janvier 2010) soutenu par TOTAL.

Il existe quatre projets en France comme par exemple le site d’ArcelorMittal de Florange, en Moselle, qui a été choisi pour accueillir un projet pilote européen de « sidérurgie propre » grâce au captage et stockage du CO2, ou encore le site de Claye-Souilly (Seine-et-Marne), géré par Veolia Propreté. Les deux autres projets seront développés plus en détails par la suite.

projets seront développés plus en détails par la suite. Fig. 8 Projet CASTOR Présentation du Projet

Fig. 8 Projet CASTOR

plus en détails par la suite. Fig. 8 Projet CASTOR Présentation du Projet CASTOR Le projet

Présentation du Projet CASTOR

suite. Fig. 8 Projet CASTOR Présentation du Projet CASTOR Le projet CASTOR (Fig.8) est un partenariat

Le projet CASTOR (Fig.8) est un partenariat entre des industriels et des organismes publics, principalement de recherche. Il consiste à réaliser un captage par solvants de 10% des rejets de CO2 en Europe, soit l'équivalent de 30% des rejets de centrales électriques et industrielles en CO2. Le but de ce projet est également de diminuer les coûts de captage qui demeurent trop importants actuellement, de généraliser une véritable stratégie européenne en ce qui concerne le traitement des émissions de CO2, et surtout, de crédibiliser le captage-stockage de CO2, en ce qui concerne sa sécurité et sa abilité.

le captage-stockage de CO 2 , en ce qui concerne sa sécurité et sa abilité. Numéro

Numéro 8 - Novembre 2011

le captage-stockage de CO 2 , en ce qui concerne sa sécurité et sa abilité. Numéro

10

Il s'agit d'un projet européen lancé sur 4 ans (2004 à 2008) d'un budget de 16 millions d'euro. Il fut lancé lors de l'inauguration d'une centrale thermique au charbon, exploitée par ELSAM au Danemark.

Ce projet regroupe de grands groupes pétroliers comme Gaz de France, Statoil, de l'industrie (de l'électricité et manufacturière) tels que ELSAM, E.ON UK ou encore SIEMENS et en n des organismes de recherche et de développement comme l’Impérial college, l'IFP Energies nouvelles et le BRGM.

Aujourd'hui, CASTOR gure parmi l'un des projets pilotes les plus convaincants, et ayant permis d'approfondir les connaissances dans le domaine du traitement de CO2. Il a démontré qu'il était possible de traiter et capter 90% des émissions d'une centrale électrique, tout en réduisant le coût : en utilisant des solvants mieux adaptés et plus performants, la tonne de CO2 revenait (pendant le captage) à 40€ au lieu de 60€. Ce projet reste donc une réelle référence en captage de

CO2.

Depuis, de nombreux industriels ont adopté cette technologie et développent des sites industriels utilisant le géostockage de CO2, comme par exemple le site de Lacq, lancé par TOTAL.

Présentation du site de Lacq (TOTAL)CO 2 , comme par exemple le site de Lacq, lancé par TOTAL. Lancé en janvier

lancé par TOTAL. Présentation du site de Lacq (TOTAL) Lancé en janvier 2010, ce projet est

Lancé en janvier 2010, ce projet est le premier site industriel regroupant la chaîne entière de captage-stockage de CO2. Son but est de capter le CO2 en sortie d'une chaudière (par oxycombustion) sur une plate-forme industrielle à Lacq. Le transport se fera sur 27 kilomètres jusqu'à Rousse, pour le stocker dans un réservoir à gaz épuisé, à 4 500 mètres de profondeur (Fig.9). Ce projet permettra d'améliorer l'oxycombustion, de maîtriser une chaîne globale de captage-stockage de CO2, de limiter les coûts et d'augmenter les performances énergétiques du captage et en n de pouvoir stocker plus de 120 000 tonnes de CO2, et cela sur une période de deux ans. TOTAL a donc investi plus de 60 millions d'euros a n de démontrer qu'il est possible de gérer la totalité du captage-stockage de CO2 sur un seul et unique site. Cela leur permettrait d'être les pionniers dans la maîtrise d'œuvre sur la gestion des émissions de CO2 par enfouissement géologique, aussi bien sur le plan européen que mondial car il n'existe actuellement qu'un seul site semblable à celui de Lacq dans le monde. C’est le gisement de pétrole partiellement épuisé de Weyburn au Canada, le CO2 est acheminé jusqu’aux Etats-Unis par pipeline.

le CO 2 est acheminé jusqu’aux Etats-Unis par pipeline. Fig. 9 Coupe Schématique de la chaîne

Fig. 9 Coupe Schématique de la chaîne totale de captage-stockage de CO2 à Lacq (d’après Total)

Numéro 8 - Novembre 2011par pipeline. Fig. 9 Coupe Schématique de la chaîne totale de captage-stockage de CO2 à Lacq

Schématique de la chaîne totale de captage-stockage de CO2 à Lacq (d’après Total) Numéro 8 -

11

Conclusion La technique du captage-stockage de CO 2 est aujourd'hui réalisable. Elle permettrait de contribuer

Conclusion

Conclusion La technique du captage-stockage de CO 2 est aujourd'hui réalisable. Elle permettrait de contribuer

La technique du captage-stockage de CO2 est aujourd'hui réalisable. Elle permettrait de contribuer largement à la réduction des émissions des gaz à e et de serre. De plus, la récente prise de conscience quant au réchau ement climatique est à corréler aux données acquises dernièrement qui con rment ce changement. Il faut donc rapidement trouver des technologies qui sont capables de réduire considérablement les émissions de CO2 dans le monde. Le captage-stockage est l'une des plus prometteuses d'entre elles. Toutefois, il y a encore de nombreuses lacunes comme par exemple, les coûts engendrés par le captage du CO2, qui restent beaucoup trop importants. Cependant, de nombreux majors et organismes de recherche investissent et collaborent sur des projets pilotes a n de pallier aux faiblesses actuelles que rencontre le captage-stockage de CO2.

Grâce à ces travaux, les avancées technologiques sont rapides et obtiennent des résultats très concluants. Il est donc envisageable que d'ici quelques dizaines d'années, le monde industriel soit équipé d'une telle technologie. Le captage-stockage du CO2, pourrait ainsi tenir ses promesses, à savoir réduire d'au moins 30% les émissions de gaz à e et de serre d'ici 2050. Il est donc un outil majeur des évolutions environnementales et industrielles, aujourd'hui fortement liées, de notre planète.

environnementales et industrielles, aujourd'hui fortement liées, de notre planète. Numéro 8 - Novembre 2011 1 2

Numéro 8 - Novembre 2011

environnementales et industrielles, aujourd'hui fortement liées, de notre planète. Numéro 8 - Novembre 2011 1 2

12

sources des articles
sources des articles

L’illusion pour l’été !

- Enerzine : « La France libère 3,2 millions de barils de pétrole ! » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.enerzine.com/10/12266+la-france-libere-3-2-millions-de-barils-de-petrole+.html> (consulté le 20 juillet

2011)

Le 9 juillet 2010, le Sud-Soudan se déclarait indépendant, mais aujourd’hui qu’en est-il ?

- Le Monde : « Le Sud-Soudant proclame son indépendance » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/07/09/le-sud-soudan-proclame-son-independance_1546977_3212.html>

(consulté le 15 juillet 2011)

Attaque ciblée ou accident ?

- Le Monde: « Explosion sur un gazoduc dans l'est de la Syrie » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/07/13/explosion-sur-un-gazoduc-dans-l-est-de-la-syrie_1548163_

3218.html> (consulté le 21 juillet 2011)

- Le Jérusalem Post édition française : « Explosion d'un gazoduc en Syrie » [en ligne]. Disponible sur :

<http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1302257380118&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull> (consulté le

21 juillet 2011)

Un ankylosaure découvert dans une mine de sables bitumineux

-Radio-Canada : « Découverte d’une espèce rare de dinosaure dans les sables bitumineux de l’Alberta » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.radio-canada.ca/nouvelles/science/2011/04/05/001-dinosaure-decouverte-alberta.shtml> (consulté le 13 juillet 2011)

Détection des nappes de pétrole dans l’eau.

- Ressources naturelles Canada : « La polarimétrie radar : application aux océans, détection de nappes de pétrole » [en ligne]. Disponible sur :

<http://cct.rncan.gc.ca/resource/tutor/polarim/apps7/02_f.php> (consulté le 15 juillet 2011)

L’or noir, une arme politique.

- Le Monde: « Pétrole : Tripoli cesse toute coopération avec l'Italie » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/07/14/petrole-tripoli-cesse-toute-cooperation-avec-l-italie_1548954_

1496980.html>

- IG: « BP ou le délinquant menteur » et « récidiviste dans la Méditerrannée » [en ligne]. Disponible sur :

<http://infoguerilla.fr/?p=4832> (consulté le 21 juillet 2011)

Une goutte d’or noir chez les riches !

- Le Monde : « La mythique rivière Yellowstone souillée par une marée noire » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/07/04/la-mythique-riviere-yellowstone-souillee-par-une-maree-noire_

1544628_3222.html> (consulté le 10 juillet 2011)

1544628_3222.html> (consulté le 10 juillet 2011) Numéro 8 - Novembre 2011 1 3

Numéro 8 - Novembre 2011

1544628_3222.html> (consulté le 10 juillet 2011) Numéro 8 - Novembre 2011 1 3

13

sources du dossier
sources du dossier

La totalité du dossier est issue d’une consultation des liens suivants :

Articles :

- Geo : « Enterrer le CO2 pour lutter contre le réchau ement climatique » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.geo.fr/environnement/actualite-durable/rechau ement-climatique-captage-et-stockage-du-co2-36090>

- Science.gouv : « Capturer les émissions de CO2 » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.science.gouv.fr/fr/dossiers/bdd/res/2276/capturer-les-emissions-de-co2/>

TOTAL

- Total : « Les enjeux du captage-stackage de CO2 » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.total.com/fr/dossiers/captage-et-stockage-geologique-de-co2/les-enjeux-du-captage-stockage-de-co2-

200824.html>

- Total : « Captage-stockage de CO2: le pilote industriel de Lacq » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.total.com/fr/dossiers/captage-et-stockage-geologique-de-co2/le-pilote-industriel-de-lacq-200816.html>

BRGM

- BRGM : « Stockage géologique du CO2 » [en ligne]. Disponible sur :

<http://formation.brgm.fr/Fichiers/catal_10/stockage_geo_c02.pdf>

- BRGM : « Capture et stockage du dioxyde de carbone / le rapport du GIEC » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.brgm.fr/dcenewsFile?ID=260>

IFP

- IFP : « Captage do CO2 » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/axes-de-recherche/production-eco-responsable/captage-du-co2>

- IFP : « Captage et stockage du CO2 : Le projet européen Castor piloté par l’IFP plébiscité » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/actualites/communiques-de-presse/le-projet-europeen-castor-plebiscite>

- IFP : « Projet européen Castor - CO2 : du captage au stockage » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/content/download/57534/1264848/version/2/

le/DP_CastorSummary_VF.pdf>

-

IFP : « Comment capter le CO2 ? » [en ligne]. Disponible sur :

<http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/content/download/57537/1264866/version/2/

le/DP_ che_comment_capter.pdf>

le/DP_ che_comment_capter.pdf> Numéro 8 - Novembre 2011 1 4

Numéro 8 - Novembre 2011

le/DP_ che_comment_capter.pdf> Numéro 8 - Novembre 2011 1 4

14

sources du dossier
sources du dossier

Sources des gures :

- Figure 1 : « Ozone Hole Watch »

Visible sur <http://ozonewatch.gsfc.nasa.gov/>

- Figure 2 : « Emmision de gaz a e et de serre »

Visible sur <http://www.total.com/MEDIAS/MEDIAS_INFOS/3342/FR/Emission-de-gaz-a-e et-de-serre.jpg>

- Figure 3 : « Le captage et stockage géologique de CO2 »

Visible sur <http://www.total.com/fr/dossiers/captage-et-stockage-geologique-de-co2/les-enjeux-du-captage-stockage-de-

co2/comprendre-captage-stockage-co2-200830.html>

- Figure 4 à 6 : « Comment capter le CO2 ? »

Visible sur <http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/content/download/57537/1264866/version/2/ le/DP_ che_comment_ capter.pdf>

- Figure 7 : « Projets CSC dans le monde »

Visible sur <http://www.brgm.fr/brgm/CO2/poster.htm>

- Figure 8 : « Capturer les emissions de CO2 »

Visible sur <http://www.science.gouv.fr/fr/dossiers/bdd/res/2276/capturer-les-emissions-de-co2/>

- Figure 9 : « Captage stockage de CO2 : la surveillance du site »

Visible sur <http://www.total.com/fr/dossiers/captage-et-stockage-geologique-de-co2/le-pilote-industriel-de-lacq/la-

surveillance-du-site-200865.html>

L’équipe de LaSalle EnergyNews: Pierre BOUXIN, Charlotte DE GROOTE, Maylis DUPOUY, Maximilien GUILLOT, Caroline GUION, Elodie HECKENMEYER, Jeanne HUYGHUES-DESPOINTES, Yannick MOURLOT, Victorien PAUMARD, Marie SANIEZ

Comité de lecture: Hervé LEYRIT

Yannick MOURLOT, Victorien PAUMARD, Marie SANIEZ Comité de lecture: Hervé LEYRIT Numéro 8 - Novembre 2011

Numéro 8 - Novembre 2011

Yannick MOURLOT, Victorien PAUMARD, Marie SANIEZ Comité de lecture: Hervé LEYRIT Numéro 8 - Novembre 2011

15