Sie sind auf Seite 1von 29

La république algérienne démocratique et populaire

département de biologie
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de
la Recherche Scientifique
Université Ammar Thelidji – Laghouat

Module : vecteur et cycle évolutif de parasite

Réalisé par:
Dirigé par: M .Saaidi
Chikhaoui hadjer

Année universitaire :2015/2016


Plan de travail
1. Introduction
2. Définition
3. L’agent causal
4. Classification de parasite
5. Épidémiologie de parasite
6. Morphologie de parasite
7. Mode de contamination de parasite
8. Cycle évolutif de parasite
9. Références bibliographiques
Introduction

L’anguillulose est une parasitose digestive


qui est localisé essentiellement au niveau
du duodénum.
Définition

L’anguillulose ou strongyloïdose est une parasitose


intestinale due à un nématode Strongyloides stercoralis de
la famille des Stongyloïdidae, dont seules les femelles
adultes sont parasites dans la muqueuse de l’intestin grêle
de l’homme.
Agent causal
Strongyloides stercoralis est un nématode qui parasite
principalement l’homme .
Est un vers ronds non hématophage.
Classification

Embranchement :des Helminthes


Sous embranchement :des Némathelminthes
Classe: des Nématodes
Famille: des Strongyloididae
Genre :Strongyloides
Espèce: stercoralis (Stiles et Hassall,1902 )
Épidémiologie

 Strongyloides stercoralis infeste l’homme, les primates


et les carnivores domestiques, surtout le chien.
 Strongyloides stercoralis a besoin d’humidité (> 60 %)
et de chaleur (> 16 à 20 °C). L’anguillulose s’observe
dans tous les pays tropicaux et subtropicaux.
morphologie de parasite

 Forme libre: (adulte stercoraux)


 Mesure environ 1 mm
 Existe dans milieu extérieur.
 La forme parasite
 La forme adulte parasite est uniquement représentée par la
femelle parthénogénétique.

 Elle est transparentes. Elles mesurent 2-3 mm de long


avec un diamètre de 50 μm; elles vivent dans la muqueuse
intestinale au niveau du duodénum.
femelle parthénogénétique
 Les œufs :

Forme ovoïde et mesurent 40 à 70 micromètres de diamètre.


 Les Stades larvaires

a) Les larves rhabditoïdes de premier stade ou L1:

 On retrouve ces larves vivantes dans les


fèces et le contenu intestinal.
 Elles mesurent 250 à 300 μm de long sur
15 μm de large.
b) Les larves rhabditoïdes (strongyloïdes) de
deuxième stade ou L2:
 Ce stade larvaire augmente de taille par rapport à L1.

 Le développement de cette larve: elle peut soit se transformer en


adulte mâle ou femelle libre après 3 mues, soit donner après une
seule mue une larve strongyloïde infestante.
c) Larves strongyloïdes infestantes ou L3

 C’est la forme infestant, capable de


pénétration percutanée.
 Cette larve est longue et fine.
La contamination

La contamination de l’homme et des animaux se fait


par le sol pollué par les matières fécales ; elle est
transcutanée.
 La contamination par voie oral est possible mais rare.
Cycle évolutif

Il présente 2 modes de multiplication :


 Sur le sol, une multiplication sexuée
 Chez l’homme, une reproduction
parthénogénétique
1) La femelle parthénogénétique dans le duodénum,
pond des œuf un mois après l’infestation.

2) Les larves éclosent dans l’intestin des larves


rhabditoïdes.
3 possibilités:
 Autoinfestation.
 Cycle court asexué : lorsque la température est inférieure à
20°C avec une humidité insuffisant, inférieure à 60 %.
 Cycle long sexué : lorsque la température est supérieure à
20°C.
 Autoinfestation :
 Les larves rhabditoïdes se transforment en larves
strongyloïdes
 traversent la paroi du colon pour rejoindre le poumon
via la circulation sanguine ou lymphatique, puis
finissent par revenir dans l’intestin pour donner de
nouvelles femelles parthénogénétiques.
 Cycle court asexué

• Les larves rhabditoïdes sont éliminées dans les selles.

• Les larves rhabditoïdes se transforment en larves


strongyloïdes infestent chez l’homme.

• Et pénètre l’homme Par voie transcutanée.


 Cycle long sexué

• Les larves rhabditoïdes dans les conditions climatiques


favorables, subissent leurs mues.

• Elles se transforment en larves strongyloïdes puis en adulte


mâles et femelles qui s’accouplent.

• Et vont donner des œufs.


• Une larve strongyloïde infestante résulte de la métamorphose de cette
larve.

• Elle pénètre par voie transcutané chez son hôte.

• Les larves strongyloïdes suit la voie lymphatique.

• Pénètre par voie circulatoire dans le poumon.

• Les larves strongyloïdes remontre la trachée, passe dans œsophage.

• Parvient au duodénum ou elle deviendra une femelle adulte


parthénogénétique .
Référence bibliographie
1. AFEPM :Association Francaise des Enseignants de Parasitologie et Mycologie(2014) (ANOFEL),. Anguillulose
2. AUBRY P., TOUZE J.E. Anguillulose. Cas cliniques en Médecine Tropicale. La Duraulié edit., mars 1990,pp. 76-79.
3. BOWMAN DD (2001). Canine Strongyloidiasis. In : Companion and Exotic Animal Parasitology.[en-ligne] Bowman DD
Éd. Publisher : International Veterinary information Service.
4. BUSSIÉRAS J, CHERMETTES R (1991). Abrégé de parasitologie vétérinaire. Fasciule 1 ;
Parasitologie générale. Service de Parasitologie, ENVA, 75p.
[http://www.ivis.org/advances/parasit_bowman/pinckney_filaroides/ivis.pdf] (consulté le25 juillet 2011).
5. EUZEBY J, BOURDOISEAU G, CHAUVE CM (2005). Dictionnaire de parasitologie médicale et vétérinaire. Paris, Éd
Tec & Doc, vol 1, 492 p.
6. GAILLARD H (1951). Recherches sur l’infestation expérimentale à Strongyloides stercoralis au Tonkin (1ère note). Ann.
Parasitol. Hum. Comp., 26 (3), 201-227.
7. GENTILLINI M. (1993). Anguillulose. In Médecine Tropicale. Eds Flammarion–Sciences, Paris, 188-91.
8. GOLVAN YJ.,(1983). Eléments de parasitologie médicale.Edition . 107Vol 1-571
9. JACQUEMIN JL, LE FLOHIC AM (1975). Rôle des piscines publiques dans la transmission de
l'anguillulose intestinale. Nouv. Presse Méd., 4 (31), 2271.
10. LITTLE MD (1962). Experimental studies on the life cycle of Strongyloides stercoralis. J.Parasitol., 48, 41.
11. NEVEU-LEMAIRE M (1936). Traité d’helminthologie médical et vétérinaire. Paris, VIGOT frères,1514 p.
12. NICOLAS X, CHEVALIER B, KLOTZ F. (2004) Anguillule et anguillulose. EMC – Maladies Infectieuses; 8-514-A-60,
11 p.