Sie sind auf Seite 1von 15

Les genres

théâtraux.
• Le genre théâtral désigne à la fois un type de
littérature et permet de classer les spectacles
en fonction de leur style ou de leur
apparence à un mouvement artistique.
I) La Tragédie.
• La Tragédie apparaît à Athènes, au sixième
siècle avant Jésus-Christ, alors qu’on invente le
théâtre. Elle décrit une crise grave où les
personnages, en proie à de fortes passions,
s’affrontent sans pouvoir éviter un
dénouement malheureux et finit toujours sur
la mort du protagoniste toujours manipulé par
des forces qui le/la dépassent (le temps,
l'espace, les dieux, la raison).
Le tragique naît toujours d'un conflit (liberté- fatalité).
La Tragédie est souvent la référence de l’expression de
classe aristocratique au XVIIe siècle. Sa composition est
faite en cinq actes versifiés et séparés par des entractes.
La tragédie classique avait ses règles, dont la
fameuse règle des trois unités : unité d’action, unité de
temps, unité de lieu. Les règles de la bienséance
devaient être aussi respectées afin de ne pas choquer le
public. La vraisemblance était également de rigueur. Les
thèmes tragiques sont souvent l’héroïsme, l’honneur et
la vengeance, l’amour, la fatalité, l’homme face à son
destin, etc. L'effet de la tragédie doit inspirer la terreur,
la pitié et crée chez le spectateur une catharis, sorte de
purification des passions humaines.
• Même si aujourd’hui on n’écrit pratiquement plus de tragédies,
l’idée de tragique, ce sentiment funeste de fatalité devant une
situation qui expose le côté inéluctable de la condition
humaine, sert toujours de moteur à de nombreux auteurs et
metteurs en scène.

Auteurs tragiques :

Jean Racine (1639-1699) Pierre Corneille (1606-1684)


II) Le Drame.
• Le Drame est un concept développé par Victor
Hugo en 1827 dans la préface de sa
pièce, Cromwell. Le drame romantique est
théorique et vise à atteindre plus de vérité par le
mélange des genres (tragique et comique) et par
le mélange des tons (sublime et grotesque). Il
diffère de la tragédie par plusieurs éléments ; ses
personnages ne sont pas de rang élevé, leur
situation n’est pas inéluctable, les conséquences
de l’action ne mettent pas en jeu le destin d’un
état ou d’un peuple et la mort n’en est pas
nécessairement l’issue.
Le héros du drame romantique est passionné, on
y voit des personnages dont les désirs
s’opposent à des forces puissantes, comme le
passé et les conventions sociales, la psyché ou
l’organisation sociale économique et politique
d’une société et le dénouement de la pièce est
malheureux, comme dans la tragédie. L'effet
dramatique, ou le moment dramatique, vise à
émouvoir, et à toucher le spectateur en faisant
appel à sa sensibilité. L'expression est souvent
de perspective bourgeoise. Refusant les trois
règles du théâtre classique, il peut mêler
plusieurs intrigues, et les époques et les lieux
peuvent être multipliés.
• Aujourd’hui, le drame désigne une pièce sérieuse mais non
tragique.

Auteurs dramatiques :

Victor Hugo (1802-1885) Alfred de Musset (1810-1857) Alfred de Vigny (1797-1863)


III) La Comédie.
• La comédie est aussi née à Athènes, peu après
la tragédie. Elle est associée aux XVIIe et XVIIIe
siècles. Les personnages sont de condition
sociale plus modestes que dans la tragédie,
souvent des bourgeois qui ont un métier et le
dénouement est heureux. L'intrigue soulève
des problèmes sociaux (conflits entre les
parents et les enfants, entre les esclaves et les
maîtres) ou culturels et le dénouement est
satirique.
Le rire propre au genre comique est produit par le comique
de mots (paroles d’un personnage, choix des mots, niveau
de langue, répétitions), le comique de gestes (gestes d’un
personnage), le comique de situation (situation d’un
personnage), le comique de mœurs (les habitudes propres à
une classe d’hommes) ou le comique de caractère (traits
moraux d’un personnage ou d’une classe d’hommes). Elle
bénéficie rapidement de deux influences majeures ; d’abord,
la commedia dell’arte développe les intrigues et définit des
personnages typés. Puis, Molière la structure autour d’une
intrigue stricte, met le rire en avant (et non seulement ce qui
est plaisant) et, surtout, utilise comme principal élément
comique les travers psychologiques des personnages.

- A savoir : Le terme « comédie » a d’abord désigné le


théâtre en général.
Au Moyen Âge, apparaissent les farces : courtes comédies fondées
sur les jeux de scène. Le niveau de langue est familier. L’intrigue est
une intrigue amoureuse. L’unité de lieu est respectée. Tout comme,
bien plus tard, dans le Vaudeville (ou « théâtre de Boulevard *»),
forme de comédie du XIXe, bâtie sur une intrigue amoureuse
établie sur des quiproquos, des hasards extraordinaires et des
rebondissements inattendus. Les personnages sont stéréotypés: le
cocu, le mari stupide, le bel homme, la femme légère, l'ingénue
etc...Cette forme de comédie révèle la bourgeoisie triomphante et
prospère de la fin de siècle. Ces pièces sont très populaires dans
les théâtres parisiens aujourd'hui et font souvent les programmes
de télévision en France aujourd'hui.

*C'est un genre qui joue sur une intrigue construite autour du triangle femme,
mari et amant dans un milieu bourgeois avec des circonstances
conventionnelles.
Les auteurs comiques de l’époque classique :

Jean Baptiste Poquelin,


autrement dit Molière,
né le 15 Janvier 1622
et mort le 17 février
1673.
IV) Le théâtre de l’Absurde et celui de
la Responsabilité.
• Le Théâtre de l'Absurde : Il met en évidence la
désintégration de l'intrigue et du discours et
souligne l'existence ou la présence des
personnages.

• Le Théâtre de la Responsabilité (ou le théâtre


engagé) : Il reprend les thèmes tragiques pour
souligner les problèmes de la liberté des êtres
humains.
V) L’Opéra, le théâtre musical et la
Comédie musicale.
• L’opéra, le théâtre musical et la comédie musicale misent avant tout
sur la musique et le chant :

- L’opéra, un art classique né au début du seizième siècle en Italie, met


en musique de grandes histoires, souvent issues de la dramaturgie
mondiale.

- C’est de la partition musicale que naissent le jeu des acteurs et des


musiciens, les situations et les images dans le théâtre musical.

- La comédie musicale, popularisée par le cinéma américain des années


trente, construit une intrigue par l’intermédiaire du chant et de la
danse.
FIN.
Lola Wolff, Léa Boutet.