Sie sind auf Seite 1von 65

DIMENSIONNEMENT

DES CHAUSSÉES RIGIDES


MGC 840
Méthode AASHTO
Méthode de la PCA pour le calcul des chaussées rigides
Introduction
 Domaine d ’application
 Principes de design
Facteurs de design
Procédure de design
 Analyse à la fatigue
 Analyse à l ’érosion
Qu’est ce qu’une chaussée rigide
Avantages et inconvénients d’une chaussée rigide
Pour Contre

Soutenir des charges plus élevées Coût initial plus élevé


Durée de vie plus élevée Temps de prise plus élevé (12h)
Moins d’entretien Sensible au gel/degel - fissures
Peu sensible au climat
Portland Cement Concrete Surface Slab
Prime Coat

Stabilized Base
Prime Coat

Granular Subbase

Natural Subgrade
Types de dalles

 dalles non goujonnées en béton non-armé


 sans acier d ’armature
 sans goujons aux joints (espacement max 4,6 m)
 dalles goujonnées en béton non-armé
 goujons aux joints (espacement max 6,6 m)
 dalles goujonnées en béton armé
 armatures interrompues au niveau des joints
 goujons aux joints (espacement max 13,0 m)
 dalles continues
 pas de joints de retrait transversaux
Jointed Plain Concrete Pavement (JPCP)
Jointed Reinforced Concrete Pavement (JRCP)
Continuously Reinforced Concrete Pavement (CRCP)
Pre-stressed Concrete Pavements (PCP)
Méthode de conception Empirique (AASHO).
Plusieurs versions : 1961 (Interim Guide), 1972.
1986: Caractérisation poussée des matériaux.
1993: Accent sur la réhabilitation
Cohérence flexible vs rigide

2002: Approche Mécaniste-empirique


Inputs

Pavement performance
Traffic
Roadbed soil
Slab characteristics
Environment
Reliability
Shoulder design
AASHTO Design:

JPCP, JRCP et CRCP


Identique aux chaussées flexibles
Portance mesurée par l’épaisseur de la Dalle D au lieu du
SN
Dalles moins épaisses que les structures flexibles
équivalentes.
Abaque AASHTO chaussées rigides

Equation:

log PSI / 4.5  1.5


log W '
 Z R S o  7.35 log D  1  0.06  
1  1.624  10 / D  1
t18 7 8.46


4.22  0.32 pt  log 

S c C d D 0.75  1.132  

 215.63J D 0.75  18.42 / E c / k 0.25 


NOMOGRAPHE
MÉTHODE DE LA PCA

 OBJECTIF:
 Méthode de la Portland Cement Association (PCA)
 même objectif que tous les travaux de structure
 trouver l'épaisseur minimum de la dalle de béton
 coût annuel le plus faible possible
 coût de construction
 coût d ’entretien
 déterminer l ’épaisseur optimale
Objectifs

 Déterminer l ’épaisseur optimale

 Assurer un bon rendement

 Préparation d ’une assise uniforme et mince couche de


fondation traitée ou non pour contrer le phénomène de
pompage

 Utilisation de joints pour assurer un bon transfert de


charge et sceller la surface
Procédure de design tient compte de:

 degré de transfert de charges aux joints


 incidence d ’un accotement en béton
 deux critères de design
 critère de fatigue
 critère basé sur l ’érosion
Méthode de calcul basée sur:
 Études théoriques de Westergaard, Pickett, Roy, …

 Résultats d'essais routiers sur des chaussées


expérimentales soumis aux charges de trafic contrôlés

 Dalles expérimentales soumises à des essais routiers

 Rendement des dalles construites normalement et


sujettes à un trafic routier normal (+ importante)

 Westergaard fut un des premiers à reconnaître que les


résultats théoriques doivent être vérifiés par le
comportement des chaussées en service.
Pour déterminer l’épaisseur de la dalle

 4 facteurs:
 Résistance en flexion du béton MR

 Module de réaction de l ’infrastructure


ou de la combinaison fondation-infrastructure k

 Charges, fréquence et types de camions

 Année de conception
RÉSISTANCE EN FLEXION
DU BÉTON

 Principalement pour le critère de fatigue


 contrôle la fissuration

 Charges de la circulation dans la dalle de béton:


 Efforts de compression et de flexion
 Rapport entre contraintes de compression et résistance
en compression trop faibles
 pas d ’influence sur l'épaisseur de la dalle.
 Rapport entre contraintes de tension et résistance en
tension fréquemment supérieur à 0,5
 grande influence si la résistance à la flexion de la dalle n'est pas
suffisante
RÉSISTANCE EN FLEXION
DU BÉTON

 Essai en flexion:
 Module de rupture du béton
 Sur des poutres de 150 x 150 x 760 mm

 Mesure du module de rupture selon l'une des 3 méthodes de


chargements suivantes :
 chargement en porte-à-faux
 chargement au point central de la poutre
 chargement à deux points au tiers de la poutre - Choix de cette
dernière plus conservatrice
RÉSISTANCE EN FLEXION
DU BÉTON

 Essai du module de rupture:


 Habituellement effectués à 7, 14, 28 et 90 jours
 Résultats d'essais à 7 et 14 jours
 pour vérifier si la résistance du béton est conforme aux exigences
des devis
 pour déterminer le moment propice pour ouvrir la chaussée à la
circulation
 Résultats d'essais à 28 et 90 jours
 utilisés dans le calcul de l'épaisseur des chaussées pour routes,
rues et aéroports
 durant les premiers mois, la chaussée ne doit supporter qu'un
nombre limité de répétitions de charges
 la résistance du béton continue à augmenter après 90 jours
RÉSISTANCE EN FLEXION
DU BÉTON

 Relation entre la résistance en flexion, l’âge et les


conditions de design
PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE

 Portance de l ’infrastructure et de la fondation:


 définie par le module de réaction
 déterminée par des essais de chargement sur plaque
 s ’exprime en MPa/m
 calculée à l'aide de l'une des 2 équations suivantes:

Pression unitaire sur une plaque de 760 mm (30" ) 


k= 
 Déflexion mesurée sous la charge 
ou
 Charge totale 
k= 
 Volume total du sol déplacé 
PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE

 Module de réaction k
 essai long et onéreux
 corrélation avec le CBR
 résultats d'essai sur plaque ajustés pour tenir compte des
facteurs qui pourraient modifier significativement la
capacité portante du sol
 la teneur en eau du sol durant la période de dégel
PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE
PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE
PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE

 Couche de matériaux sous la dalle :


 Augmente la capacité portante de la dalle
 Plus économique d'augmenter l'épaisseur de la dalle que
de placer une couche de fondation
 Nécessaire de placer une couche de matériau granulaire
sous la dalle pour d'autres raisons :
 Assurer un support uniforme de la dalle

 Remplacer les sols instables, gonflants ou gélifs

 Assurer un soulèvement ou affaissement uniforme

 Empêcher les matériaux fins de remonter

 Permettre la circulation pendant de la construction


PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE

Effet d ’une fondation non traitée sur les valeurs du


module de réaction k (en MPa/m et en pci)
PORTANCE DE LA FONDATION
ET DE L ’INFRASTRUCTURE

Valeur de k pour une fondation traitée au ciment


EXEMPLES

 Exemple 1 :
Si l'on intercale 150 mm de matériau granulaire entre un
sol de portance k = 40 MPa/m et la dalle, la portance du
sous-sol, mesurée à la surface du matériau granulaire,
sera de 49 MPa/m

 Exemple 2 :
Si l'on intercale 150 mm de matériau stabilisé au ciment
entre le sol de portance k = 40 MPa/m et la dalle de béton,
la portance du sous-sol mesurée à la surface de la
fondation stabilisée sera de 130 MPa/m
ANNÉE DE DESIGN

 Durée de vie d'une chaussée:


 expression ambiguë
 représente l'âge après lequel la chaussée aura besoin
d'un renforcement

 Année de design:
 période d ’analyse du débit routier
 varie généralement entre 20 et 50 ans
 horizon de plus de 20 ans difficile à prévoir
CIRCULATION

 Intensité et charge de circulation:


 facteurs déterminants dans le calcul de l'épaisseur
 nombre et poids des véhicules
 DJMA
 DJMA-C
 Charges axiales des camions
FACTEURS DE SÉCURITÉ
SUR LES CHARGES

 Coefficients de majoration recommandés par la PCA


pour tenir compte de la nature du trafic:

Routes et rues supportant un trafic lourd continu 1,20


Routes interprovinciales

Rues et routes supportant un trafic lourd avec interruptions


Routes et artères résidentielles 1,10

Rues résidentielles et routes à faible trafic lourd 1,00


Chemins secondaires
PROCÉDURE DE DESIGN

 Procédure détaillée lorsque les données sur les


charges axiales sont connues
 Pour calculer l'épaisseur, il faut connaître :
 la nature de la route
 le type de joints et d ’accotement
 le module de rupture du béton (MR)
 le module de réaction de fondation-infrastructure (k)
 le facteur de sécurité sur les charges
 l'intensité et le poids de la circulation
PROCÉDURE DE DESIGN

 2 types d ’analyse:
 Analyse à la fatigue, contrôle l ’épaisseur des dalles
 routes à trafic léger (dalles goujonnées ou non)
 routes moyennement achalandées (dalles goujonnées)

 Analyse à l ’érosion, contrôle l ’épaisseur des dalles


 routes à achalandage moyen et élevé (dalles non goujonnées)
 routes à trafic lourd (dalles goujonnées)
ANALYSE À LA FATIGUE

 Procédure:
 Contrainte équivalente
 sans accotement de béton: tableau 6a
 avec accotement de béton: tableau 6b
 Écrire en 8 et 11 les facteurs de contrainte équivalente à
partir d ’une épaisseur d ’essai et de la valeur k de la
fondation-infrastructure
 Diviser ces facteurs par MR et écrire en 9 et 12
 Calculer la fatigue en pourcentage en divisant le nombre
de répétitions de charges envisagées par le nombre de
répétitions permises
 Faire la somme des dommages dus à la fatigue
CONTRAINTE ÉQUIVALENTE - 6a
Pas d ’accotement en béton
CONTRAINTE ÉQUIVALENTE - 6b
Avec accotement en béton
ANALYSE À LA FATIGUE
Nb de répétitions de charges permises
PROCÉDURE DE DESIGN
ANALYSE À L ’ÉROSION

 Procédure:
 Facteur d ’érosion
 sans accotement de béton : figure 6a
 joints goujonnés ou dalle armée continue: tableau 7a
 joints non goujonnés: tableau 7b
 avec accotement de béton : figure 6b
 joints goujonnés ou dalle armée continue: tableau 8a
 joints non goujonnés: tableau 8b
 Écrire en 10 et 13 les facteurs d ’érosion
 Déterminer le nombre de répétitions permises
 Calculer les dommages en pourcentage
 Faire la somme des dommages dus à l ’érosion
FACTEUR D ’ÉROSION - 7a
Pas d ’accotement - Joints goujonnés
FACTEUR D ’ÉROSION - 7b
Pas d ’accotement - Joints non goujonnés
FACTEUR D ’ÉROSION - 8a
Avec accotement - Joints goujonnés
FACTEUR D ’ÉROSION - 8b
Avec accotement - Joints non goujonnés
ANALYSE À L ’ÉROSION
Pas d ’accotement en béton
ANALYSE À L ’ÉROSION
Avec accotement en béton
EXEMPLE DE DESIGN

 Données du projet:
 Autoroute à 4 voies
 Année de design : 20 ans
 DJMA = 12 900
 Facteur d ’accroissement du trafic = 1,50
 DJMA-C = 19% du DJMA
 Calculs de circulation:
 DJMA projeté = 12 900 x 1,5 = 19 350
 DJMA-C projeté = 19350 x 0,19 = 3 680
 9675 véh/direction = 81% dans la voie de conception
 3680 x 0,5 x 0,81 x 365 x 20 = 10 880 000 camions
EXEMPLE DE DESIGN

 Design # 1A :
 joints goujonnés
 fondation de 100 mm non traitée
 pas d ’accotement en béton
 infrastructure en argile : k = 27 MPa/m
 valeur k combinée = 35 MPa/m
 facteur de sécurité sur les charges = 1,20
 module de rupture du béton MR = 4,5 MPa
EXEMPLE DE DESIGN #1A
Essieux simples
EXEMPLE DE DESIGN #1A
Essieux doubles
FATIGUE DE LA DALLE DE BÉTON

 Fatigue dans la dalle de béton:


 La résistance à la fatigue d'une dalle de béton dépend du
rapport de l'effort de flexion dans la dalle et du module de
rupture du béton utilisé
 Si une charge axiale cause un effort en flexion de 3,5MPa
et que le module de rupture du béton est 4,8MPa, le
rapport des contraintes sera de 3,5/4,8 soit 0,71
FATIGUE DE LA DALLE DE BÉTON

 Phénomène de la fatigue du béton :


 Lorsque le rapport des efforts décroît, le nombre de répétitions de
charges que la dalle de béton peut supporter augmente
 Lorsque la valeur des efforts répétés n'excède pas 50% de la valeur
du module de rupture, le béton peut résister sans rupture à une
infinité d'applications de ces contraintes
 Lorsque les contraintes répétées excèdent 50% du MR, la répétition
des contraintes entraînera la rupture de la dalle
 Lorsque les contraintes répétées sont moins élevées que celles de la
limite d'endurance, la résistance à la fatigue du béton sera améliorée
 La résistance du béton à la fatigue peut également être améliorée
lorsque les contraintes répétées sont appliquées à intervalles
éloignées (phénomène de relaxation)
NOMBRE DE RÉPÉTITIONS DES
CHARGES
 Il faut faire intervenir dans le calcul de l'épaisseur de la dalle, le nombre
de répétitions des charges que le revêtement devra pouvoir supporter
sans se rompre. Cela se fait à partir de la durée prévue pour l'utilisation
des revêtements et également d'estimations de l'importance de la nature
de la circulation pendant cette durée.

 En théorie, le pourcentage de fatigue utilisé durant la vie ne devrait pas


excéder 100%, lorsque les calculs sont basés sur le module de rupture
du béton à 28 jours. Par ailleurs si les calculs sont basés sur un MR de
90 jours, la consommation de fatigue peut aller jusqu'à 125%. Les
rapports de contraintes au module de rupture variant de 0,51 à 0,80, le
nombre de répétitions de cette contrainte entraînant la rupture de la dalle.
NOMBRE DE RÉPÉTITIONS DES
CHARGES
NOMBRE DE RÉPÉTITIONS DES
CHARGES
EFFORTS DE CHARGES

 Les efforts induits dans la dalle par la charge de la circulation sont


directement reliés à la largeur des voies. Autrefois, les voies avaient une
largeur de 2,70m (9 pi) et presque tout le trafic lourd circulait en bordure
de la chaussée. La contrainte la plus élevée dans une dalle se produit
lorsque la charge d'une roue d'un camion est appliquée au coin formé par
un joint transversal et le bord extérieur de la dalle.

 Avec l'élargissement des voies, de 3 à 4m (10 à 12 pi), le trafic s'est


déplacé vers l'intérieur de la dalle et les efforts critiques sont passés de la
bordure vers l'intérieur au joint transversal.
POSITION DES VÉHICULES LOURDS

 Points d ’application critiques:


POSITION DES VÉHICULES LOURDS

 Points d ’application critiques:


ANALYSE AVEC ESSIEUX TRIPLES
Calcul de l ’épaisseur des dalles
ANALYSE AVEC ESSIEUX TRIPLES
Analyse à la fatigue
ANALYSE AVEC ESSIEUX TRIPLES
Facteur d ’érosion - Joints goujonnés
ANALYSE AVEC ESSIEUX TRIPLES
Facteur d ’érosion - Joints non goujonnés