Sie sind auf Seite 1von 1

Dans le cadre du processus de Barcelone, Rabat avait déjà conclu, en 2000, un accord d'association avec

l'UE qui permettra, à terme, la mise en place d'une zone de libre échange en 2010.

Mais le Maroc voulait plus qu'un accord d'association. N'ayant pas la possibilité d'adhérer au bloc
européen, il souhaitait bénéficier d'un statut avancé. Pour appuyer sa demande, Rabat avait mis en avant
sa proximité géographique avec le continent européen, son histoire, l'intensité des flux commerciaux et
humains, ainsi que sa participation à la politique européenne de sécurité et de défense.

Selon le projet de texte qui a été adopté par les ministres européens des Affaires étrangères, le statut
avancé se traduira par un raffermissement de la coopération politique entre le Maroc et l'UE. Trois autres
pays sont sur les rangs pour obtenir ce statut : l'Ukraine, Israël et la Moldavie.

Les relations entre Bruxelles et Rabat étaient jusqu’à présent régies par un accord d'association, en vigueur
depuis 2000. Accord qui s'inscrit dans le cadre de la politique dite « de voisinage » destinée aux pays
proches n'ayant pas été choisis pour adhérer au bloc européen.

Depuis 2004, le Maroc - déjà premier Etat bénéficiaire des fonds européens destinés à ces pays- souhaitait
bénéficier de ce statut avancé. L'accord conclu ce lundi au Luxemburg va donc permettre la mise en place
d'un espace commun inspiré des règles régissant l'Espace économique européen élargi.

Aujourd'hui, plus de la moitié des relations commerciales du Maroc se font avec l'Europe. Le royaume
chérifien importe surtout des produits manufacturés européens. Ses exportations concernent
principalement les produits alimentaires, mais aussi des produits finis du secteur textile. Et certains de ces
produits sont déjà admis en franchise sur le marché de l'Union.

Pour pouvoir intégrer progressivement le marché intérieur européen, le Maroc devra cependant reprendre à
son compte bon nombre de normes et de standards européens.

Selon certains experts, l'arrimage à l'Europe via cette zone de libre échange devrait se traduire par une
augmentation du produit intérieur brut de l'ordre de 1,5%. Une augmentation qui pourrait atteindre 2,5%
dans le cadre d'une ouverture plus large à l'ensemble des pays de l'Union.

Ce surplus de revenu viendrait essentiellement des exportations de produits que le Maroc écoule sur le
marché européen. Mais, préviennent les experts, la baisse des tarifs douaniers pourrait entraîner une
augmentation rapide des produits d'importation européens, au détriment de la production locale.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, a salué le statut avancé accordé par l’UE à
son pays. Il a souligné que Rabat bénéficierait désormais de « tous » les avantages de l’Union « sauf les
institutions ».

Le chef de la diplomatie marocaine, qui s’était déplacé à Luxembourg, a également affirmé: « cet
engagement européen sur le statut avancé est d’abord le témoignage d’une confiance » dans « l’effort du
Maroc en terme de réformes politiques, de consolidation de l’Etat de droit, d’une meilleure justice, de
réformes économiques, de cohésion sociale et de lutte contre la pauvreté ».