Sie sind auf Seite 1von 32

Présenté par:

-chibi mohamed saddek


- Mahmoudi iheb
- Dorbani housem eddine
Sommaires :
-Introduction
- Définition
- Principe de mouvement d’un pond roulant
-Classifications des pond roulant
Classement ressortant des recommandations du CTICM
Classement ressortant des règles de la FEM de 1970 :
-Diffèrent types des ponds roulant
Ponts roulants posés
Ponts roulants suspendus
Portiques
Semi-portiques
-La méthode de calcule du chemin de roulement
-Les réactions :
*réaction vertical
*réaction horizontal:
-reaction horizontal transversal
-réaction horizontal longitudinal
- Dimensionnement pratique des poutres de roulement
Vérification des chemins de roulements :
Vérification de la charpente:
Résistance des âmes au voilement par cisaillement
Résistance des âmes aux charges transversales
Resistance du semelle au diversement
- Conclusion général
Introduction

En raisons des progrès des dernières décennies les ingénieurs en génie civil se sont
confrontes a un problème majeur en raison de la grande quantité de poids a transportes
dans une surface, il était donc prévu d’inventer une machine capable de transporter ou
transférer ces poids facilement , ce qui a conduit a la naissance de chemin de roulement
L’ides c’était d’utiliser la propriété magnifique de l’acier a la traction pour que le chariot
pouvoir atteindre l’endroit le plus éloigne de la structure facilement
Définition
Les ponts roulants des machines permettent au moyen des mouvements élémentaires de
déplacer ou de transborder une charge en tout point d'un volume parallélépipédique. Ils
sont conçus pour répondre aux besoins de levage industriel de type moyen et lourd.

Il se compose généralement d'une poutre simple ou composée appelée portée ; de deux


sommiers sur lesquels se trouvent fixées les extrémités de la poutre (ces sommiers portent
également les roues ou galets qui permettent au pont de se mouvoir longitudinalement)
d'un chariot mobile le long de la portée qui porte l'engin de levage (treuil) l'ensemble
chariot-engin étant dénommé " équipage mobile de levage ".
Quelque photo des ponts roulants
Cette photo montre un pond roulant a l'intérieur d'un hall métallique
(semi-portique ) fixe au charpente du halle
La même photo mais d’une autre cote pour voir les supports des poutre de
roulement
La photo ci contre montre un pont mais cette fois a l’extérieur du
halle métallique

Si les ponts sont installé a l’ extérieur, le vent devient un


facteur intéressent dans les calcul
Principaux mouvements:
Voici les différents mouvements d’un pont roulant
( levage, direction, translation, orientation )
*Levage : Le mécanisme de levage assure la montée et la descente de la charge ; il est essentiellement constitué d’un moteur,
d’un frein, éventuellement d’un frein de sécurité, d’un réducteur, d’un tambour pour l’enroulement du câble de levage ou,
lorsqu’il s’agit d’un palan à chaîne, d’une noix ou pignon à chaîne pour l’entraînement de celle-ci
*Direction : Le mécanisme de direction assure le déplacement du/des chariots porte palan, ou du/des chariots porte-treuil
perpendiculairement au sens de déplacement du pont.
*Translation : Le mécanisme de translation assure le mouvement du pont roulant sur les chemins de roulement. Ce
mouvement est assuré :
-soit par un moteur commandant un arbre de transmission relié aux galets de roulement.
-soit par deux ou quatre moteurs synchronisés entraînant chacun un galet de roulement.
Ces trois mouvements selon trois axes orthogonaux permettent au crochet ou à l’organe de préhension de desservir
n’importe quel point du volume défini par le débattement maximal des différents mouvements. Pour obtenir certaines
trajectoires de la charge, on est parfois conduit à ajouter un degré de liberté supplémentaire : l’orientation.
*Orientation : Le mécanisme d’orientation ou de giration assure la rotation de la charge autour d’un axe vertical ; il peut être
intégré au chariot porte-treuil, à l’organe de préhension (crochet à rotation motorisée) ou à un accessoire de levage
Classification des ponts roulants
Les ponts roulants sont classes selon deux critères :
*L'intensité de l'usage du pont ;
*La variation des charges soulevées.

il existe à ce sujet deux modes de classement :


1-classement ressortant des recommandations du CTICM :
(Centre technique industriel de la cm)
2- classement ressortant des règles de la FEM de 1970 :
Les ponts roulants sont répartis en huit groupes d’engins (A1 à A8) en fonction de leurs classes d’utilisation U0 à U9 (de la moins
utilisée à la plus utilisée) et de leurs classes de spectre de charge Q1 à Q4 (de la moins chargée à la plus chargée)
le tableau suivantes donne quelques exemples de classification de ponts roulants les plus couramment utilisés par combinaison de l’état
de charge et de la fréquence d’utilisation selon (fem)
Types des ponts roulants
On distingue 4 familles principales d’appareils dont la construction peut être des deux type suivants :
le pont (ou le portique) est dit mono poutre, lorsque sa charpente est réalisée avec une seule poutre (le chariot de levage est alors
monorail),
le pont est dit bipoutre lorsque sa charpente est constituée de deux poutres, le chariot de levage est alors du type bi rail [2] :
1. Ponts roulants posés :
L’appareil roule sur deux voies de roulement constituées par un rail qui repose sur une poutre de roulement
reprise sur les poteaux du bâtiment ou de l’aire de travail ou de stockage par l’intermédiaire de corbeaux
(pièce en forme de trapèze rectangle métallique ou en béton qui assure la liaison entre le chemin de
roulement et le poteau). Pour une portée donnée (inférieure à 30 m) et une hauteur sous ferme donnée,
c’est le type de pont qui permet d’obtenir la meilleure hauteur de levage.
2. Ponts roulants suspendus :
L’appareil roule sur l’aile inférieure d’un profilé repris directement sur les fermes du bâtiment. Ces chemins de roulement
peuvent comporter plus de deux voies de roulement. Ils peuvent en outre être équipés de plusieurs moyens de levage
pour desservir toute la surface du bâtiment. Dans le cas de portée très importante on installera donc plutôt ce type de
matériel.
3.Portiques :
L’appareil roule sur deux voies de roulement constituées par un rail fixé directement au sol. Ils sont reliés
par deux jambes ou palées. Ces portiques sont installés dans le cas où le bâtiment ne pourrait supporter
les réactions qu’entraînerait l’installation d’un pont roulant ou si les transformations nécessaires
s’avéraient très onéreuses, il en serait de même s’il n’y avait pas de bâtiment du tout (parc extérieur). Un
déport des poutres de roulement permettant d’aller chercher des charges à l’extérieur des rails de
roulement est possible, il se nomme, dans ce cas, portique à avant-bec.
4.Semi-portiques :
L’appareil roule sur deux voies de roulement. L’une est constituée par un rail au sol, alors que l’autre s’appuie sur la
charpente du bâtiment et roule sur un chemin de roulement aérien. Cette formule est utilisée le plus souvent en
complément d’un pont roulant important qui assure la liaison entre les postes équipés chacun d’un semi-portique.
Potences:
1 Chariot : est une Partie d'un pont roulant qui comprend un treuil de levage et qui peut se déplacer sur des rails à
la partie supérieure du pont roulant
2 Poutre de pont : Partie d'un pont roulant disposée entre les poutres de roulement et qui supporte le chariot ou
le treuil de levage.
3 Poutre de roulement Poutre le long de laquelle un pont roulant peut se déplacer.
4 Dispositif de guidage Système utilisé pour conserver l'alignement d'un pont roulant sur un chemin de
roulement, grâce à des réactions horizontales entre le pont roulant et les poutres de roulement. Le dispositif
de guidage peut être constitué par les galets à boudins du pont roulant ou par un système distinct des galets
de guidage disposé sur le côté des rails ou sur le côté des poutres de roulement.
Calculs des poutres de roulement
1-Les réactions :
A-Réactions verticales : elles sont généralement données par les constructeur du pont ; elles sont
affectées d’un coefficient de majoration dynamique.
-le poids des poutres de roulement ;
-le poids du pont, du chariot et de la charge soulevée ;
-les surcharges sur passerelles si elles existent..

B-Réactions horizontales transversales : elles résultent des effets de freinage du chariot et de roulement.
On les estime à 1/10° des charges verticales sans majoration dynamique
- réaction transversale provoquée par le roulement ;
- freinage de direction
-vent sur la poutre dans le cas des poutres de roulement à l'extérieur du hangar.
C-Réactions horizontales longitudinales : elles sont dues aux effets de freinage du pont; on les estime à
1/7° de la réaction verticale des seuls galets moteurs
- freinage longitudinale (de translation) ;
- effet de tamponnement
- vent sur pont s'il est à l'extérieur du hangar.
Quelque valeurs des réactions
vertical du galets
2-Dimensionnement pratique des poutres de roulement
2-2-Vérification de la charpente: on doit tenir compte des réactions pondérées apportées par le pont roulant, en
considérant qu’il s’agit de charges d’exploitation. Les charpentes doivent être conçues pour amener les efforts
à la palée de stabilité. Dans le cas de plusieurs ponts et compte tenu des compatibilités des ponts entre eux,
on considère les charges verticales des deux ponts avec charges maximales, et les effets dus au freinage du
chariot d’un seul pont (à moins que les deux ponts ne soient jumelés) ; les autres ponts éventuels sont
considérés à vide
2-3-Flèches horizontales pour la charpente :
- Avec vent : H/200
- Sans vent : H/360, avec un maximum de 5cm pour les groupes 5 et 6
Exemple de dimensionnement
2-4Résistance des âmes au voilement par cisaillement
2-5Résistance des âmes aux charges transversales
La résistance d’une âme non raidie aux charges transversales transmises à travers une semelle est gouvernée par l’un des modes de
ruine suivants:
• écrasement de l’âme, à proximité immédiate de la semelle, accompagné d’une déformation plastique de la semelle,
• enfoncement local de l’âme sous forme de voilement localisé et écrasement de l’âme à proximité immédiate de la semelle
accompagné d’une déformation plastique de celle-ci,
• voilement de l’âme sur la plus grande partie de sa hauteur.
1-Résistance à l’écrasement : La résistance de calcul à l’écrasement Ry.Rd de l’âme d’une section en I, H ou U

Avec : Ry,rd : L'effort résistant a l'écrasement

Avec :
Sy : Longueur d'appuis rigide
tf : largeur de l'ame
hR: la hauteur de rail
sigf:Ed : la contrainte longitudinale dans la semelle.

2-Résistance à l l’enfoncement local :


La résistance de calcul Ra. Rd à l’enfoncement local d’une âme de section en I, H ou U est déterminée par la formule

où ss est la longueur de l’appui rigide déterminée en


5.7.2(3), mais ss / d ne doit pas être pris supérieur à 0,2.
2-6 Resistance du semelle au diversement

-M :moment de flexion
-χLT : coefficient de réduction spécifique déversement en fonction de la courbe de flambement et de l’ élancement réduit ʎlt
- βw : coefficient dépendant de la classe de la section : (βw=1 section transversale de classe 1 ou 2 ; βw=wely/wply pour les section de
classe 3 ; βw=weff y/wply pour la classe 4)
-(wply-wely-weffy) :module de flexion plastique ,élastique ,efficace
-fy :limite élastique
-ϒm1 :facteur partiel de sécurité en instabilité élastique =1.1
Conclusion général :

Le travail mène tout au long de cette expose, nous a renseigne sur l’utilité des ponts
roulent leur mode de travail, leur diffèrent types, en plus (du cote de calcul) nous
avons été en mesure d’applique ce que nous appris au cours des dernières années en
construction métalliques(Les différents vérifications à faire) sur un travail real et
d’accroitre nos connaissances sur ce type des ouvrages spéciaux ,En fin nous avons
essai a partie de se travail de donne la méthodologie de calcul des chemins de
roulements,
En attendant votre avis sur ce travail ,on souhaite que vous acceptez notre respect
et appréciation