Sie sind auf Seite 1von 12

Olympiades Suisses de Physique

Tour final

Aarau, 2 avril 2016

Partie théorique 1 : Problèmes – 3 questions

Durée : 150 minutes


Cotation : 48 points (3·16)
Moyens autorisés : - Calculatrice sans base de données
- Matériel pour écrire et dessiner
NB : Commencez chaque problème sur une nouvelle feuille

Bonne chance !
Supported by :

Staatssekretariat für Bildung und Forschung und Innovation


BASF (Basel)
Deutschschweizerische Physikkommission VSMP / DPK
Materials Science & Technology
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
ETH Zurich Department of Physics
Fondation Claude & Giuliana
ERNST GÖHNER STIFTUNG Ernst Göhner Stiftung, Zug
Hasler Stiftung, Bern
Metrohm Stiftung, Herisau
neue kantonsschule aarau
Neue Kantonsschule Aarau
Novartis International AG (Basel)
Quantum Science and Technology
F. Hoffman-La Roche AG (Basel)
Société Valaisanne de Physique
Swiss Academy of Engineering Sciences SATW
Swiss Physical Society
Syngenta AG
Università della Svizzera italiana
Universität Bern FB Physik/Astronomie
Universität Zürich FB Physik Mathematik
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

Constantes fondamentales
Vitesse de la lumière dans le vide c = 299 792 458 m·s−1
Perméabilité du vide µ0 = 4π × 10−7 kg·m·A−2 ·s−2
Permittivité du vide ε0 = 8.854 187 817 × 10−12 A2 ·s4 ·kg−1 ·m−3
Constante de Planck h = 6.626 069 57 × 10−34 kg·m2 ·s−1
Charge élémentaire e = 1.602 176 565(35) × 10−19 A·s
Constante gravitationnelle G = 6.673 84(80) × 10−11 m3 ·kg−1 ·s−2
Accélération de la pesanteur g = 9.81 m·s−2
Nombre d’Avogadro NA = 6.022 141 29(27) × 1023 mol−1
Constante universelle des gaz parfaits R = 8.314 459 8(48) J·mol−1 ·K−1
Constante de Boltzmann kB = 1.380 648 8(13) × 10−23 J·K−1
Constante de Stefan-Boltzman σ = 5.670 373(21) × 10−8 W·m−2 ·K−4

Formules

cos(α + β) = cos(α) cos(β) − sin(α) sin(β)


p
A cos(α) + B sin(α) = (A2 + B 2 ) cos(α − arctan(B/A))

1 sur 7
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

Problème 1 : Un voyage aux conns de car l’effet Seebeck dépend de la différence de


l'univers (16 points) température et donc seulement indirectement de
Le 19 janvier 2006 la sonde spatiale “New Ho- la puissance thermique. Sachant que 1kg de di-
rizons” est lancée dans l’espace pour un voyage de oxyde de plutonium produit 390 W de puissance
quelque 4.77 × 109 km et d’une dizaine d’années thermique, quelle est la masse de carburant radio-
jusqu’à Pluton. La sonde, qui pèse 478 kg, est actif nécessaire pour produire 200W de puissance
dotée de plusieurs instruments destinés à étudier la électrique quand la sonde passe vers Pluton si le
planète et ses environs sous toutes leurs coutures. temps de voyage est de 9 années, 5 mois et 20 jours
Vous allez vous intéresser à la source d’énergie de et que l’effet Seebeck a une efficacité de transfert
la sonde et à l’un de ses instruments lors de ce thermique-électrique de 5.5% ?
problème. v. (1 pt) Pourquoi ne pas avoir simplement équipé
la sonde de panneaux solaires ?
Partie B. On sonde l’atmosphère (8 points)
Le spectromètre UV “Alice” a pour but d’ob-
server la teneur en azote, dioxyde de carbone,
méthane et hydrogène dans l’atmosphère de Plu-
ton. Un spectromètre UV consiste essentiellement
en deux éléments : un réseau de diffraction et
un détecteur. Le réseau de diffraction réfléchit
la lumière de longueur d’onde différentes sous
différents angles et les rayons sont interceptés par
le détecteur. Ce dernier consiste en un écran de
pixels photosensibles qui vont pouvoir compter le
nombre de photons reçus à une certaine position.
Cela fournit une mesure de l’intensité du signal à
la longueur d’onde de la lumière projetée à cette
Fig. 1 – La sonde spatiale “New Horizons”
position. Il n’y a pas d’applications numériques.
Partie A. Le plein s’il vous plaı̂t (8 points)
Comme le voyage pour Pluton dure presque dix
ans et que la sonde spatiale a besoin d’une source
d’énergie stable pour faire fonctionner ses instru-
ments, les scientifiques l’ont dotée d’un générateur
thermoélectrique à radioisotope au dioxyde de plu-
tonium. Ce dernier va émettre des particules α
qui vont le chauffer. La chaleur va ensuite être
conduite sur une jonction de deux matériaux. La
différence de température entre un bord et l’autre
de la jonction va produire de l’électricité par ce
qui est appelé l’effet Seebeck.
i. (1 pt) De quoi est constituée une particule α ?
ii. (2 pts) Sachant que l’activité du dioxyde de
plutonium est de 1.4 GBq 4 mois après le départ
de la mission et de 1.391 73 GBq 13 mois après le
Fig. 2 – Le réseau de diffraction a une largeur L et le
début de la mission, calculez la demi-vie T1/2 de
détecteur une largeur l
cet isotope.
iii. (2 pts) Combien de particules α ont été émises Les longueurs d’onde qui intéressent les scien-
durant ce laps de temps ? tifiques de la mission couvrent un plage de λmin =
iv. (2 pts) La puissance thermique fournie par 48 nm à λmax = 188 nm, cela impose donc des
la désintégration évolue au cours du temps selon contraintes sur les dimensions du détecteur. Un
la loi Pth = Pth0 2−t/T1/2 et la puissance électrique schéma simplifié du spectromètre est représenté
selon la loi légèrement différente Pe = Pe0 2−2t/T1/2 sur la Fig. 2

2 sur 7
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

i. (1 pt) Pour des diffractions du premier ordre, le centre du détecteur ? Le point P est défini par
calculez les valeurs extrémales des angles de dif- l’intersection du plan du détecteur et de la nor-
fraction θmin et θmax et indiquez à quelles lon- male au détecteur passant par le milieu du réseau.
gueurs d’onde elles correspondent. Le réseau de Pas d’application numérique pour cette question
diffraction possède N lignes par mm. v. (2.5 pts) Le réseau de diffraction est uti-
ii. (0.5 pts) Quel est l’angle optimal θD entre la lisé dans le spectromètre car il permet de séparer
normale au réseau et la normale au détecteur ? spatialement les faiseaux de longueurs d’onde
iii. (3 pts) Soit DD la distance entre le plan différentes. Supposez que le réseau de diffraction
du détecteur et le centre du réseau de diffraction. peut être approximé par un point par rapport à
Quelle doit être la largeur l minimale du détecteur la distance DD . Expliquez comment trouver la
afin de ne perdre aucune longueur d’onde du si- plus petite distance DD afin que les projections
gnal ? Exprimez votre réponse en fonction de la de deux faisceaux de longueurs d’ondes différant
largeur du réseau de diffraction L, des angles θmin , de ∆λ soient au minimum séparées de ∆l sur le
θmax et θD ainsi que de la distance DD . Pas d’ap- détecteur. Remarque : exprimez DD en fonction
plication numérique pour cette question de θ1 = θ(λ), θ2 = θ(λ + ∆λ), θD et ∆l.
iv. (1 pt) A quelle distance du point P se trouve

3 sur 7
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

Problème 2 : Moteur synchrone (16 points) ii. (1 pt) Considérez maintenant le moteur
avec l’aimant permanent mais sans qu’il ne soit
connecté à une source de tension externe. L’aimant
permanent est mis en rotation par un moment de
force externe et tourne à une fréquence ωmec . Le
dispositif sert alors de générateur. Quelle est l’in-
tensité de la tension induite Uind (t) dans chacune
des bobines ?
Partie B. Un courant indésirable... (7.5 points)
Par la suite, on supposera que le moteur est
déjà allumé et en rotation, qu’il tourne avec une
vitesse constante et qu’il n’y a pas de déphasage
entre U (t) et Up (t).
i. (2 pts) Le moteur est entraı̂né grâce à une
Fig. 3 – Schéma du moteur synchrone tension alternative U (t) = U0 cos(ωt). La rotation
à vitesse contante de l’aimant permanent change
Le moteur synchrone est une variante du mo- le flux magnétique φp (t) à travers les bobines
teur électrique. Il consiste en un aimant per- en fonction du temps, ce qui induit une tension
manent monté de façon à pouvoir tourner entre Up (t) dans ces dernières. La différence de tension
deux électroaimants statiques (voir Fig. 3). En U (t) − Up (t) induit un courant dit de réaction.
changeant constamment la polarité de la tension Ce dernier va générer à son tour un changement
dans les bobines, on modifie le champ magnétique de flux magnétique φb (t) . Le changement dans le
généré par ces dernières de façon à ce qu’il s’op-temps de la somme φp (t) + φb (t) induit une ten-
pose toujours à celui de l’aimant permanent afin sion égale à la tension alternative U (t). Pour une
de l’entraı̂ner dans un mouvement rotatif. fréquence ω donnée il existe une valeur de tension
Nous faisons les hypothèses suivantes pour le de crête U0 pour laquelle il n’y a pas de courant
traitement du problème : de réaction. Trouvez U0 en fonction de ω.
– La résistance électrique des bobines est ii. (2.5 pts) Si maintenant le moteur fonctionne
nulle. Le nombre de spires de chacune avec une tension supérieure à celle calculée en B. i),
des deux bobines est N , l’inductance de il y a donc un courant de réaction. Déterminez le
chaque bobine est L. Les deux bobines sont courant Ib (t). Le courant de réaction est-il de na-
connectées en série à la source de tension ture capacitive ou inductive ?
(voir Fig. 3).
– La partie tournante du moteur ne subit pas
de frottements.
– L’aimant permanent tournant dans le centre
entraı̂ne une variation du flux du champ
magnétique, de sorte qu’à vitesse constante
une tension alternative sinusoı̈dale est in-
duite dans chacune des bobines. Le flux
magnétique est indépendant du moment de Fig. 4 – Schéma du circuit électrique
force appliqué par le moteur, et sa valeur de
iii. (3 pts) Les courants de réaction sont
crête est Φ0 .
indésirables dans le réseau électrique car un cou-
Partie A. Essais à vide (1.5 points) rant circule alors qu’aucun travail n’est accompli.
Dans la première partie le moteur synchrone Pour compenser ces courants de réaction, on peut
ne fournit pas de moment de force. brancher un condensateur parallèlement au circuit
i. (0.5 pts) L’aimant permanent est retiré du mo- du moteur comme indiqué sur la Fig. 4. Le rôle
teur et les bobines sont connectées à une source de ce dernier est qu’aucun courant ne circule vers
de tension sinusoı̈dale U (t) = U0 cos(ωt). Quelle la source de tension. Déterminez la capacité du
est l’intensité du courant I(t) dans les bobines en condensateur en fonction des paramètres suivants :
fonction de U0 , L et ω ? la valeur de crête de la tension U0 , la pulsation ω,

4 sur 7
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

le nombre de spires N , l’inductance L et la valeur U (t) = U0 cos(ωt). Quelle est l’intensité du cou-
de crête du flux magnétique créée par l’aimant per- rant effectif I(t) ? Indice : la puissance mécanique
manent Φ0 . est P = M ω.
Partie C. Au travail ! (7 points) ii. (3.5 pts) Par rapport à la situation où le
Dans les questions suivantes on considérera que moteur tourne sans moment de force, la varia-
le moteur fournit un moment de force. On sup- tion du flux magnétique généré par l’aimant per-
pose par ailleurs que si le moteur ne fournit pas manent possède un déphasage α, c.-à-d. φp (t) =
de moment de force, il ne produit pas de courant Φ0 cos(ωt + α). Que vaut le déphasage α ? Re-
de réaction. marque : dans un moteur qui travaille, le courant
i. (1.5 pts) effectif produit aussi un champ magnétique.
On applique un moment de force M sur le mo- iii. (2 pts) Quelle est la valeur de crête du cou-
teur. On suppose que le moteur tourne toujours rant de réaction Io pour un moteur soumis à un
à la même vitesse. La tension d’alimentation est moment de force M ?

5 sur 7
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

Problème 3 : Les lunes coorbitales de Sa- 1) Indiquez les valeurs des angles sur la figure
turne (16 points) 2) vous pouvez aussi reporter votre figure sur une
De nombreuses lunes orbitent autour de Sa- feuille séparée.
turne - jusqu’à aujourd’hui on en a découvert 62. 3) Dessinez aussi le point rouge qui definit l’orien-
Ce problème vous propose d’étudier plus en détail tation de Saturne.
Janus et Epiméthée, deux lunes qui ont une rela-
Partie B. L’influence de la force (6 points)
tion spéciale.
i. (3 pts) Trouvez l’expression de la force de gra-
Quelques grandeurs de Saturne :
vitation entre Janus et Épiméthée en fonction des
– Période de rotation (autour de son axe) :
grandeurs physiques des lunes et de l’angle α entre
TS = 10 h 33 m
les deux lunes dans le référentiel polaire.
– Masse : MS = 5.6886 × 1026 kg
ii. (2 pts) Esquissez un graphe de cette force
– Période sidérale (autour du soleil) :
en fonction de l’angle α avec une échelle logarith-
TSaturne,Soleil = 29.457 ans
mique en ordonnée et linéaire en abscisse.
Janus et Epiméthée orbitent autour de Saturne
iii. (1 pt) A partir de quel angle α100 est-ce
dans le même sens avec presque la même orbite
que la force est 100 fois plus grande que lorsque
(que vous pouvez considérer circulaire) :
α = 180◦ ?
– Demi-grand axe : aJ = 151 460 km, aE =
151 410 km Partie C. Le ballet des lunes (5 points)
– Masse : MJ = 1.8975 × 10 kg, ME = 18
Janus possède un rayon moyen d’environ
5.266 × 1017 kg 60 km, Epiméthée d’environ 90 km et la différence
de demi-grand axe est seulement 50 km. Une col-
Partie A. Ça tourne ! (5 points)
lision semble inévitable. Mais Janus et Epiméthée
i. (1 pt) Calculez la période de l’orbite de Janus
orbitent autour de Saturne depuis des millions
TJ et d’Epiméthée TE ainsi que leurs vitesses an-
d’années, sans se toucher.
gulaires respectives ωJ et ωE autour de Saturne.
ii. (0.5 pts) Calculez la vitesse orbitale (tan-
gentielle à l’orbite) de Janus vJ et d’Epiméthée
vE . Remarque : Pas d’application numérique pour
cette question.
iii. (1 pt) On se place dans le référentiel polaire
avec l’origine placée au centre de Saturne (voir fi-
gure 6). A l’instant t0 = 0 Janus et Epiméthée sont
séparées par un angle de 180◦ , de sorte qu’elles font
face à deux côtés opposés de Saturne. Quelle lune
va ”rattraper” l’autre ? Et à quel moment t1 ces
lunes ne sont-elles plus que séparées par un angle
de 90◦ ?
iv. (2.5 pts) Soit Saturne, Janus et Épiméthée au
temps t0 dans la configuration donnée par les fi- Fig. 5 – Orbites de Janus et d’Epithémée dans le référentiel
gures 6 et figure 8. Figure 6 est un dessin du point tournant.
de vue d’un observateur extérieur. Figure 8 est un
dessin du point de vue d’un observateur qui tourne i. (2 pts) Comment l’orbite d’une lune change-
à 21.565 ◦ /heure autour du centre de Saturne. elle lorsque cette dernière est accélérée tangentiel-
Ajoutez les vecteur des vitesses orbitales dans lement ? Et comment change-t-elle quand elle est
le référentiel tournant, vJ0 et vE 0 , de Janus et
freinée tangentiellement ?
Épiméthée sur la figure 8. Remarque : Les valeurs ii. (3 pts) La figure 5 montre le tracé des orbites
numeriques ne sont pas demandés. de Janus et d’Epiméthée autour de Saturne dans
Dessinez la configuration des trois corps un référentiel tournant à 21.565 ◦ / heure autour du
célestes au moment t2 = 1 année. Une fois du point centre de Saturne. Indiquez dans quel sens chacune
de l’observateur extérieur dans la figure 7. Une fois des lunes tourne sur la figure 5. Expliquez ce qui
du point de vue de l’observateur qui tourne dans se passe à l’endroit où les orbites se rencontrent
la figure 9. Remarques : presque et comment la collision est empêchée.

6 sur 7
SwissPhO : 2e tour Problèmes 02.04.2016

Fig. 6 – Les trois corps célestes au moment t0 dans le Fig. 8 – Les trois corps célestes au moment t0 dans le
référentiel fixe. référentiel tournant autour de Saturne. Ajoutez les vecteurs
0
vE et vJ0 .

Fig. 7 – Votre dessin de la configuration au moment t2 =


1 année dans le référentiel fixe. Fig. 9 – Votre dessin de la configuration au moment t2 =
1 année dans le référentiel tournant autour de Saturne.

7 sur 7
Olympiades Suisses de Physique
Tour final

Aarau, 3 avril 2016

Partie théorique 2 : 6 questions courtes

Durée : 60 minutes
Cotation : 24 points (6·4)
Moyens autorisés : - Calculatrice sans base de données
- Matériel pour écrire et dessiner
NB : Commencez chaque problème sur une nouvelle feuille

Bonne chance !
Supported by :

Staatssekretariat für Bildung und Forschung und Innovation


BASF (Basel)
Deutschschweizerische Physikkommission VSMP / DPK
Materials Science & Technology
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
ETH Zurich Department of Physics
Fondation Claude & Giuliana
ERNST GÖHNER STIFTUNG Ernst Göhner Stiftung, Zug
Hasler Stiftung, Bern
Metrohm Stiftung, Herisau
neue kantonsschule aarau
Neue Kantonsschule Aarau
Novartis International AG (Basel)
Quantum Science and Technology
F. Hoffman-La Roche AG (Basel)
Société Valaisanne de Physique
Swiss Academy of Engineering Sciences SATW
Swiss Physical Society
Syngenta AG
Università della Svizzera italiana
Universität Bern FB Physik/Astronomie
Universität Zürich FB Physik Mathematik
SwissPhO : 2e tour Questions courtes 03.04.2016

Problème 1 : Eratosthène (4 points)


Eratosthène était un habitant de Cyrène et connaissait une particularité d’une ville au
nom similaire à sa ville natale, Syène : lors du solstice d’été et quand le soleil y est au
zénith, un bâton planté à terre n’y projette pas d’ombre sur le sol. Il y repensa alors qu’il
s’apprêtait à fêter le solstice d’été à Alexandrie, une ville située à la distance estimée de
5000 stades de Syène (1 stade vaut 185m), et tout à coup une idée de génie lui traversa
l’esprit ! Il venait de trouver une façon d’estimer le rayon de la Terre grâce à un simple
bâton bien droit de 1 m et d’une règle de mesure. Il releva une certaine distance de 12.6 cm.
On considère que la Terre est une sphère et que Syène est sur le même méridien au sud
d’Alexandrie.
i. (2 pts) Quelle est cette distance qu’il a mesuré et comment s’y est-il pris pour calculer
le rayon de la Terre ?
ii. (2 pts) Quelle valeur obtint-il ?

Problème 2 : Eclipse (4 points)


Le 27 septembre 2015, une éclipse lunaire a eu lieu, c’est à dire que le Soleil, la Terre
et la Lune ont été alignés pendant un moment et la Terre a recouvert la Lune de son
ombre. Au début de l’éclipse vous avez clairement distingué la forme ronde de la Terre
s’imprimant sur la surface de la Lune comme sur la Fig. 1. Vous vous êtes imaginé un
instant être un(e) philosophe grec(que) de l’époque d’Eratosthène observant ce phénomène.
Votre connaissance du rayon de la Terre vous permet-elle d’en savoir plus sur la distance
Terre-Lune ou sur le rayon de la Lune ? Vous mesurez l’angle sous lequel vous voyez le
diamètre de la Lune à 33 minutes et 49 secondes d’arc.
i. (1 pt) Esquissez la situation en vous basant sur la Fig. 1 et définissez les angles et
distances qui vous semblent utiles.
ii. (1.5 pts) Etablissez les relations géométriques qui vont vous permettre de déterminer
le rayon de la Lune et la distance Terre-Lune à partir du rayon de la Terre et des angles et
distances définis à la question précedente (tout comme Eratosthène, vous supposez que la
Terre est une sphère).
iii. (1.5 pts) Mesurez les angles et les distances utiles sur la Fig. 1 et calculez les valeurs
de la distance Terre-Lune ainsi que du rayon de la Lune.

Fig. 1 – Crédit : Matei Petrescu

1 sur 3
SwissPhO : 2e tour Questions courtes 03.04.2016

Problème 3 : Fusible (4 points)


On se sert d’un morceau de fil de cuivre de forme cylindrique et de longueur L = 3 m
comme fusible. Quel doit être le diamètre du fil pour qu’il puisse résister à un courant de
3 A ? On peut supposer que toute les pertes de chaleur sont dues au rayonnement du corps
noir de la surface latérale du fil. La température ambiante est de T0 = 20 ◦C.
Voici une liste de constantes utiles pour cet exercice :
– Température de fusion du cuivre T ∗ = 1085 ◦C
– Résistivité du cuivre en fonction de la température T :
ρ(T ) = ρ0 (1 + α(T − T0 )) avec ρ0 = 1.72 × 10−8 Ω·m et α = 3.93 × 10−3 K−1
– Zéro absolu : Tabs = −273.15 ◦C = 0 K

Problème 4 : Canon à électrons (4 points)


Un canon à électrons accélère ces derniers grâce une tension U . Une plaque opaque aux
électrons, percée d’une fente horizontale de hauteur w est située à une distance L de la
sortie du canon, un écran est placé à une distance D de la plaque comme indiqué sur la
Fig. 2 (L  D  w).

Fig. 2

i. (0.5 pts) Quelle est la composante sur l’axe y maximale de la quantité de mouvement
d’un électron ayant passé la fente, en fonction de L, w et px (la composante sur l’axe x de
la quantité de mouvement) ?
ii. (1.5 pts) À l’aide du principe d’incertitude de Heisenberg, expliquez pourquoi une
figure de diffraction peut apparaı̂tre sur l’écran si w est suffisamment petit.
iii. (2 pts) Exprimez le rayon R de la tache de diffraction sur l’écran en fonction de U , w,
D, qe et me (charge et masse d’un électron).

Problème 5 : Réservoir d'eau (4 points)


Un réservoir cylindrique, dont le sommet est ouvert et dont la base est un cercle d’aire
A, est rempli d’eau à une hauteur h. L’eau est considérée comme un fluide parfait, de masse
volumique ρ. La pression atmosphérique est Patm et l’accélération de la pesanteur est g.
Donnez toutes les réponses sous forme algébrique. Il n’y a pas d’application numérique.
i. (0.5 pts) Quelle est la pression P1 dans le fond du réservoir ?
ii. (0.5 pts) On perce un trou circulaire, de section a dans le fond du réservoir. (a  A)
Quelle est maintenant la pression P2 à l’endroit où le trou a été percé ?
iii. (1 pt) Quelle est la vitesse d’écoulement de l’eau v1 au travers du trou ?

2 sur 3
SwissPhO : 2e tour Questions courtes 03.04.2016

iv. (2 pts) On suppose que l’eau s’écoulant du réservoir forme un filet unique, de section
variable. On suppose également que la masse volumique reste constante. En vous servant
de la conservation de la masse, donnez l’expression S(z) de cette section en fonction de la
position verticale z. On prendra l’origine z = 0 à l’endroit où le trou a été percé et l’on
supposera que S(0) = a.

Problème 6 : Oscilloscope (4 points)


Lorsqu’on prend des mesures avec des oscilloscopes on utilise souvent des atténuateurs.
La Fig. 3 illustre le schéma électrique de l’entrée d’un oscilloscope muni d’un atténuateur.

Fig. 3

i. (1 pt) Si ce dernier doit atténuer un signal de courant continu de 20 dB, quelle doit être
la valeur de la résistance RA ? Indice : l’atténuation en dB = 20 log10 (US /UO ).
ii. (2 pts) On connecte maintenant une source de signal carré (de fréquence f = 1 kHz).
Que peut-on dire de la valeur de CA pour chaque image (a) à (c) de la Fig. 4 ?

(a) (b) (c)

Fig. 4

iii. (1 pt) Dessinez un circuit équivalent ne contenant qu’un condensateur et qu’une


résistance, et calculez sa capacité resp. résistance.

3 sur 3