Sie sind auf Seite 1von 194

Cours de Phytopathologie spéciale

Pr DJEUGAP FOVO Joseph


Code UE: ITAG622, Charge horaire : 30 h (CM : 22h, TD/TP : 8h)

Maitre de Conférences, Chef de l’Unité de Recherche de


Phytopathologie et Zoologie Agricole, Département de Protection des
Végétaux, FASA, Université de Dschang
jdjeugapfovo@yahoo.fr Tel. 651 008 706
Rappel : Voir cours de phytopathologie générale (PV3)
- Notion de plante-hôte, saprobe, parasite, agents pathogènes et insectes
vecteurs
- Concept de maladies végétales (maladies biotiques, abiotiques,
dépérissement), maladies vasculaires (trachéomycose,
trachéobactériose), maladies épidémiologiques, airborne diseases,
seedborne diseases, soilborne diseases, post-harvest diseases,
mycotoxicoses, quarantaine végétale, etc.
- Notion de pathogénèse, écosystème, agrosystème, pathosystème,
agroterrorisme
- Caractéristiques de quelques agents phytopathogenes et parasites
chlorophylliens des végétaux, hémiparasite.
2
- Rappel : Les postulats de koch (1882)
Rappels: Voir cours de phytopathologie générale

Robert Koch (1843 – 1910), était un médecin et bactériologiste. Il


fut le premier de montrer en 1876 que l’anthrax qui attaque les
moutons, certains animaux y compris l’homme était cause par une
bactérie, Bacillus anthracis. C’est également lui qui mit également
en évidence l’agent pathogène de la tuberculose (1882) et le
cholera (1883). Selon Koch, 4 conditions/étapes doivent être
remplies afin d’affirmer qu’un microorganisme isole d’un
organisme malade soit considéré comme responsable de la maladie
observée :
3
1. Le microorganisme présumé pathogène doit être présent sur chaque
organisme (i.e. plante) malade. i.e. être constamment associe à la maladie.
2. Le présumé agent pathogène doit être isole de l’organisme malade et purifie
sur milieu de culture
3. La culture pure du présumé agent pathogène lorsqu’elle est inoculée chez une
plante saine susceptible, cette dernière doit développer la maladie initialement
observée sur l’organisme (plante)
4. Le présumé agent pathogène doit être ré-isole à partir de cette plante qui a
développé la maladie à l’ étape 2.

Limites de ces postulats  :


- Tous les agents pathogènes ne sont pas cultivables et purifiables in vitro sur
milieux de culture (ex. certains virus, phytoplasmes, bactéries et les
champignons parasites obligatoires : charbon, rouille, oidium, mildiou
4
5
Notion de triangle de la maladie
Pour qu'une plante développe une maladie, certaines conditions doivent
être réunies, tel qu'expliqué dans le diagramme ci-dessous .
Ce diagramme démontre que trois conditions doivent coexister pour
qu'une maladie apparaisse, soit : un agent , un hôte potentiellement à
risque et des conditions environnementales favorables.

6
Introduction générale/Rappels
hytopathologie (mycologie, bactériologie, virologie, diagnostic,
ecteur des maladies, épidémiologie, lutte)
hytopathologie spéciale (cultures annuelles et pérennes, forestières:
mences, plantules, arbres et bois),

Maladie abiotique et maladie biotique,

Mycose, bactériose, virose, nématodes, plantes parasites


épérissement, carie/pourridié,
utte (culturale, génétique, immunisation, biologique, physique,
hirurgie végétale, récolte sanitaire, chimique, intégrée, avertissement),
tte préventive et curative, bio pesticides, bio fertilisants, etc.

iologie moléculaire et phytopathologie moderne


7
Eléments de contenu du Cours
Introduction générale

Partie I : Les principales maladies des cultures

1) Les maladies hébergées par les semences / seedborne diseases

2) Les maladies hébergées par le sol / soilborne diseases

3) Les principales maladies des cultures stimulantes (cacao, café,


thé, tabac)

4) Les principales maladies des cultures fruitières (banane,


agrumes, ananas, papaye)

5) Les principales maladies des cultures céréalières (maïs, riz,


sorgho) 8
6) Les principales maladies des légumineuses (arachides, haricot)

7) Les principales maladies des racines et tubercules (pomme de


terre, manioc, igname, macabo et taro)

8) Les principales maladies des cultures légumières (tomate, choux,


céleri, aubergine)

9) Les principales maladies des plantes oléagineuses (palmier à


huile et cocotier)

10) Les principales maladies des plantes de caoutchouc (hévéa)

11) Les principales maladies des plantes textiles (coton)

12) Les principales maladies de post-récolte / post-harvest diseases

9
Partie II : Les principales maladies forestières

13) Les principales maladies des semences et des plantules


forestières

14) Les principales maladies du bois et des arbres forestiers

15) Les principales maladies de quelques PFNL (Biter cola,


Monodora myristica, Afrostyrax lepidophyllus, Aframomum
melegueta, Gnetum africanum/eru, cola, njanssang, poivre, aiélé)

Conclusion et perspectives de recherche

10
CHAPITRE 1:
LES PRINCIPALES MALADIES DES SEMENCES

La semence est une graine ou par extension tout organe de reproduction


végétative (boutures, bulbes, tubercules, etc.) choisie pour être semée ou
plantée. La graine est formée de l’extérieur vers l’intérieur par une
enveloppe protectrice nommée tégument, entourant un tissu de réserves
nutritives (albumen/cotylédons) et l’embryon. L’embryon quant à lui
peut être minuscule et est constitué de quelques cellules, à savoir,
gemmule développée en tigelle et radicule développée en racine

11
1) Les fontes de semis
Agent causal : Différents champignons sont à l’origine de la maladie en
fonction des régions, du sol et du type de plantes. Ce sont : Fusarium,
Rhizoctonia, Pythium et Phytophtora.

Symptômes : La base de la tige s’affine et prend une couleur rouge ou


brune. Les plantes se dessèchent et s’affaissent avant de se nécroser.
Toutes les plantes semées peuvent être touchées notamment carotte, chou,
12
Importance économique : La fonte de semis cause des sévères pertes en
pépinières et en effet réduit le rendement.

Epidémiologie:
Les températures faibles et l’humidité favorisent le développement de
champignons. La fonte de semis se propage très rapidement et peut
affecter la totalité des semis.

Méthodes de lutte:
 Utiliser un terrain sain ;
 Désinfecter l’outillage et le matériel de semis et de bouturage, ainsi que
les graines ;
 Limiter l’arrosage ;
 Traiter les semences en les trempant dans une solution a base de
chaux, sel ou cendres de bois ;
 Planter en sol bien drainé et aéré pour un développement plus rapide
des plants. 13
2) L’anthracnose
Agent causal: Colletotrichum lindemuthianum
Importance économique 
Les pertes de rendement sont attribuables aux feuilles qui vieillissent,
aux plantes qui meurent prématurément, aux semences rabougries et à
une teneur plus élevée en graine.

Symptômes
Apparition des lésions rondes ou
angulaires sur les feuilles, les tiges et
les graines. Ces lésions laissent
paraitre un anneau noir distinct sur
le pourtour.

14
2) L’anthracnose

Epidémiologie
Le champignon survit chaque année sous forme de spores ou lésions sur
les semences. Le temps pluvieux est propice à la propagation de la
maladie en raison du transport par le vent ou les eaux de ruissellement
des éclaboussures d'eau chargées de spores qui proviennent des zones
infectées. À la suite de périodes prolongées de temps pluvieux, les
infections peuvent prendre des proportions épidémiques
Méthodes de lutte
 Utiliser des semences exemptes de la maladie ;
 Traiter les semences avec des fongiques. 15
3) Les caries ou charbon
Agent causal :
Symptômes: Coloration brunâtre à noir la surface externe du grain.
Odeur de poisson pourri.

Méthodes de lutte 
 Bruler les récoltes contaminées et détruire les pieds touchés ;
 Appliquer de façon homogène sur toute la surface des semences une
quantité précise du fongique approprié ;
 Nettoyer le matériel après la récolte. 16
3) Les bactérioses

Xanthomonas translucens pv. translucens


4) Les viroses
Virus Nom français Transmission
AMV Virus de la mosaïque de la Graine
Luzerne
CMV Virus de la mosaïque du Graine
concombre
PVX et PVY Virus X et Y de la pomme de Graine
terre
TBRV Virus des anneaux noirs de la Graine
tomate
TRSV Virus des taches annulaires du Graine
17
tabac
CHAPITRE 2. LES PRINCIPALES MALADIES HÉBERGÉES
PAR LE SOL / SOILBORNE DISEASES
En productions végétales, le sol constitue le support de toute
activité. En phytopathologie, un sol «conducteur ou favorable» est
un sol qui hébergé les agents pathogènes susceptibles de causer les
maladies aux cultures qui s’y trouvent.
Sol suppressif?
Les maladies transmises par le sol sont considérées comme une
limitation majeure de la production agricole. Elles peuvent
entraîner des pertes de rendement de 50 à 75% pour de
nombreuses cultures.
Agents pathogènes
- Champignons : Fusarium oxysporum (agent de la fusariose vasculaire),
(agent des nécroses racinaires), Thielaviopsis basicola (agent du pourridié
noir du tabac), Phytophthora cinnamomi (agent de la pourriture des
racines), Phytophthora infestans (agent du mildiou de la pomme de terre),
Pythium myriotylum (agents de la pourriture des racines), Pythium ultimum
(agent de fonte des semis), Rhizoctonia solani (agent du rhizoctone noir et
de la pourriture du collet).
03/08/2021 18
Agents pathogènes
- Bactéries : Streptomyces scabies (agent de la gale commune),
Plasmodiophora brassicae (agent de la hernie des crucifères), Ralstonia
solanacearum (agent du flétrissement bactérien)

- Nématodes : Heterodera avenae (nématode à kystes des céréales),


Heterodera schachtii (anguillule à kyste de la betterave), Radopholus simili
(agent foreurs des racines du bananier plantain), Meloidogyne spp. (nématodes
à galles), Criconemella xenoplax (nématode annelé).

03/08/2021 19
Méthodes de lutte
. Mesures préventives: l’hygiène agricole
( choix judicieux de la parcelle, rotation,
jachère ordinaire, jachère améliorée, nettoyage
des machines, enfouissement des résidus de
récolte, attention aux engins agricoles et
déplacement anarchique des animaux
sauvages, etc.)
. Fertilisation azotée modérée, ajuster le pH du
sol
. Lutte intégrée
La distribution des agents pathogènes présents dans le sol est horizontale et
verticale et dépend des pratiques de production, de l'historique des cultures et
de la variété.
Astuces pour transformer des sols conducteurs en sols
suppressifs :
- rotation des cultures,
- solarisation du sol et la désinfestation anaérobie des sols,
- stérilisation à la vapeur du sol et les biofumigants,
- utiliser les cultivars / variétés résistantes ou les plantes 20
03/08/2021
CHAPITRE 3:
LES PRINCIPALES MALADIES DES CULTURES
STIMULANTES (cacao, café, thé, tabac)
1) Les maladies du cacaoyer (Theobromae cacao L.)
Au Cameroun environ 600.000 producteurs et ≈ 8 millions de personnes vivent
directement ou indirectement de l’économie cacaoyère

21
Parcelle expérimentale de monoculture cacaoyère

22
1) Les maladies du cacaoyer

a) La pourriture brune des cabosses


Agent pathogène: Phytophthora spp
(P. megakarya, P. palmivora, P. capsici, P.
citrophthora)
Symptômes: pourritures brunes des
cabosses,

Distribution spatiale de la pathologie:


toutes les parties du cacaoyer sont
sensibles, présence des spores
(oospores, zoospores , chlamydospores
et sporanges) dans l’air, l’eau de
ruissellement et dans le sol.

23
a) La pourriture brune des cabosses

24
Importance économique de la pathologie

- Maladie cosmopolite (présence dans toutes les zones où se pratique


la
cacao culture
- Responsable de 30% des pertes de la production mondiale du
cacao
- Au Cameroun, 70 – 100% des pertes dans les zones de fortes
précipitations dans des vergers mal entretenus (Sud et Sud-
Ouest) et 20 – 40% en présence des traitements phytosanitaires

Epidémiologie
- Conditions climatiques favorables à la maladie: 20 – 27o C dans un
environnement humide, forte affinité avec l’eau, mobilité des spores
- Principales sources de contaminations: sol, cabosses infectées
- Gradient de dispersion de la maladie

25
égies de lutte

écolter les cherelles et cabosses infectées et jeter hors de la


ation dans une fosse, les brûler en saison sèche
éduire l’excès d’humidité en pratiquant le drainage, la taille et
pacement adéquat des plants
viter de planter dans le verger des plantes hôtes (bananier, hévéa,
guier, safoutier, agrumes, papayer, piment)
tilisez les variétés résistantes si disponible
ratiquer la lutte chimique de manière préventive au besoin avant le
t de la saison des pluies. Quelques fongicides recommandées:
hlorure de cuivre (CuOCl)= Caocobre Sandoz, 50 g/ pulvérisateur
s de 15L; Hydroxyde cuprique (Cu(OH)2 = Kocide 101, 75 g/15L;
Cuivre+ 12% Métalaxy= Ridomil Plus 72 WP; 64% Mancozèbe + 8%
laxyl = Beauchamp 72 WP

26
) Le die-back

Agent causal:
Calonectria rigidicola, Lasiodiplodia theobromae
mplication des insectes dans la pathologie
27
ptômes
AP est un parasite de faiblesse associé aux galles et chancre sur l’arbre
és par d’autres organismes

ésence de galles et du mycélium dans les tissus conducteurs qui


uent la circulation des sèves et tuent les tissus situés en amont

ssèchement progressif des rameaux et mort des plants

égies de lutte
Absence de fongicides contre la maladie

utter contre les capsides qui provoquent les blessures sur les rameaux

Couper et brûler régulièrement les branches malades

28
The cocoa swollen shoot virus (CSSV) disease
Agent causal:
Cocao swollen shoot virus ou virus de la
tige gonflée du cacao
Implication des insectes (cochenille/
Mealybug (Pseudococcus
calceolariae)
dans la dispersion de la pathologie.

Importance économique:
Le virus de la tige gonflée du cacao (CSSV)
infecte principalement le cacaoyer et a un
effet majeur sur les rendements des
cultures. Dans l'année qui suit l'infection,
les rendements diminuent de 25% et dans
les deux ans de 50%. Les arbres sont
généralement abattus au bout de 3 à 4 ans. 29
Symptômes:

30
Symptômes:
Les principaux symptômes incluent: chlorose des
feuilles (interveinal), nécrose des racines, bandes
veineuses rouges dans les jeunes feuilles, petites
gousses tachetées et gonflement des tiges / racines
suivi de dépérissement.
Epidémiologie:
La transmission se fait par l’entremise des
cochenilles, les blessures et les semences. Les hôtes
alternatifs sont: Cola chlamydanta, Ceiba
pentandra, Adansonia digitata, Cola gigantean et
Sterculia tragacantha.
Ces hôtes alternatifs présentent les mêmes symptômes que les cacaoyers
infectés, mais avec une gravité moindre. Les symptômes varient
également avec les conditions environnementales. Ni la nutrition, ni les
changements de température n'ont d'effet perceptible sur les
symptômes, mais une intensité lumineuse accrue inhibe le
développement de gonflements des racines et des tiges chez les plantes
infectées. Les cacaoyers ombragés présentent une croissance ralentie et
des symptômes légèrement plus graves. 31
Lutte:
- Récolte sanitaire
- Destruction des hôtes alternatifs
- Utiliser les variétés résistantes/ tolérantes
- Créer un cordon de sécurité de 10 m autour de votre cacaoyère avec
des variétés résistantes comme barrière physique aux cochenilles
pouvant provenir des plantations voisines
- Utiliser des porte-greffes et greffons sains
- Utiliser les insecticides
- Sensibiliser les cacaoculteurs sur les bonnes pratiques culturales.
32
Les maladies du caféier
L’anthracnose des baies du caféier

Agent pathogène: Colletotrichum kahawae


Symptômes: La maladie attaque les baies et les feuilles à tous les
stades
33
de développement. Sur les feuilles, on observe des taches arrondies
Sur les baies, les taches sont bien délimitées et les zones d’infection se
présentent sous forme de dépression noire suivie d’une déformation des
erises.
On note aussi la présence des lésions noire et allongées au niveau
des entrenœuds dans la grappe des baies

Epidémiologie
Les baies sont plus vulnérables de Mars à Mai en début de floraison et
ouaison.
Après cette période, la susceptibilité des baies diminue malgré
évolution de la saison pluvieuse.

Les jeunes baies sont plus sensibles que les baies âgées ou matures.

On peut donc irriguer les vergers vers la fin de la saison sèche

34
tratégies de lutte

Récolter et détruire les baies infectées

Irriguer la plantation en saison sèche pour induire une floraison précoc


Appliquer les fertilisants

Pulvériser avec des fongicides à base de cuivre (Caocobre, Perenox) dès


e retour des pluies

35
Les rouilles du caféier
Cameroun: rouille orangée et farineuse

nt pathogène:
ille orangée: Hemileia vastatrix, Rouille farineuse: H. coffeicola

36
Symptômes
Rouille orangée:
Rappel historique: Maladie décrite pour la première fois au Ceylan
= Sri Lanka (1869)
Les premiers symptômes sont l’apparition des petites taches
jaunâtres (1-2 mm de diamètre) sur la face inférieure des feuilles qui
évolueront en poudre orangée représentant les spores du
champignon. En cas de fortes attaques, les feuilles brunissent et
tombent

37
ig. Agrosystème caféier dans lequel la rouille est régulée par l’ombre projeté par les
rbres (Costa Rica).
38
émiologie:
empératures de 24oC et l’HR élevée favorisent le développement de
aladie. La maladie sévit dans toutes les régions productrice du café au
eroun. L e champignon passe l’intersaison sous forme de mycelium
les feuilles infectées. Les urédospores sont disséminées par le vent,
et l’homme.

Lutte:
Récolte sanitaire des feuilles infectées
Pratique de l’agroforesterie
Bonne fertilisation en N et K
Utilisation des cultivars résistants si disponible
Utilisation des fongicides efficaces contre l’anthracnose

39
Les maladies du théier
Pourridié

Agent pathogène: Armillariella mellea


Symptômes: Le champignon vit fixé sur les racines dans le sol à
travers ses rhizomorphes, le parasite développe son carpophore à la
surface du sol. Les premiers symptômes sont un jaunissement des
feuilles avec production de gommes et de chancre au niveau du
collet et/ou des racines.
40
pidémiologie:
a gamme d’hôte du champignon est diversifiée; on le retrouve aussi
hez le cacaoyer, le poivrier, bananier, hévéa, manioc, arbres forestiers.
es sols lourds et humides favorisent la maladie. Les souches et racines
nfectées restées dans la parcelle constituent les sources d’infections des
ouvelles plantations. La propagation se fait des racines infectées vers les
acines saines.

Contrôle:
Utiliser des semences saines ou des boutures issues des plantations sain
Retrait et brûlage des souches et plants infectés
Utiliser des fongicides pour de petites superficies: bromure de méthyle,
ormaldéhyde ou le disulfure de carbone.

41
Les maladies du tabac
La mosaïque

Agent causal: virus de la mosaïque du tabac (TMV)


Maladie fréquente chez les Solanaceae.
Symptômes:
Feuilles tachetées de jaune-vert, jeunes feuilles transformées en
rosette. Le virus se disperse de manière généralisée ou systémique
dans la plante qui devient rabougri
42
Epidémiologie:
La dispersion du virus se fait par contact avec le matériel aratoire et
les engins lors des activités des ouvriers et par les insectes vecteurs.
Les températures comprises entre 24-28oC favorisent la maladie.

Contrôle:
- Pratiquer la récolte sanitaire
- Eviter de manipuler inutilement les plants dans la plantation
- Eviter les sols infestés
- Contrôler les insectes vecteurs
-Utiliser les variétés résistantes à TMV

43
Le flétrissement bactérien

Agent causal: Ralstonia solanacearum

Symptômes:
Le premier symptôme est le flétrissement soudain d’une ou de
plusieurs feuilles; le plus souvent sur un côté du limbe; plus tard, le
plant entier flétris et meurt.
Confusion possible entre flétrissement bactérien et flétrissement
fusarien du tabac 44
Epidémiologie:
L’AP est une bactérie transmise par le sol. Pouvant y survivre ainsi
que dans les résidus de récolte pendant +++années; gamme d’hôte
variée (tomate, piment, poivron, aubergine, +++adventices)
Lutte:
-Utiliser les variétés résistantes
- Rotation des cultures, Jacheres
-Désinfecter les germoirs
-Ajuster l’acidité du sol (pH 4-5)

Les nématodes à galles


Agent causal: Meloidogyne spp
Symptômes:
Apparition de galles sur les racines; racines agglutinées en cas de
fortes infections. Feuilles légèrement vertes à jaunâtre, symptômes
similaires à une déficience en éléments minéraux; rabougrissement
des plants et flétrissement en zone chaude ou dans les périodes 45
Epidémiologie:
Les fortes infections sont le plus souvent accompagnées de la mort
des plants. La femelle pont ses œufs dans les racines et ne produit
pas de kystes

Lutte:
-Rotation des cultures (+ 4 ans avec patate et arrachide)
- Jachère
-Utilisation des variétés résistantes
- Fumigation du sol (serre, germoirs, etc.)
- Injection du DD (1,2- dichloropropane -1,2- dichloropropène) ou le
methyl thiocarbamate de sodium (Vapam) 3 semaine avant semis
- Arracher et détruire les plants malades et les résidus de récolte
- Utiliser les plantes pièges comme Crotalaria spectabilis

46
CHAPITRE 4:
LES PRINCIPALES MALADIES DES CULTURES FRUITIERES
(banane, agrumes et ananas)
1) Les maladies du bananier(Musa spp.)
a) Cercosporiose jaune (yellow sigatoka)
Agent Pathogène:
Mycosphaerella musicola (F.I ou forme conidienne: Cercospora
musae)
Symptômes:

47
48
Symptômes:
Apparition des traits jaunes (1 mm de longueur) sur la face
supérieure du limbe; Ces traits s’étendent et convergent pour
former une nécroses allongées dans le sens des nervures (12-15 x 2 –
6 mm). Puis, le centre de la lésion devient noir puis gris avec des
bordures brune le tout entouré d’un halo chlorotique jaunâtre.
Epidémiologie:
Les HR élevées et les températures (23-28oC) sont requises pour
l’établissement et la progression de la maladie. Conidies et
ascospores sont facilement dispersés par l’eau et le vent
respectivement. Les conidies peuvent survivre pendant 3-4 semaines
sur les feuilles tandis que les ascospores peuvent mettre 8 semaines
dans les périthèces si les pluies ne les libèrent pas. La présence de
fines particules/nuage d’eau autour des feuilles (HR>95%) est
appropriée pour la germination et les infections par les conidies. Les
conidies pénètrent les feuilles par l’entremise des stomates

49
Lutte:
-Variétés résistantes (notamment, les variétés avec l’allèle B); en
général, les génotypes triploïdes AAA sont très susceptibles

-Récolte sanitaire (ascospores sont produits préférentiellement sur


la face supérieure du limbe)

-Contrôle chimique: huile minérale (15-20 litres /ha),


Fungicides de la classe des Dithiocarbamates (manèbe, mancozèbe,
etc.), les triazoles (cas de Njombé),
le bénomyle.

50
b) Cercosporiose noire (black sigatoka)
Agent Pathogène:
Mycosphaerella fijiensis (F.I ou forme conidienne: Paracercospora
fijiensis). S’evit a des basses altitudes.

51
Symptômes:
Apparition des traits rougeâtre à brun sur la face inférieure du
limbe puis s’allongent et convergent suivant le sens des nervures (20
x 2 mm) et la lésion devient noire et de forme elliptique. En cas de
fortes infections, la feuilles entière devient noire et meurt entre 3-4
semaines après apparition des symptômes.
La maladie des raies noires (MRN) revêt un caractère de gravité plus
important que la maladie de Sigatoka, car ses symptômes se manifestent
sur les feuilles à un plus jeune âge (l’inoculum étant généralement plus
abondant) et causent donc davantage de dégâts au système foliaire du
bananier. En outre, elle affecte beaucoup de cultivars résistants à la
maladie de Sigatoka, tels ceux du sous-groupe des bananiers plantain
(AAB). Les pertes de production peuvent atteindre, dans certains cas,
plus de 50 %.
Epidémiologie et lutte:
Idem que pour la cercosporiose jaune
Stratégies de gestion:
Idem! 52
c) Maladie du bunchy top du banaier/ Banana bunchy top
disease (BBTD)
Agent Pathogène:Virus du bunchy top du bananier. 100% de pertes
peuvent être enregistrées en cas de fortes infestations d’insectes
vecteurs (pucerons /aphids du bananier: Pentalonia nigronervosa )

53
Symptômes:
Les symptômes incluent: nanisme, atrophie des feuilles, feuilles étroites et
dressées, chlorose des bords des feuilles, retard de croissance et traînées
vert foncé sur les feuilles, les pétioles et les pseudotiges. Les symptômes
avancés incluent un raccourcissement progressif des feuilles qui
deviennent plus dressées, ce qui donne une apparence de bunch et donne
ainsi le nom de «bunchy top».

54
Symptômes:
Les symptômes de la BBTV n'apparaissent que 25 jours environ après
l'inoculation par les pucerons/aphids. Cependant, ces plantes
asymptomatiques peuvent servir de source à partir de laquelle les
pucerons peuvent obtenir le virus et le transmettre aux plantes
environnantes. Les plantes infectées tôt dans leur croissance et celles
gravement infectées ne portent généralement pas de fruits ou portent des
fruits déformés, alors que les plantes infectées plus tard peuvent porter des
fruits normaux ou déformés.
Contrôle:
- Planter seulement des rejets sains
- Éviter de déplacer le matériel de plantation des régions touchées
- Inspectez régulièrement votre champ pour détecter des symptômes.
Une identification précoce est essentielle pour contrôler la propagation
de BBTV
- Traitement et élimination immédiats des plantes infectées et traitement
de la zone avec un insecticide pour éliminer tous les pucerons. Cette
action interdira la propagation du virus aux plantations voisines
55
d) Maladie du bout de cigare (Cigar-end disease)
Agent Pathogène: Trachyphaera
fructigena

Symptômes et importance économique:


Développement d’une nécrose recouverte par le champignon au
niveau du périanthe du fruit similaire à l’extrémité d’une cigarette
en flamme. La nécrose progresse lentement et est bien délimitée par
les tissus sains.
Environ 10.000 bananiers malades avaient été inventoriés au 56
Epidémiologie:
Maladie associée aux HR élevées (mois de juillet à septembre).
Sévérité de la maladie augmente avec l’altitude et les précipitations.
L’origine de l’inoculum n’est pas encore élucidée.

Lutte:
- Suppression du pistil et du périanthe
-Installation des plastique de polyéthylène bleu autour des régimes
avant l’émergence des doigts
- Utilisation des variétés résistantes

57
e) Nématodes foreurs des racines (pourriture racinaire)
Agent causal: Radopholus similis (nématode fusiforme aplati aux 2
extrémités ≈ 650µ

58
Symptômes et importance économique:
Destruction du cortex des racines. Les lésions sont initialement roses
puis deviennent brunes et plus tard noires. Lorsque les racines ont
pourri, le plant se renverse. Les blessures crées constituent les portent
d’entrées des champignons tels que Fusarium oxysporum, F. solani et
Rhizoctonia solani qui accélère la pourriture des racines. Pertes: 30 –
50%
Epidémiologie:
R. Similis se déplace lentement d’une plante à une autre (3-7 m/an).
Propagation: rhizomes infectés, résidus de récoltes (souches et
racines)
Lutte:
-Variétés résistantes existent (Gros Michel, Dwarf Cavendish)
-Nématicide: Tremper les rhizomes dans une solution aqueuse de
DBCP (1,2-dibromo-3-chloropropane), Carbofuran (Furadan 5, 10
ou15G; 4 g/plant), Ethoprop (Mocab; 4,5 g/plant)
-Traitement à la chaleur (55oC, 20 mn ou 60oC, 10 mn), tue le
nématode
- Association des 2 méthodes précédentes 59
f) Flétrissement fusarien ou fusariose (Panama disease)
Agent causal: Fusarium oxysporum f. sp. cubense
NB: existence de +++races dans le monde

60
Symptômes et importance économique:
Symptômes externes: Jaunissement des feuilles âgées ou
effondrement des feuilles alors qu’elles sont encore vertes. La
pseudo tige reste debout et porte ses feuilles mortes jusqu’à environ
1- 2 mois avant de pourrir et tomber.
Symptômes internes: décoloration des tissus conducteurs. Pertes:
70%
Epidémiologie:
L’AP vit dans le sol et dans le matériel végétal. Survit sous forme de
chlamydospores pendant +++ années en absence de l’hôte. Sols
acides (pH˂6) et faiblement drainés sont favorables au
développement de la pathologie. Dispersion: transport des débris du
végétal et du sol d’un point à un autre.
Lutte:
-Inondation des sols infestés, Rotation, Jachère
- Quarantaine végétale
- Variétés résistantes/tolérantes: variétés Cavendish (Poyo, Naine,
Grande Naine, Giant Cavendish, etc.) 61
g) Flétrissement bactérien (Moko disease)
Agent causal: Ralstonia solanacearum (race 2); 5 races existent

62
g) Flétrissement bactérien (Moko disease)
Agent causal: Ralstonia solanacearum (race 2); 5 races existent

63
Symptômes et importance économique:
Confusion avec la fusariose. Néanmoins, ici, on note une infection
opaque avec un exsudat blanchâtre qui s'écoule des tiges ou des
rhizomes coupés. Décoloration des tissus conducteurs de pâle jaune
à noir brun. Les fruits jaunissent prématurément et sont durs,
bruns ou noirs.
Pertes: millions de plants en Amérique centrale
Epidémiologie:
La bactérie pénètre la plante par l’entremise des blessures ou est
transportée jusqu’aux tissus conducteurs par les insectes à partir
des inflorescences. Survit dans le sol.

Lutte:
-Quarantaine végétale
- Jachère (2 ans)
-Retrait de l’inflorescence mâle et
-Récolte sanitaire (NB: désinfecter le matériel de récolte dans une
solution de Permanganate de potassium à1%)
64
2) Les maladies des agrumes ( Citrus spp.)
a) Tristeza des agrumes
Agent causal: Citrus Tristeza Virus (CTV),
Aphides (Toxoptera citricidus) sur un jeune rameau

Symptômes, Epidémiologie et Méthodes de lutte? 65


b) Cercosporiose des
Les agrumes
agrumes sont d'une grande importance socio-économique au Cameroun. Ils
peuvent être consommes frais ou après transformation. En jus, en confiture et
en liqueurs. On en extrait également des essences et des produits
cosmétiques. Les agrumes contiennent de nombreux sels minéraux et sont riches
en vitamines.
Agent causal: Phaeoramularia angolensis (Isariopsis angolensis) signale
our la première fois en Angola et au Mozambique.

66
Symptômes et importance économique:

On distingue quatre stades dans l'évolution de la maladie sur feuille:


stade 1: apparition d'un point décoloré; stade 2: brunissement de la lésion,
apparition d'un halo jaune (4 à 6 jours);
stade 3: accroissement de la lésion centrale jusqu'à 3 ou 4 mm (25 à 30 jours);
stade 4: dessèchement du centre de la nécrose qui peut disparaître en provoquant
une perforation du limbe. Sur les fruits, les lésions peuvent atteindre 2 cm de
diamètre et sont entourées d'un halo vert-pâle persistant jusqu'à maturité.
Epidémiologie
Cette maladie attaque a la fois les feuilles et les fruits et y provoque de
nombreuses lésions. Elle est capable de détruire la totalité de la production sur
certaines espèces d'agrumes. Ainsi, des pertes de l'ordre de 1 00 % peuvent être
enregistrées sur les Pomelos.
Lutte:
Le contrôle chimique par des traitements au bénomyl (2 pulvérisations par mois)
produit des bons résultats, mais on peut craindre l'apparition d'une résistance à
la suite d'applications fréquentes.
67
c) Pourriture du collet ou gommose des agrumes
Agents pathogènes:
Phytophthora citrophthora, P. parasitica, P. palmivora

Symptômes:

68
Symptômes et importance économique:
La maladie se développe sous forme de chancre de la base du tronc. L’ecorce
nécrosée se fend longitudinalement et la présence des champignons virulents au
collet, cause de sécrétion de la gomme qui est à l'origine de l'appellation
Gommose des agrumes. Le bois sous adjacent à la partie desséchée se nécrose et
devient brun. La coloration brune du bois est caractéristique de la gommose ainsi
que de la mort de l'écorce dans toute son épaisseur. Les rameaux se dessèchent et
les fruits tombent.
Pour le diagnostic au verger, il suffit de gratter l'écorce desséchée à l'aide d'un
couteau et d’apprecier la coloration des tissus sous-adjacents.
Epidémiologie

Lutte:
Préventive : Utiliser des porte-greffes résistants; Eviter des sols lourds et humides
et éviter d’enterrer le collet lors de la transplantation. Ne pas attacher les
animaux au pied de l’arbre. Nettoyer régulièrement le tronc sans le blesser, si
blessure, traiter avec un fongicide a base de cuivre. Ne pas replanter sur des sites
infestes. Curative : Traitement de la base du tronc avec des fongicides a base 69
d) Moisissures des fruits chez les agrumes (Citrus fruit
moulds)
Agents pathogènes: NB: moisissure verte (Penicillium digitatum) et
bleue
(Penicillium italicum)
La moisissure des Citrus est présente dans toutes les régions de
production et de consommation des Citrus. La moisissure verte est
plus répandue dans le monde que la moisissure bleue.

Moisissure verte (gauche) et moisissure bleue (droite)


70
Symptômes :
Les deux moisissures apparaissent sous forme de taches molles et humides. Plus
tard, du mycélium blanc se développe sur les lésions qui évoluent en produisant
des spores verte ou bleues responsable de la couleur attribuée a la moisissure. Les
pertes post- récolte sont très élevées lors de la conservation des fruits sains avec
des fruits infectées dans les cartons empaquettes.

Epidémiologie
L’agent pathogène est disperse par le vent, les pluies et a travers les contacts d’un
fruit a un autre par le producteur ou entre fruits en entreposage. Les deux
maladies se développent rapidement lorsque les températures sont comprises entre
24-25oC avec une humidité relative élevée. La moisissures verte pénètre l’epiderme
a travers les blessures tandis que la moisissure bleue ne pénètre pas facilement a
travers les blessures. Les deux moisissures peuvent se développer sur le même
fruit mais la verte se multiplie plus rapidement.

Lutte:
Pratiquer une bonne hygiène durant les activités de récolte dans les vergers. Eviter
les blessures de fruits au maximum. Trempez les fruits récoltés dans une
suspension de Benomyl, Imazazil (1000 ppm a 0,1%) ou de Phenylphenate de
sodium (2%). 71
3) Les maladies de l’ananas (Ananas comosus)
a) Pourriture de la couronne/cœur (Heart rot)
Agent causal: Phytophthora parasitica
Symptômes:

72
Symptômes et importance économique:
Les 1ers symptômes sont une coloration jaune des feuilles qui vire
au rouge et enfin au brun; puis se détachent de le tige et tombent. Le
faciès pathologique frappant et le plus dommageable est la
pourriture de l’axe central du fruit à proximité de la base du plant.
Pathogène polyphage (attaque 72 genre et 42 familles de plantes à
fleurs). Pertes: 80-90%
Epidémiologie:
Pauvre conditions physique du sol (pH basique) et mauvais drainage
accélère la propagation de la maladie. Sporanges et zoospores
assurent les infections. Les eaux de pluies dispersent l’inoculum

Lutte:
Drainage du sol, utilisation du matériel végétal sain, fumigation du
sol
Désinfection du matériel végétal
Traitement chimique (fongicides): Ethylène bis dithiocarbamates
(manèbe, mancozèbe, zinèbe, etc.) 73
b) Tache blanche des feuilles (White leaf spot)
Agent causal: Thielaviopsis paradoxa (forme parfaite:
Ceratocyctis paradoxa)
Symptômes:
Feuilles: présence de taches blanches sur le limbe.

74
Symptômes et importance économique:
Fruits: dégagement d’une odeur sucrée désagréable des fruits
malades. La zone infectée est colorée de gris à noire le plus souvent
localisé au pédoncule du fruit et/ou à la base du fruit sous forme de
pourriture blanche sèche ou pourridié. Affecte la qualité des fruits à
l’export
Epidémiologie:
Le champignon responsable est un parasite de faiblesse et se
retrouve dans les tissus à la faveur des piqûres d’insectes et des
blessures occasionnelles (ex: cicatrices laissées par la chute des
feuilles ou de la récolte des fruits). Température optimale: 25oC; les
mouches (Drosophila spp.) peuvent transmettre la maladie.
Lutte:
Quarantaine, Eviter les blessures sur les feuilles, désinfecter le
pédoncule, le matériel de récolte et les rejets, sécher la base des
rejets au soleil (1-2 semaines) avant plantation. Eviter le choc entre
fruits durant le transport. 75
CHAPITRE 5:
LES PRINCIPALES MALADIES DES CULTURES
CEREALIERES
(Maïs, riz, sorgho)
1) Le Maïs
a) La striure du maïs (Maize streak )
La striure du maïs est la maladie virale du maïs la plus répandue sur le continent
africain. Le principal vecteur du MSV est une cicadelle (Cicadulina mbila). Mais
d’autres cicadelles sont aussi impliquées.
Agent causal: le virus de la struire du maïs / Maize strak virus
(MSV)

76
Symptômes et importance économique:
Les symptômes typiques sont la présence sur toutes les feuilles de la plante de
stries chlorotiques fines le long des nervures. Ces stries ont l'aspect de lignes en
tirets.
Epidémiologie:
Il est transmis par plusieurs espèces de cicadelles appartenant toutes au genre
Cicadulina. Le MSV a une très large gamme d'hôtes. En plus du maïs, il infecte
plusieurs
autres plantes cultivées comme le blé (Triticum aestivum), le riz (Oryza sativa),
l'orge (Hordeum vulgare ), le mil (Pennisetum glaucum) le sorgho (Sorghum
vulgare), la
canne à sucre (Saccharum officinarum). Les Poaceae sauvages, hôtes naturels du
Lutte:
MSV, jouent un rôle important dans l'épidémiologie de la striure du maïs .

Préventive : La connaissance de ces hôtes et leur répartition spatio-temporelle


devrait pouvoir aider à la mise au point de méthodes culturales permettant de
minimiser l'incidence de la maladie (choix des zones de cultures du maïs, date de
semis, association de cultures etc.). Curative : Arracher et détruire les plants
infectes, utiliser les insecticides contre les piqueurs suceurs.
77
1) Les maladies du Maïs
b) Les brulures foliaires (cercosporioses)

- Cercosporiose des hautes altitudes (Highland leaf blight or


Turcicum leaf blight)
Agent causal: Exserohilum turcicum
- Cercosporiose des basses altitudes (low land leaf blight)
Agent causal: Bipolaris maydis

78
La maladie entraîne des pertes de rendement élevées.

Symptômes et importance économique:


Les symptômes apparaissent sur les feuilles après la floraison : des taches gris-
brun apparaissent, s'allongent et deviennent confluentes.
En fin d'attaque, les feuilles se dessèchent complètement.

Epidémiologie:
La chaleur, avec alternance d'humidité et de sécheresse, est propice au
développement de la maladie.
Le vent favorise la dissémination des spores. Le champignon se conserve sur les
débris de culture sous forme des spores.
Lutte:
Préventive : choisir une variété tolérante, traiter les semences, utiliser les
semences saines (efficacité partielle), enfouir les résidus de récolte.
Précédents : éviter maïs après maïs.

79
2) Les maladies du riz Agent causal: Bipolaris maydis,
La pyriculariose (rice blast) Magnapothe grisea

Elle peut occasionner des pertes de rendement de 100 % dans certaines conditions
environnementales et pratiques culturales en présence des variétés sensibles.

Epidémiologie
En général, la maladie affecte les plantations de riz en culture pluviale. Aussi, Les
cultures de riz en situation irriguée, conduites avec l'utilisation d'intrants azotés,
sont également très touchées par la pyriculariose. 80
Symptômes et importance économique:
Le champignon provoque des taches sur les feuilles, les nœuds et sur différentes
parties des panicules et des grains. Les taches ont une forme elliptique avec des
extrémités plus ou moins allongées. En général, le centre des taches est gris ou
blanchâtre et le pourtour brun ou brun-rougeâtre.

Dans le cas d’attaques sévères sur des individus très sensibles, les lésions peuvent
fusionner et provoquer la mort de la feuille. Les semences peuvent également être
attaqués. L’infection des panicules constitue la forme de la maladie est la plus
dommageable pour les cultures car elle empêche le remplissage des grains, ce qui
a des conséquences directes sur le rendement, mais aussi sur la qualité de la
récolte.
Lutte:
Pratiques culturales : Utiliser des semences saines, Adopter la rotation des
cultures autant que possible, Enlever et brûler les pailles contaminées, Enlever les
plantes hôtes présentes, dans la parcelle, Utiliser des cultivars résistant à la
pyriculariose constitue la meilleure stratégie de lutte contre cette maladie dans la
riziculture pluviale. Curative : Utiliser les fongicides tels que Bavistine
(Carbendazime), Hinosan (Ediphenphos) ou Dithane M-45
81
3) Les maladies du sorgho
a) Maladie des taches grises (Gray leaf spot)
Agent causal: Cercospora sorghi

Maladie répandue dans toutes les zones de culture du sorgho

82
Symptômes :
La maladie commence par l’apparition des taches rouges sur les feuilles qui
évoluent en lésions rectangulaires (2-5 x 5-15 cm) délimitées par les nervures. Ces
lésions virent plus tard en noir, pourpre puis peuvent fusionner
longitudinalement.. La sporulation est abondante sur la face inferieure du limbe et
les lésions sporifère donnent a la feuille la coloration grise.

Epidémiologie:
La maladie est fréquente dans les zones ou la chaleur et l’humidite coexistent
durant la période de culture du sorgho. L’agent pathogène survit dans les résidus
de récolte et les espèces sauvages de sorgho. On le retrouve également dans les
semences. Le vent et les pluies dispersent les conidies (spores). La germination des
conidies dure 12 h.
Lutte:

Utiliser les variétés résistantes ou tolérantes lorsqu’elles sont disponibles.


Pratiquer la rotation des cultures, la récolte sanitaire afin de réduire l’inoculum
initial.
83
3) Les maladies du sorgho
b) Le charbon (smut)

Agent causal: Sporisorium reilianum, Sphacelotheca cruenta,


Sporisorum sorghi, Tolysporium ehenberghii

84
Symptômes :
Les plantes infectées sont généralement plus courtes, avec des tiges plus minces
et ont tendance à taller abondamment. Les inflorescences infectées apparaissent
plus tôt et sont plus lâches que celles qui sont saines. Les sores ont 3 à 20 mm de
long (quelquefois jusqu'à 25 mm) et ont un long axe pointu, souvent arqué, dur,
de couleur noire, qui s'étend sur presque toute la longueur du sore.
Epidémiologie:
Les spores de couleur noir sont disséminées par le vent. La maladie est
principalement transmise par la semence, mais il existe également une infection
directe des panicules par des spores véhiculées par l’air.
Lutte:
La destruction et l’élimination des panicules récemment infectées et l’élimination
des hôtes alternatifs sont partiellement efficaces. Traitement des semences avec
des fongicides (Carboxim 75%, Apron plus, etc.). Détruire, au moyen de feu, tous
les résidus dans les greniers à sorgho-mil qui contiennent un grand nombre de
spores.

85
CHAPITRE 6:
LES PRINCIPALES MALADIES DES LEGUMINEUSES
(arachide)
1) Arachide
a- Cercosporioses (Early and late spots or Cercospora leaf
spot)

Précoce: Cercospora arachidicola (Mycosphaerella


arachidicola)
Tardive: Cercosporidium personatum (Mycosphaerella
berkeleyii)

86
Traitement au Chlorothalonil, benomyl ou
Dithiocarbamates (maneb, mancozeb, zineb, etc.)
87
b- Rosette (groundnut rosette)

Agent pathogène: groundnut rosette virus (GRV)


Vecteur: Aphis craccivora or A. leguminosae (Aphids)

88
1) Les maladies du haricot
a) La rouille du haricot: Uromyces appendiculatus (61%
pertes)

89
b) La maladie des taches angulaires du haricot (Angular
leaf spot of beans): Phaeoisariopsis (Isariopsis) griseola
(67% pertes)

90
CHAPITRE 7:
LES PRINCIPALES MALADIES DES RACINES ET TUBERCULES
(Diseases of Root and tuber crops): pomme de terre, manioc, macabo,
taro
1- Pomme de terre
a- Mildiou (late blight): Phytophthora infestans (71-100% losses)

91
92
b- Flétrissement bactérien de la pomme de terre (Bacterial wilt):
Ralstonia solanacearum (5 races )

93
c- Pourriture molle de la pomme de terre (Bacterial soft rot):
Erwinia carotovora pv. carotovora

94
2- Maladies du manioc
a- Mosaique africaine du manioc (Africa cassava mosaic): virus de
la mosaique africaine du manioc or African cassava mosaic virus
(20-70; 90% losses Ivory Coast and Uganda)
Vecteur: Bemisia tabaci (mouche blanche)

95
Les symptômes de la mosaïque du manioc sont
variables selon l'intensité de la maladie. Ils peuvent
varier de simple décoloration des feuilles (chlorose)
formant des motifs en « mosaïque », jusqu'à une
déformation des feuilles et un rabougrissement,
voire la mort, des plants dans les cas les plus
graves.
Indice de sévérité des symptômes :
0 = pas de symptôme ;
1 = la plante, conservant un port normal, est en partie indemne, mais des
symptômes de mosaïque couvrent 1/5e de la surface des feuilles sans
réduction ni déformation des lobes ;
2 = le port habituel est conservé, mais plus réduit que chez les plantes
normales ; la mosaïque, avec légère réduction et déformation du limbe,
touche les 2/3 de la surface foliaire ;
3 = le plant est rabougri et prend un port érigé du fait de l'absence de
ramifications ; forte réduction de la surface foliaire, presque tous les lobes
étant recroquevillés ;
4 = rameaux court-noués sont à peine développés, les feuilles sont réduites
au 1/10e de leur surface, les folioles étant pratiquement réduites aux 96
b- Cercosporioses du manioc (Cercospora leaf spots):
Trois variantes:
- Cercosporiose brune (brown leaf spot): Cercospora henmingsii
- Brulure foliaire (Blight leaf spot): C. vicosae
- Cercosporiose blanche
(white leaf spot): C. caribae

97
98
3- Maladies du macabo
a- Pourriture racinaire du macabo (cocoyam root rot) (90% losses
in Cameroon) : Pythium spp (Pythium myriotylum)

NB: Apparait dans les années 1970s au Cameroun et considérer a


tort par les producteurs (Sud-Ouest) comme la maladies de
panana (Fusarium oxysporum f. sp. cubense)
99
100
2- Maladies du taro
a- Mildiou du taro (taro blight) (90% losses in Cameroon) :
Phytophthora colocasiae

101
CHAPITRE 8:
LES PRINCIPALES MALADIES DES LEGUMES FEUILLES et FRUITS
(tomate, chou)

1- La fonte de semis (Damping off of seedlings): Pythium,


Phytophthora, Rhizoctonia, Fusarium, Botrystis, Sclerotinia, etc.

102
1- Maladies de la tomate
a- Mildiou (taro blight): P. infestans. Idem comme chez la pomme
de terre
b- Flétrissement bacterien (Bacterial wilt): R. solanacearum. Idem
comme chez la pomme de terre
c- L’alternariose (Early blight): Alternaria solani, A. alternata.
100% de pertes chez la tomate et 54% chez la pomme de terre au
Cameroun

Symptômes, Importance, Epidémiologie et Lutte 103


Symptômes, Importance, Epidémiologie et Lutte 104
2- Maladies du chou
a- Alternarioses du chou (dark leaf spot and gray leaf spot): 21-71%
pertes
Dark leaf spot: Alternaria brassicola. Prédomine dans les zones
chaudes (25-27oC)
Gray leaf spot: Alternaria brassicae. Prédomine dans les zones
froides (17-19oC)

Chacun de ces pathogènes se différencie par la taille et la forme des spores.


105
Importance
Les choux (chou fleur et pomme) sont attaqués par l'alternariose à tous les
stades de leur culture et sur tous leurs organes, des semences aux pommes,
en passant par les feuilles ou les graines des cultures porte-graines.

Symptômes
L'alternariose apparaît sur les feuilles des choux en culture sous forme de
symptômes différents. Sur la face supérieure, se développent de taches
grisâtres, circulaires ou ovales. A leur face inférieure, ce sont des taches
brun vert. Dans les deux cas, ces taches provoquent des nécroses,
mesurent de 5 mm à 1 cm de diamètre et se recouvrent, en période
humide, de fructifications réparties en zones concentriques.
Les taches provoquées par l'alternariose peuvent ensuite se développer
sur les pommes des choux. Elles laissent dans ce cas apparaître des points
noirs.

03/08/2021 106
Epidémiologie
Le champignon Alternaria brassicicola peut se conserver dans les
semences pendant plusieurs années.
La sporulation de ce champignon est optimale avec de forts taux
d’hygrométrie et des températures comprises entre 20 et 30 °C.
L’infection nécessite la présence d’eau libre sur le feuillage pendant au
moins 6 heures.
Les spores sont disséminées par le vent, les gouttelettes d’eau lors
d’éclaboussures et potentiellement par les insectes. A. brassicicola  peut
survivre dans les résidus de culture et sur certaines adventices.
Méthodes de lutte
• Un traitement thermique des semences peut être réalisé s’il existe une
suspicion de contamination : trempage pendant 20 minutes à 50°C.
• Utiliser les variétés tolérance à l’alternariose
• Limiter l’irrigation par aspersion qui favorise le phénomène de splashing
et donc la dissémination du pathogène
• Éviter de mettre en place une nouvelle culture de chou proche d’une
parcelle contaminée, détruire les résidus de culture.
• Rotations culturales n’incluant pas de plantes de la famille des
03/08/2021 107
brassicacées
CHAPITRE 9: Les principales maladies des plantes oléagineuses
(palmier à huile et cocotier)
1) La fusariose vasculaire du palmier à huile
Agent causal: Fusarium oxysporum f.sp. elaeidis
C’est une trachéomycose dont l’agent pathogène vit dans le sol et
dans le stipe. Dans des conditions écologiques favorables, il peut
affecter plus de 6 tonnes d’huile par hectare/an.

108
Symptômes
La fusariose commence par le jaunissement
puis le brunissement d’une feuille de la
couronne. Ces symptômes apparaissent ensuite
sur les autres feuilles. Il s'ensuit une
obstruction des vaisseaux, entraînant plus ou
moins rapidement le dépérissement puis la
mort du palmier.

Epidémiologie

Méthodes de lutte

109
2) La cercosporose du palmier à huile

Epidémiologie

Méthodes de lutte 110


CHAPITRE 10: LES PRINCIPALES MALADIES DES PLANTES
TEXTILES (Coton)

1) Tache angulaire des feuilles ou brûlure


bactérienne (Angular leaf spot/bacterial blight)
Agent causal: Xanthomonas campestris pv malvacearum; 32 races
existent

Symptômes:
Toutes les organes aériens de la plante sont susceptibles à la maladie.

111
Symptômes et importance économique:
Plantules: la bactérie s’associe aux champignons qui causent la
fonte de semis
Feuilles: présence de nécroses limitées par les nervures
Tige: lésions noires ou brunes pouvant aboutir à un chancre
responsable de la chute des branches ou de la plante entière
Capsules: taches pale vertes circulaires qui deviennent plus tard
noires. Dans ++cas, la bactérie est associée aux microorganismes
saprobiques.
Pertes: 77% (varient en fonction du stade phénologique auquel se
trouve la plante au moment de l’infection)
Epidémiologie:
Développement de la maladie: Précipitations ou irrigation élevées
sont favorables à la bactérie. Dissémination de la bactérie: par les
semences, vent, pluies, insectes. Parasite de faiblesse (pénétration
par les stomates , blessures ou insectes)
Lutte:
Brûler les résidus de récolte, traiter les semences, utiliser les variétés
112
résistantes ou tolérantes
2) Flétrissement du Cotton (Cotton wilt)
Agent causal: Fusarium oxysporum f. sp. vasinfectum (dans les sols
sableux) et Verticillium albo-atrum (dans les sols argileux)
Symptômes:
Décoloration chlorotique des feuilles et/ou au niveau des marges
foliaires qui fanent aux périodes chaudes de la journée. En cas de
fortes attaques, les feuilles des tissus du méristème apical se
dessèchent, tombent et la plante meurt. Coloration brune des
vaisseaux.

113
Symptômes et importance économique:
Les dégâts causés par les 2 agents pathogènes sont similaires sur les
jeunes plants. Cependant, la fusaroise est plus domageable que la
verticilliose chez les sujets adultes.

Epidémiologie:
Fusarium oxysporum mène normalement un mode de vie saprobique
dans le sol. Gamme d’hôtes; gombo, tabac et soja. Pénètre à travers
les extrémités des racines. Infections favorisées par les blessures
crées par les nématodes à galles. Conditions environnementales
favorables: sols acides, sablonneux, humides et températures de 24-
32oC.
NB: Les conditions d’excès d’N du sol et températures ˂20oC sont
favorables à la verticilliose
Lutte:

114
CHAPITRE 11:
LES PRINCIPALES MALADIES DES PLANTES A
CAOUTCHOUC
(Hévéa)
1) Le gui d’Afrique (African
mistletoe)
Loranthacece d’Afrique
Nom scientifique: Phragmanthera
capitata, Tapinanthus preussii. T.
preussii est l’espèce la plus dominante
au Cameroun

115
116
Symptômes et importance économique:
Plante chorophylienne parasitant les organes aériens des arbres à
fleurs jaune-orange et fruits rouges à bleu vert à maturité. Les
branches parasités privées d’eau et des éléments minéraux se
dessèchent et tombent

Epidémiologie:
Dispersion par les oiseaux (vecteurs du parasite). Les graines
déposées sur les branches germent en émettant un haustorium qui
perce l’écorce et pénètre dans les cellules pour les parasiter puis on
observe un développement des premières feuilles chlorophylliennes
du parasite.
Lutte:
Control mécanique concerté, scarifier la base du parasite et
appliquer le Garlon à 2,5% pour défolier le parasite, utiliser des
épouvantails pour chasser les oiseaux

117
CHAPITRE 12. Pathologies forestières
Introduction et terminologies

La pathologie forestière (pathos=maladie et logos=science ou


étude): science qui étudie les maladies des arbres et des forêts dans
le but de les contrôler. Sous-discipline de la Phytopathologie
(phytos=plante)
03/08/2021 qui est elle-même une sous-discipline de la 118
119
120
121
03/08/2021 122
03/08/2021 123
TERMINOLOGIES:

-Plante-hôte , Plante non hôte 

- Notion de parasitisme: 
Parasite (ectoparasite, endoparasite, parasite obligatoire,
parasite facultatif, hyperparasite)

Exemples d’hyperparasite: Trametes odorata, Polyporus


fibrillosus, Fomes marginatus, Comophora cerebella
antagoniste à Armillariella mellea

124
Concept d’agent pathogène:
-Agent pathogène, agent phytopathogène (cosmopolites,
polyphages)

Concept de maladie: 
- Maladie infectieuse, maladie non infectieuse
- Trachéomycose, trachéobactériose
-Pouvoir pathogène,
-Pathogenèse: arrivé, fixation, infection et sporulation,
dispersion et conservation
- Inoculum

125
Qu’en dit-on d’une forêt qu’elle est en bonne santé?
Capacité d’assurer ses fonctions éco physiologiques normales et
d’offrir des services à son environnement physique et biotique.

NB:
- En situation d’équilibre, insectes et microorganismes sont une
composante normale de l’écosystème forestier ; on parle alors
d’une présence endémique. Ils accélèrent la mort des arbres âgés
et des plantes à faible génétique ou stressées et dégradent le
matériel végétal mort. On dit de ce fait qu’ils recyclent la matière
végétale organique.

- En revanche, en situation de déséquilibre (perturbation


écologique ou apparition d’épidémies), insectes et maladies
attaques aussi des arbres parfaitement sains

126
Portes d’entrée des agents pathogènes dans les tissus de
l’arbre:

Trois voies possibles:


1) Ouvertures naturelles de certains organes (stomates, lenticelles,
hydathodes, nectarthodes au niveau du nectar pour le cas
spécifique des bactéries) ;
2) Pénétration directe ou active (pression mécanique exercée par
les spores en germination) et

3) Blessures naturelles ou accidentelles lors des opérations


sylvicoles
Philosophie de la protection des forêts :
Consiste en une suite logique d’actions à entreprendre en vue
d’assurer leur santé. Ces actions sont : la détection de la maladie, le
diagnostic de la maladie, le pronostic et, enfin, l’intervention, si
nécessaire. 127
La détection d’une maladie:
Elle se fait par l’observation directe ou indirecte (chirurgie
végétale) des signes et des symptômes.

Exemple de signes (pustules jaunes orangé des rouilles sur les


aiguilles et tiges chez le pin, charbon des fleurs et des inflorescences
chez Triplochiton scleroxylon, périthèces d’Ophiostoma novo-ulmi,
pycnide de l’agent du chancre chez l’Eucalyptus dû à Diaporthe
cubense, pourridiés agaric (Armillaria mellea) sur racines d’arbres
forestiers, se champignon peut s’étendre sur plusieurs kilomètres à
la surface du sol forestier fortement infecté, acervules des agents de
l’anthracnose, gommes, gommoses, tyloses, tumeurs, etc.) et

Exemples de symptômes (nécroses foliaires, et caulinaires, taches,


défoliation, dessèchement des plantules et des rameaux, décoloration
du limbe et des nervures, énation, etc.).
128
Les plantes parasites
Les épiphytes
ls utilisent les végétaux comme support et en dépendent quasimen
u point de vue nutritionnel. Ils sont photosynthétiques et
btiennent leur nutriment de l’air et des eaux de pluies
Ex : lichens, fougères/ferns, mousses/mosses).
Lutte: les extirper de l’arbre.

03/08/2021 129
03/08/2021 130
Les plantes grimpantes
lles obtiennent leurs nutriments du sol et fabriquent leurs hydrate
e carbone lors de la photosynthèse (Ex : Ipomea congesta à fleurs
pourpres). Lutte : arracher et laisser les racines séchées pour éviter
régénération de la Convolvulaceae parasite.

03/08/2021 131
Les plantes grimpantes

03/08/2021 Wisteria floribunda 132


Les plantes à fleurs
es plantes parasitent à fleurs se regroupent en deux catégories :
s parasites des racines et des tiges et les parasites des organes
ériens.
es plantes parasites des racines et des tiges :
s se développent sur les racines et tiges des plantes ; le plus couran
st le striga (Striga hermonthica, S. asiatica) facilement reconnaissab
ar la couleur rose/pink de ses fleurs. Ce parasite cause le
aunissement, le rabougrissemnt des plants et des feuilles.
es infections sévères occasionnent le flétrissement des plantes ; il
bsorbe les substances nutritives dans les cellules-hôtes par
intermédiaire des haustories/ haustoria.

03/08/2021 133
Les plantes parasites des organes aériens :
On distingue deux groupes: les Hémiparasites et les
Holoparasites ou vrais parasites.

Les Hémiparasites sont chlorophylliens et réalisent


normalement la photosynthèse. Cependant, ils dépendent des
végétaux qu’ils colonisent uniquement pour les besoins
hydriques et minéraux. Ils causent des dommages sur les
plantes en les envahissant et en perturbant leurs fonctions
physiologiques normales. L’absorption se fait aussi à travers
des organes spécialisés appelés haustories. Ex : Loranthus
sp. /mistletoes .

Les Holoparasites sont dépourvus de chlorophylle et dépendent


totalement de l’hôte comme support physique et pourvoyeur
des substances nutritives. Ex : Cuscuta spp./dodders et
03/08/2021 134
Orobanche spp./broomrapes
03/08/2021 135
Les algues
Elles ont une structure similaire à celle des champignons mais
en diffère principalement de par l’absence de chlorophylle.
Elles sont unicellulaires, coloniales ou filamenteuses. Les
algues phytopathogènes appartiennent au groupe des Algues
chlorophylliennes. Ex : Cephaleuros virescens qui parasite les
feuilles des arbres.

03/08/2021 136
Maladies des plantules et des arbres
d’importance économique du Cameroun
Un pathosystème est l’ensemble formé des facteurs qui concourent
’expression d’une maladie (Ex : arbre sensible, environnement
daphique et climatique favorables au développement des agents
pathogènes agressifs). L’absence de l’un des facteurs brise le cycle
ce triptyque se résume cous le concept de triangle de la maladie ou
riangle d’un pathosystème.

03/08/2021 137
Types de maladies

03/08/2021 138
03/08/2021 139
Types de maladies
1) Les maladies des semences
Les pourritures de semences (Botryodiplodia theobromae,
Fusarium oxysporum, Rhizopus sp),

03/08/2021 140
2) Les maladies des plantules
- Maladies de post-
émergence

- Maladies de pré-émergence

les nécroses et anthracnoses (Colletotrichum


gloeosporioides) ; les fontes de semis caractérisées par les
pourritures des graines dans le sol et le flétrissement des
jeunes pousses (fonte de post-émergence, due à Fusarium
spp.), le flétrissement de la tige (fonte de pré-émergence) suivi
de la mort rapide des plantules et les pourritures des racines
(Pythium spp., Phytophthora spp., Cylindrocarpon spp.,
Rhizoctonia spp., etc.) ;

03/08/2021 141
03/08/2021 142
- l’anthracnose des feuilles
- les rouilles des aiguilles et des tiges de conifères et des feuilles de
feuillus (taches jaunes et fructification orangées sur les aiguilles et
sur les deux faces du limbe des feuillus, chute prématurée des
aiguilles et des feuilles dues à Melampsora spp., Puccinia spp.,
Pucciniastrum spp., Coleosporum spp., etc.) ;
-la moisissure grise du collet due à Botrytis cinerea ;
-- les moisissures sur les plants entreposés (Penicillium spp.,
Fusarium spp., Rhizopus spp., B. cinerea, Epicoccum nigrum,
Cylindrocarpon spp., etc.) ;
-les carences minérales qui se manifestent par la chlorose du
feuillage, le développement anormal des plantules et le
ralentissement de croissance ;
- l’asphyxie du sol (due à l’excès d’eau) qui cause la chlorose du
feuillage, le noircissement et la pourritures des racines, la mort des
plantules ;
- la brûlure du collet (sol excessivement chaud)
03/08/2021 143
3) Maladies du système racinaire
a) Les Maladies des racines fines (plantules)
Les fontes de semis et les pourritures constituent les principales
maladies des racines des plantules.

03/08/2021 144
03/08/2021 145
Moyens de lutte : elles permettent de diminuer les risques d’infecti
1. Méthodes
culturales 3. Protection
• Choix du site physique
• Régie de culture • Solarisation

2. Protection 4. Protection biologique


chimique • Mycorhizes
• Traitement des • Sols suppressifs
graines (microorganismes
• Traitement du sol produisant antibiotiques)
par fumigation
(homologation ?)

03/08/2021 146
Fig. Fumigation (gauche) et solarisation du sol (droite).

03/08/2021 147
) Les maladies des racines fortement lignifiées (grosses racines)
es pourridiés sont les principales maladies qui affectent les grosses
acines. Ils entrainent la mort du cambium et sa décomposition
nstallation des caries) et sont dus aux espèces du genre Armillaria.
rmillaria sp. : Le plus gros organisme du monde?

03/08/2021 148
Conditions favorisant la maladie (pourridiés)
1) En plantation, associée à un mauvais choix
d’essences ou à de mauvaises pratiques.
2) En forêt naturelle, associée à des milieux
perturbés (dépérissement, épidémie d’insectes) et
des forêts dégradées.
03/08/2021 149
Lutte préventive (empêcher ou Éradication (élimination de
diminuer les risques d’infection) l’agent pathogène)
1) Maintien de la vigueur et de la 1) Extraction des souches et
santé des peuplements et de la des grosses racines suivies de
forêt leur enfouissement ou
2) Choix de sites appropriés combustion (FCFA !!!)

3) Espacement raisonnable des 2) Replanter les espèces


plants/densité moins susceptibles

03/08/2021 150
) Maladies des tiges et des branches
es parties ligneuses des arbres telles que le tronc/ tiges et les branches
omme les tissus succulents des plantules, sont des organes vivants avec
es cellules riches en hydrates de carbone /sucres et par conséquent
xposés aux microorganismes pathogènes d’une part et à certaines
onditions environnementales défavorables d’autre part.
) Les maladies vasculaires (flétrissements/wilts)

03/08/2021 151
Caractéristiques :

- Production de toxines qui affectent la transpiration et la


perméabilité des parois cellulaires
- Obstruction des vaisseaux par les gommes et les thylles
produits par la plante
- Obstruction par l’agent pathogène des vaisseaux au niveau des
plaques perforées (accumulation de matériel fongique)
- Augmentation de la viscosité de la sève due à la mise en
solution des produits de décomposition des parois cellulaires
- Dysfonctionnement des vaisseaux dû à l'attaque des cellules de
parenchyme
- Cavitation (embolie) due à la formation de bulles d'air suite à
la décomposition des parois cellulaires.
03/08/2021 152
03/08/2021 153
03/08/2021 154
) Les chancres
hancre ≠ blessure : un chancre est une nécrose localisée au niveau
u cambium (phloème) provoquée par l’action d’un agent pathogèn

Fig. Chancre diffus, cochenilles sur l’écorce (insectes facilitateurs de la


pénétration des saprophytes)
03/08/2021 155
Fig. Apothèces visibles sur l’écorce
03/08/2021 156
Variantes :
Chancres diffus (Ex : chancre hypoxylonien) 
Chancres pérennes (Ex : chancre nectrien) 
Chancres annuels (Ex : chancre Fusarien) 
Chancres de faiblesse causés par les saprophytes sur des arbres
vieillissants
Impact :
1) Perte de matière ligneuse plus ou moins importante selon l'utilisation
(déroulage, sciage, pâte et production de sève) ;
2) Porte d'entrée pour les champignons de carie
3) Risque accru de bris ;
4) Réduction de croissance (chancres qui affectent la cime) ;
5) Cause de mortalité (chancres diffus) ;
6) Perte de qualité esthétique en ornementation.
03/08/2021 157
Lutte :
1) Hygiène (diminuer le niveau d'inoculum et favoriser les arbres
sains) ;
2) Récolte sanitaire: enlever les arbres chancrés et éliminer les
portions de tige infectées ;
3) Protection (diminuer les risques d'infection) ;
4) Favoriser l'élagage des branches le plus rapidement possible
pour réduire les risques de blessure ;
5) Chirurgie végétale (éliminer l’agent pathogène) :

03/08/2021 158
c) Les rouilles caulicoles
Les rouilles sont des maladies causées par un groupe particulier de
hampignons appelés rouille en raison de la couleur orangé de leurs
fructifications .
Caractéristiques des rouilles :
- Champignons basidiomycètes appartenant à l’ordre des
Urédinales (≈5000 espèces)
- Coloration orangée des spores d’un des stades
- Parasites obligatoires (biotrophes); infection de tissus vivants;
organismes très spécialisés (races)
- Ont généralement 5 stades correspondant à 5 types de
fructifications et de spores
- Ont généralement besoin de 2 hôtes pour compléter leur cycle
vital
Lutte:
03/08/2021 159
Idem que les chancres
Fig. Ex typiques de rouilles : rouille vésiculeuse du pin blanc
Cronartium ribicola) et rouille tumeur du pin gris (Endocronartium harknessi)

03/08/2021 160
5) Maladie foliaires des jeunes pousses (bourgeons)
Les maladies foliaires causent généralement peu de dommages sur les
arbres en forêt. Leur incidence et sévérité est plus marquée chez les
plantules d’arbres et chez les plantes cultivées. Elles se présentent
généralement sous forme de nécrose localisée ou généralisée des tissus
défoliation).

a) Groupe des Feuillus : Brûlures/blights foliaires chez Tectona


grandis, taches foliaires/leaf spots (lésions nécrotiques localisées et ±
circulaires) chez T.scleroxylon et nécroses chez R. heudelotii

03/08/2021 161
Mosaïques/mosaics (maladies virales causant une panachure des
tissus, Anthracnose/anthracnosis (plages de tissus nécrosés de
forme irrégulière), Brûlures des pousses annuelles, Blancs/powdery
mildews (duvet blanchâtre de mycélium sur le limbe, Oïdium),
Fumagine/Smooty mold (couche dense et noirâtre de mycélium
saprophyte à la surface des organes due à la présence d’exsudats
sucrés produits par les pucerons).

03/08/2021 162
b) Groupe des Résineux : Rouilles et brûlures/blights des
aiguilles (nécroses suivies de brunissement, chute des pousses et des
aiguilles) et des gommoses

03/08/2021 163
03/08/2021 164
Méthodes de Lutte
1) Élimination physique des sources d'inoculum (ramassage et
élimination des feuilles infectées)
- élimination complète impossible
- sources d'infection non contrôlées

2) Éradication chimique ou biologique des sources d'inoculum

3) Éradication chimique du pathogène dans la plante


(dans les heures suivant l’infection)
- fongicide éradiquant (systémique) avec effet de rétroaction
- fréquence d'utilisation basée sur la détection des périodes
d'infection.
03/08/2021 165
4) Méthodes sylvicoles
- Protection biologique
- Contrôle de la compétition herbacée, Champignons,
actinomycètes
5) Immunisation contre la rouille des feuilles chez les peupliers hybrides
(Amélioration génétique de la résistance)

03/08/2021 166
7) Maladies abiotiques et dépérissement des arbres
et des forêts
Les maladies abiotiques sont des dommages dus à des
conditions écologiques extrêmes, des variations brusques des
conditions écologiques et à des facteurs externes inhabituels.
Causes possibles de dommages :
- La température (chaude ou froide) extrêmes et variations
brusques
- Effets de la chaleur : une température trop élevée (chaleur trop
intense) généralement associée à l’action directe des rayons du
soleil peut causer des dommages surtout si un arbre ou certaines
parties d’un arbre ne sont habituellement pas exposées au soleil.
- Les conditions d’humidité du sol sécheresse et inondation

03/08/2021 167
Des traumatismes divers:
- Vent, neige, verglas, grêle, foudre
- Feux
- Insectes, champignons, animaux, Homme
Des conditions édaphiques néfastes:
- Physiques: changement de niveau, compaction
- Chimiques: matières toxiques, sel de déglaçage
- Déficience ou excès de nutriments
La pollution atmosphérique et édaphique:
- Pollution chronique, aiguë et «accidents» chimiques
Ex. de symptômes pathologiques dus à la chaleur:
• Échaudage: Brunissement des tissus tendres (feuilles)
Cause: action directe des rayons du soleil
• Fendillement (nécrose localisée au niveau de l’écorce et
du cambium
Cause: action directe des rayons du soleil (essences à écorce lisse).
03/08/2021 168
03/08/2021 169
03/08/2021 170
8) Les dépérissements
Ce sont des maladies sans cause apparente ; une réaction non
spécifique des arbres à divers stress. Ainsi, de nombreuses causes
abiotiques (teneur en SO2 et/ou en O3, etc.) et biotiques sont
associées au dépérissement ; aucun facteur pris individuellement
ne peut expliquer cette maladie.

C’est donc une maladie qui résulte de l’action conjuguée de


plusieurs causes, ou facteurs de stress abiotiques et biotiques, dont
l’action consécutive ou concomitante et les effets cumulatifs
provoquent l’affaiblissement progressif et la mort des arbres.

03/08/2021 171
03/08/2021 172
Causes du dépérissement
Causes générales :
Présentes en même temps sur un vaste territoire
Varient en intensité

Causes locales :
Varient selon les endroits
Varient dans le temps
Varient en intensité
NB : l’intensité du dépérissement varie selon la nature et l’intensité des
facteurs de stress.

03/08/2021 173
Symptômes associés au dépérissement
- Détérioration progressive du système racinaire
- Dimension réduite et chlorose des feuilles
- Diminution de la croissance radiale et méristématique
- Coloration automnale plus hâtive
- Baisse des réserves en amidon dans les racines
- Cicatrisation plus lente des entailles
- Feuillage clairsemé & rosettes
- Mort progressive des rameaux de l’extérieur vers l’intérieur de la
cime (Mort en cime)
- Apparition de branches adventives sur le tronc (Feuillus)
- Mort de l’arbre
- Décollement de l’écorce

03/08/2021 174
9) Caries des arbres, colorations/bleuissement
et préservation du bois
La carie est une décomposition enzymatique des parois cellulaires des
cellules du bois accompagnée de changements plus ou moins prononcés
dans les propriétés physico-chimiques du bois.

03/08/2021 175
Enzymes de décomposition :
Cellulases (enzymes intracellulaires) : décomposent la cellulose
Hémi cellulases : assurent la décomposition des hémicelluloses
Oxydases : Décomposent de la lignine

03/08/2021 176
03/08/2021 177
Facteurs déterminants dans le processus de carie?

03/08/2021 178
Etiologie (agents causaux des caries) :
Armillaria mellea (pourriture/carie rouge des racines),

Rigidosporus lignosus (autrefois Fomes lignosus, cause la pourriture


lanche des racines) dégrade la lignine et la cellulose,

hellinus noxius (autrefois Fomes noxius, responsable


e la pourriture brune des racines) dégrade uniquement la cellulose.
03/08/2021 179
03/08/2021 180
03/08/2021 181
Moyens de lutte contre la carie
) Défenses internes propres à l’arbre : le compartimentage de la carie
) (Modèle CODIT, Alex Shigo)
Le mur 1 disposé transversalement
au xylème s’oppose à la progression
axiale ou longitudinale de l’infection.
Le mur 2 résiste à la progression
radiale des agents pathogènes.
Le mur 3 empêche l’évolution
latérale ou tangentielle.
Le mur 4 est formé dans le plan du
cambium quelques jours après le
début de l’infection et assure la
protection du bois jeune et du
cambium qui sont des tissus
essentiels pour la croissance et la
survie de l’arbre ; c’est le mur le
plus résistant et sert de barrière
anatomique et chimique entre les
03/08/2021 tissus sains et les tissus infectés. 182
03/08/2021 183
03/08/2021 184
b) Lutte préventive (Minimiser les risques de blessures)
- Adoption des mesures particulières lors des interventions
- Favoriser un élagage naturel rapide (densité) ou adopter de
pratiques d'élagage saines.

C) Stratégies de réduction des pertes (Réduire l’impact de la


carie)
- Élimination des arbres les plus cariés lors des interventions
partielles (indicateurs de carie)
- Prise en compte de l'évolution de la carie pour fixer le moment
approprié de la coupe finale (révolution pathologique)

03/08/2021 185
Préservation du bois

10) La préservation du bois


Les champignons qui détériorent la qualité du bois en stock
Ex du Port Autonome de Douala) sont :

Penicillium sp., Aspergillus sp. et Trichoderma sp. (responsable de


a décoloration du bois) ;

Ceratocystis sp. et Cystospora sp. (décoloration du bois jeune) ;

Ganoderma sp., Polyporus sp. (responsables de la pourriture brune suite


à la destruction de la cellulose) ;

Chaetonium sp. (pourriture molle).

Produits utilisés pour la préservation du bois :


Creosole, pentachlorophenol (PCP), pentachlorophenate de sodium,
els minéraux et cuivre, borax, etc..
03/08/2021 186
Préservation du bois

Lutte préventive :
• Sécher le bois en dessous du PSF.

• Stérilisation du bois à la vapeur chaude ;

• Récolter le bois mature

Traitement du bois frais en cas d’attaques:


• Traitement par diffusion au chlorure de zinc.

• Application du sulfate de cuivre sur la blessure après abatage


lorsque les feuilles sont encore fixées sur les branches

• Récolter le bois mature


NB : Lutte chimique  contre insectes et champignons est onéreuse.

03/08/2021 187
Chapitre 15. Pathologies de post-récolte des
produits forestiers non ligneux (PFNL)

03/08/2021 188
Anthracnose des fruits chez G. kola, Cola acuminata, P. americana et D. edulis ;
pourritures chez P. nigrum, C. sweinfurthii et Cassimanga ; moisissures grise chez
les graines de I. gabonensis et de R. heudelotii
03/08/2021 189
03/08/2021 190
03/08/2021 191
03/08/2021 192
Symptômes ?

Méthodes de lutte
Lutte chimique ?
Respect des bonnes méthodes/techniques de récolte des fruits,
d’extraction des graines, de séchage, d’entreposage et de conservation
Méthodes de lutte alternatives/Biopesticides

03/08/2021 193
Merci !
03/08/2021 194