Sie sind auf Seite 1von 31

IAS 2

Les stocks

2020/2021
Objectifs Champ d’application Définitions Informations à fournir

L’objectif de l’IAS 2 est de prescrire le traitement comptable applicable aux stocks.

Elle donne des indications sur :

• La détermination du coût et sa comptabilisation ultérieure en charges, y compris


toute dépréciation jusqu’à la valeur nette de réalisation.

• Les méthodes de détermination du coût qui sont utilisées pour imputer les
coûts aux stocks.
Objectifs Champ d’application Définitions Informations à fournir

La norme s’applique à tous les stocks, à l’exception :

• Des travaux en cours générés par des contrats de construction ( IAS 11 : Contrats de
construction);
• Des instruments financiers ( IAS 32 : Instruments financiers: Présentation , IAS 39 :
Instruments financiers: Comptabilisation et évaluation et IFRS 9 : Instruments
financiers . )
• Des actifs biologiques relatifs à l’activité agricole et produits agricoles au moment de
la récolte ( IAS 41 : Agriculture).
Objectifs Champ d’application Définitions Informations à fournir

Les stocks sont des actifs :


  détenus en vue de la vente dans le cours normal de l’activité ;
  en cours de production pour une telle vente ;
  sous forme de matières premières ou de fournitures devant être consommées dans le processus de production ou de
prestation de services.

NB : Seuls les biens dont l’entreprise est propriétaire font partie de ses stocks, y compris :
 Les biens reçus en stock mais dont les factures ne sont pas encore parvenues.
 Les produits en cours de voyage dont l’entreprise est déjà propriétaire.
 Les biens détenus chez les fournisseurs mais déjà acquis par l’entreprise.
 Les biens dont l’entreprise est propriétaire mais qui sont détenus physiquement chez les tiers.

Exception : Les éléments séjournant toujours en magasin, mais qui ont déjà été vendus aux clients, qu’ils soient facturés
ou non encore facturés.
Objectifs Champ d’application Définitions Informations à fournir

 Distinction entre immobilisations et stocks :

Deux critères permettent de distinguer les éléments classés en stocks et ceux qui doivent être classés en
immobilisations:

Le critère de la destination : Un stock est destiné à être vendu (produits finis ou marchandises) ou à être
consommé dans le processus de production (matières premières).
Une immobilisation est destinée à être utilisée dans l’activité courante de l’entreprise.

Le critère de la durée :Une immobilisation est un bien qui sert de façon durable l’activité de l’entreprise.
Un stock représente un bien non durable.

NB : Un bien considéré comme étant une immobilisation pour une entreprise peut représenter un stock pour
une autre entreprise.
Objectifs Champ d’application Définitions Informations à fournir

Ainsi sont notamment à inclure dans les stocks :

• Les immeubles, terrains, fonds de commerce pour les entreprises ayant la qualité de marchands de bien.
• Les immeubles et les terrains pour les promoteurs immobiliers et les lotisseurs.
• Le matériel de démonstration dont la durée d'exploitation ne dépasse pas un exercice.

⛔️Ne sont pas compris dans les stocks, mais en immobilisations :


 Les pièces de rechange qui ne peuvent être affectées que pour l’entretien et la réparation de matériels spécifiques, sans
aucune autre utilisation possible, doivent être rattachées aux immobilisations auxquelles elles sont destinées, et être
amorties selon la même durée de vie.

 Les emballages récupérables dont la durée prévisible d’utilisation dépasse un an à leur entrée en patrimoine : les
réservoirs, les conteneurs, les fûts …
Objectifs Champ d’application Définitions Informations à fournir

 Les états financiers doivent notamment indiquer :

•  les méthodes comptables adoptées pour évaluer les stocks ;


•  la valeur comptable totale des stocks et la valeur comptable par catégories appropriées à l’entité;
•  la valeur comptable des stocks comptabilisés à la juste valeur, diminuée des coûts de vente ;
•  le montant de toute dépréciation des stocks comptabilisée en charges de la période ;
•  le montant de toute reprise de dépréciation comptabilisée en réduction de la valeur des stocks
comptabilisés en charges de la période ;
•  les circonstances ou événements ayant conduit à la reprise de la dépréciation des stocks ;
•  la valeur comptable des stocks donnés en nantissement de passifs.
Règles générales d’évaluation des stocks
Règles générales d’évaluation des stocks

 Principes généraux :

Les stocks doivent être évalués au plus faible du coût d’entrée (Coût de revient par exemple) et de la valeur nette de réalisation.

 Le coût d’entrée des stocks doit comprendre les coûts d’acquisition, les coûts de production et les autres coûts encourus
pour amener les stocks à l’endroit et dans l’état où ils se trouvent.
 La valeur nette de réalisation désigne le montant net qu’une entité s’attend à réaliser sur la vente de stocks dans le cours
normal de l’activité, diminué des coûts estimés pour l’achèvement du produit et des coûts estimés nécessaires pour la
vente.

⇢ Une perte de valeur sur stocks est comptabilisée en charge dans le compte de résultat lorsque le coût d’un stock est
supérieur à la valeur nette de réalisation de ce stock. Les pertes de valeur sur stocks sont déterminées article par article, ou
dans le cas d’actifs fongibles, catégorie par catégorie.
Règles générales d’évaluation des stocks

1. Le coût d’acquisition

Les coûts d’acquisition des stocks comprennent :

• Le prix d’achat;

• Les droits de douane et autres taxes non récupérables par l’entité auprès des administrations fiscales;

• Les frais de transport, de manutention et autres coûts directement attribuables à l’acquisition des

produits finis, des matières premières et des services. Les rabais commerciaux, remises et autres

éléments similaires sont déduits pour déterminer les coûts d’acquisition y compris l’escompte.

• Le coûts d’emprunt s’il s’agit d’un actif qualifié.


Règles générales d’évaluation des stocks

Application 1

Enoncé Corrigé
L’entreprise Alpha a acheté des marchandises toujours La Facture Doit relative à l’achat de marchandises toujours
en stock à l’inventaire auprès de l’entreprise Beta qui lui en stock à l’inventaire :
a facturée en dh les éléments suivants : • Marchandises (brut HT) 15 000
• Marchandises (brut HT) 15 000, • Remise 10% 1 500
• Transport ferroviaire HT 2000, • Net commercial 13 500
• Remise 10%, • Transport HT 2 000
• TVA (taux de 20%). • Escompte (facture d’avoir) 500
• Total HT 15 000
Par facture d’avoir, l’acheteur se voit accorder une • TVA (taux de 20%) 3 100
escompte de règlement de 500 dh. • Net TTC 18 600
TAF : Déterminer le coût des stocks. Le montant du coût d’achat à inscrire en stocks = 15 000
Règles générales d’évaluation des stocks

Application 2

Enoncé Corrigé
Une société a fabriqué un produit, mais ce produit La valeur nette de réalisation :
n’est pas encore terminé.
Le prix de vente des produits finis est de 1 000 dh;
Prix de vente 1 000
Les frais de vente sont estimés à 5% du prix de
Coûts estimés pour l’achèvement du pdt 120
vente;
Les frais restants à effectuer pour terminer le bien Coûts nécessaires pour réaliser la vente 50
sont de 120 dh.
Valeur nette de réalisation = 830

dh
TAF : Déterminer la valeur nette de réalisation.
Règles générales d’évaluation des stocks

2. Le coût de production

Il comprend :
 Les coûts directement liés aux unités produites, tels que la main d’œuvre directe et le coût d’achat des matières.

 Les frais généraux de production affectés et qui sont encourus pour transformer les matières premières en produits
finis, ils comprennent :
a. Les frais généraux de production variables qui sont les coûts indirects de production qui varient directement, ou
presque directement, en fonction du volume de production, tels que les frais d’éclairage et de chauffage, les
fournitures et consommables, ou encore les frais postaux de livraison …
b. Les frais généraux de production fixes qui sont les coûts indirects de production qui demeurent relativement
constants indépendamment du volume de production, tels que l’amortissement et l’entretien des bâtiments et de
l’équipement industriel, etc.
Règles générales d’évaluation des stocks

a. Frais généraux variables :


Exemple : Coût global variable de 5 000 dhs pour un volume de 1 000 objets.
Le coût variable unitaire est de : 5 000 / 1 000 = 5 dh
Si la production passe à 1 500 objets, le coût global variable sera de : 1 500 x 5 = 7 500 dh

b. Frais généraux fixes :


Le coût unitaire des frais fixes est variable : plus fort en cas de réduction du volume, plus faible en cas
d’augmentation.
Une entité doit affecter les frais généraux fixes de production en se fondant sur la capacité normale des
installations de production.
 Si le niveau réel est supérieur à la normale, chaque objet est valorisé à son coût unitaire fixe réel.
 Si le volume réel est inférieur à la normale, les frais sont limités (par unité) à ceux de l’activité normale.
Règles générales d’évaluation des stocks

Exemple d’application

La capacité normale de production est de 1 000 objets pour un coût fixe de 6 000 dh.
Le coût unitaire fixe normal est de 6 000 / 1 000 = 6 dh.

1. Si le volume réel est de 2 000 pour la période avec un coût fixe global de 6 000.
 Le coût unitaire fixe réel est de 6 000 / 2 000 = 3dh.
 Dans ce cas chaque objet est valorisé à son coût unitaire fixe réel de 3 dh , soit au total 3 x 2 000 = 6 000 dh.

2. Si le volume réel n’est que de 600, le coût fixe total reste à 6000.
 Le coût unitaire fixe réel est alors de 6 000 / 600 = 10 .
 Mais le coût fixe à intégrer dans le calcul du coût du stock est calculé sur la base unitaire de l’activité normale :
[(P° réelle / P° normale ) x Frais fixes ] = ( 600 / 1 000 ) x 6 000 = 3 600 dh.
Règles générales d’évaluation des stocks

3. Cas particuliers

 Stock acquis par voie d’échange


Lorsque les bien échangés sont de natures similaires, ils doivent être évalués à la valeur comptable du bien donné en
échange. Dans le cas contraire, l’enregistrement doit être effectué à la juste valeur du bien échangé, ajusté du montant de
trésorerie ou d’équivalent de trésorerie transféré.

 Stock acquis à titre gratuit


La valeur d’entrée est égale à la valeur actuelle « valeur estimée », à la date d’entrée, en fonction du marché et de l’utilité
économique du bien pour l’entreprise.

 Evaluation initiale par estimation


Lorsqu’il n’est pas possible de déterminer le coût d’acquisition ou de production par application des règles générales
d’évaluation, les stocks sont évalués au coût d’acquisition ou de production des actifs équivalents constaté ou estimé à la
date la plus proche de l’acquisition ou de la production des dits actifs.
Règles générales d’évaluation des stocks

4. Coût exclus de l’évaluation des stocks

IAS 2 donne une liste non exhaustive des coûts ne pouvant pas être inclus dans l’évaluation des stocks. Il s’agit :

• Des frais de commercialisation;

• Des frais généraux qui ne contribuent pas à amener les stocks dans le lieu et l’état où ils se trouvent;

• Des consommations anormales de matières premières, maintenance et autres éléments de production;

• Des coûts de stockage, à moins que ces coûts soient nécessaires au processus de production préalablement

à une nouvelle étape de production;

• Les pertes de changes liées à l’acquisition des stocks;

• Les taxes récupérables.


Règles générales d’évaluation des stocks

Exemple d’application

Parmi les éléments suivants déterminez les éléments incorporables ou non au coût d’entrée de stock,
selon l’IAS 2 :

Remise exceptionnelle pour achat de produits soldés OUI (Déduction commerciale)


Surplus de consommation d’huile d’une machine de NON (Montant anormal de coût
production, du fait d’une erreur de calibrage de production)

Salaires de commerciaux vendant les articles en stock NON (Frais liés à la


commercialisation)

TVA NON ( Taxe récupérable)


Frais de transport sur achat OUI (Charge directe)
Heures de main d’œuvre de production OUI (Charge directe)
Escompte de règlement sur facture-fournisseur OUI (Déduction commerciale)
Perte de change liée à la variation de l’Euro/dh NON (Exception de la norme)
Règles générales d’évaluation des stocks

Exemple d’application (suite)

Frais de stockage d’encours de production OUI (Exception de la norme


(Stockage nécessaire entre 2 étapes
de production)
Salaire de l’assistante d’achats NON
Frais de publicité pour solde d’une catégorie d’article NON (Frais de commercialisation)
Mise sous cellophane de produits finis pour commande OUI (Frais contribuant à mettre les
spéciale stocks dans l’endroit où ils se trouvent)

Taxe spécifique irrécupérable pour acheminement de OUI (Taxe irrécupérable)


matières dangereuses du fournisseur à l’entreprise
Location d’un espace de stockage pour produits détenus NON
chez des tiers
Dotations aux amortissements du matériel de production OUI (Charge directe)
Les méthodes de valorisation des stocks
Les méthodes de valorisation des stocks

1. Méthodes de valorisation des stocks selon leur nature :

 Les stocks fongibles et non fongibles :

b. Biens fongibles
a. Biens non fongibles et prestation affectées à
des projets spécifiques

Les entreprises doivent suivre au coût réel, les


stocks de: Dans le cas où il n’est pas possible d’identifier et
de suivre le coût de chaque élément, le coût des
 Matières non interchangeables; stocks doit être calculé par l’une des méthodes
 Biens produits pour un projet spécifique; suivantes:
 Services rendus pour un projet spécifique.
 Premier entré, premier sorti (FIFO);
En faisant une identification et un suivi spécifique  Coût moyen pondéré;
de leurs coûts individuels.
Les méthodes de valorisation des stocks

2. Autres méthodes de mesure du coût des stocks

Pour des raisons pratiques, d’autres méthodes de mesure des coûts des stocks peuvent être utilisées, elles
donnent des résultats proches du coût.

 Méthode des coûts standards : elle retient les niveaux normaux d’utilisation de matières premières et de
fournitures, de main d’œuvre, d’efficience et de capacité. Ils sont régulièrement réexaminés et, le cas
échéant, révisés a la lumière des conditions actuelles.

 Méthode du prix de détail : elle est souvent utilisée dans l’activité de la distribution au détail pour évaluer
les stocks de grandes quantités d’articles a rotation rapide, qui ont des marges similaires et pour lesquels il
n’est pas possible d’utiliser d’autres méthodes de coûts. Le coût des stocks est déterminé en déduisant de
la valeur de vente des stocks le pourcentage de marge brute approprié.

 Evaluation à partir du prix de vente : Dans les cas où une évaluation sur la base des coûts entraine des
contraintes excessives ou n’est pas réalisable, les actifs en stock (autres que les approvisionnements) sont
évalués en pratiquant sur leur prix de vente à la date de clôture de l’exercice un abattement
correspondant à la marge pratiquée par l’entité sur chaque catégorie d’actifs.
Evaluation des stocks à l’inventaire

Légalement, l’entreprise a l’obligation d’établir annuellement un inventaire exhaustif


des éléments actifs et passifs de son patrimoine, et procéder ainsi au recensement
physique et à l’évaluation des biens et services figurant dans son stock.

Durant cet inventaire, l’entreprise doit comparer la valeur réalisable nette de son
stock au coût calculé conformément aux règles décrites précédemment.

⇢ La valeur nette de réalisation peut devenir inférieure au coût d’entrée dans les cas
suivants :

 Stocks endommagés;
 Stocks obsolètes;
 Stocks dont le prix de vente a subi une baisse;
 Stocks dont les coûts d’achèvement ou de commercialisation ont augmenté;
Evaluation des stocks à l’inventaire

1. Méthodes de détermination du coût

La version d’IAS 2 supprime la possibilité d’utiliser la méthode LIFO pour l’évaluation des stocks, elle préconise par
contre le premier entré premier sorti et le coût moyen pondéré.

Cas d’application : Mouvements Entrées Sorties


Quantité Coût unitaire Quantité
Stock initial 200 22
Entrée 1 1 000 25
Entrée 2 500 28
Sortie 1 1 100
Entrée 3 800 26
Sortie 2 1 000

TAF : Déterminer la valeur des stocks selon IAS 2 ( Selon la méthode FIFO et CMUP)
Evaluation des stocks à l’inventaire

Solution: Le stock final en quantité de la matière première est de 400.

 Evaluation selon la méthode FIFO


Les premiers objets sont sortis en premier , le stock restant est donc composé des derniers objets entrés
provenant de l’entrée 3 soit un coût de : 400 x 26 = 10 400 dh

 Evaluation selon la méthode du coût moyen pondéré de la période


CMP = [ SI + ∑ entrées en valeur] / [ SI + ∑ entrées en quantités]
CMP = [ (200 x 22) + (1 000 x 25) + (500 x 28) + (800 x 26)] / (200 + 1 000 + 500 + 800) = 25,68
⇢ Le stock final a un coût de : 25,68 x 400 = 10 272 dh

 Evaluation selon la méthode du coût moyen pondéré après chaque entrée


CMP = ∑ du stock actuel et de l’entrée en valeur / ∑ du stock actuel et de l’entrée en quantité
CMP1 = (200 x 22 + 1 000 x 25 + 500 x 28) / (200 + 1 000 + 500) = 25,53
 Stock après sortie 1 en quantité = 200 + 1 000 + 500 – 1 100 = 600
 Stock après sortie 1 en valeur = 600 x 25,53 = 15 318
CMP2 = (600 x 25,53 + 800 x 26) / (600 + 800) = 25,80
 Stock après sortie 2 en quantité = 600 + 800 – 1 000 = 400
⇢ Le stock final a un coût de 25,80 x 400 = 10 320 dh
Evaluation des stocks à l’inventaire

2. Dépréciation des stocks

 Une entité doit apprécier à chaque date de reporting si des stocks sont dépréciés (en
raison par exemple de dommages, d’obsolescence ou de baisse du prix de vente).
 L’entité doit effectuer cette appréciation en comparant la valeur comptable de chaque
élément de stocks avec son prix de vente diminué des coûts à terminaison et des frais
de vente  (VNR).

• Si un élément de stocks s’est déprécié (VC<VNR), l’entité doit comptabiliser en résultat


une perte (provision) au titre de la différence entre la valeur comptable et le prix de
vente diminué des coûts à terminaison et des frais de vente (VNR).

Provision = Valeur comptable - valeur nette de réalisation


Evaluation des stocks à l’inventaire

Cas d’application

Dans l’exemple précédent, supposons que le stock de matières soit composé de 400 unités au CMP de
25,80. Les objets qui seront ensuite fabriqués et vendus imposent encore un coût de production de 50
dh et un coût de commercialisation de 20 dh.

 Hypothèse 1 : Le prix de vente du produit fini est de 100

La valeur nette de réalisation des matières est de 100 – 50 – 20 = 30.


Elle est supérieur au coût de 25,80 dh, par conséquent, aucune dépréciation n’est à comptabiliser.

 Hypothèse 2 : Le prix de vente doit être ramené à 90 en raison de la baisse du coût des MP

La valeur nette de réalisation est de 90 – 50 – 20 = 20 dh < 25,80

Une dépréciation du stock de matières doit être constatée pour : (25,80 – 20) x 400 = 2 320 dh
Evaluation des stocks à l’inventaire

Remarque :

Les matières premières et autres fournitures détenues pour être utilisées dans la
production des stocks ne sont pas dépréciées en dessous du coût s’il est attendu que les
produits finis dans lesquels elles seront incorporées seront vendus au coût ou au-dessus
de celui-ci.

Cependant, lorsqu’une baisse du prix des matières premières indique que le coût des
produits finis est supérieur à la valeur nette de réalisation, les matières premières sont
dépréciées à leur valeur nette de réalisation.
Evaluation des stocks à l’inventaire

Exemple d’application

A la date de clôture de l’exercice N d’une entreprise :


 Coût des matières premières = 600 000 dh;
 Coût des marchandises = 800 000 dh;
 Coût des produits finis = 1,3 million dh.

Quant au montant global de la vente de ces stocks :


 Matières premières = 500 000 dh;
 Marchandises = 900 000 dh;
 Produits finis = 1,8 million dh.

On suppose des conditions normales d’activité.

Les coûts nécessaires pour réaliser la vente sont estimés à 350 000 dh pour les marchandises et à 300 000 dh
pour les produits finis.

Convient-il de comptabiliser dépréciations?


Evaluation des stocks à l’inventaire

Solution

Les marchandises :

VNR = 900 000 – 350 000 = 550 000 dh < CA = 800 000 dh
⇢ Une dépréciation doit donc être enregistrée pour un montant de 250 000 dh ( 800 000 – 550 000).

Les produits finis :

VNR = 1 800 000 – 300 000 = 1 500 000 dh > CP = 1 300 000 dh
⇢ Aucune dépréciation n’est constatée.

Les matières premières :

VNR = 500 000 dh < CA = 600 000 dh


⇢ Aucune dépréciation n’est constatée, car :

Ces matières premières sont destinées à être incorporées au coût de production des produits fabriqués.
Selon la norme IAS 2, si la VNR des MP est inférieure au CA des MP mais que la VNR des PF est supérieure
au CP des PF, les matières premières ne doivent pas être dépréciées.
Evaluation des stocks à l’inventaire

3. Reprise de la dépréciation

 Une entité doit effectuer une nouvelle évaluation du prix de vente diminué des coûts à
terminaison et des frais de vente lors de chaque période ultérieure.
 Lorsque les circonstances qui justifiaient précédemment de déprécier les stocks n’existent plus
ou lorsqu’il y a des indications claires d’une augmentation du prix de vente diminué des coûts à
terminaison et des frais de vente en raison d’un changement de la situation économique, l’entité
doit effectuer une reprise du montant de la dépréciation (la reprise est limitée au montant de la
perte de valeur initiale).
⇢ Les dotations pour dépréciations sont à comptabiliser en charges de l’exercice.
⇢ Les reprises de dépréciations sont à comptabiliser en produits de l’exercice.